Fonds d’archives

3

RGASPI, Fonds 531, sous-fonds 1, dossier 264

Les archives produites par les différents organismes du mouvement communiste (Internationale communiste, section nationale (le parti), les fédérations, parfois les cellules de base) sont conservées par diverses institutions, publiques ou privées, dans différents lieux, aussi bien en France qu’en Russie ; différents centres à Moscou, en France (Bobigny, Fontainebleau, Paris, etc.).

Il s’agira de mettre en perspective les archives produites par l’organisation centralisée du Komintern (les fonds français en Russie), avec les archives de surveillance de l’Etat français (Archives nationales, série F7 essentiellement et fonds des AD correspondants, séries M et W) et les fonds concernant la répression (séries BB 18 et surtout Z 4 des Archives nationales – avec un soin particulier apporté à cette série, concernant la section spéciale de la cour d’appel de Paris sur la répression anti-communiste –, mais aussi départementales), tout en repérant les archives privées déposées dans différentes institutions, musées ou associations.

Les archives du Komintern permettent d’envisager l’histoire des sections nationales de la IIIe Internationale et pour la France, celle de la SFIC, puis du PCF. En effet, l’Internationale fondée à Moscou en mars 1919 par Lénine, puis affirmée lors de son deuxième Congrès en 1920, est un instrument de contrôle des partis nationaux ; les archives contiennent alors toute la documentation sur les relations entre le Centre du monde communiste et ses sections de 1919 à 1943 (date de dissolution de l’Internationale communiste par Staline). Dès lors, le Parti mondial de la Révolution a suivi, impulsé et parfois réorienté les activités des sections nationales. Ce contrôle affirmé par la bolchevisation, puis la stalinisation, se lit à l’aune d’une documentation très riche, fondée sur la « société du rapport », selon la belle expression de Nicolas Werth, permettant de saisir au mieux le rôle de l’Internationale communiste, puis plus tard du Kominform et du MCI (mouvement communiste international).

Ces nombreux rapports, manuscrits ou reprographiés, sont facilement accessibles car il n’y a pas d’obstacles linguistiques ; un même rapport peut être reproduit en plusieurs langues – les trois langues utilisées au sein de l’Internationale étaient l’allemand, le russe et le français. Toutefois, il a fallu, dans un premier temps, avoir accès aux inventaires. Après l’effondrement du régime communiste, ces archives sont devenues la propriété des archives de l’Etat russe ; dès 1996, un accord a été signé entre le « Rosarkhiv » et le Conseil
International des Archives pour un projet de numérisation des archives du Komintern. Ce programme conçu par le Conseil International des Archives, placé sous l’égide du Conseil de l’Europe, est appelé « Incomka » (abréviation de Commission internationale de la numérisation des archives du Komintern). Cette opération a consisté à réaliser un programme de catalogage électronique et de numérisation d’une partie des fonds de l’Internationale communiste. L’UMR CNRS 5605 de l’Université de Bourgogne, en partenariat avec les Archives de France, a participé au processus en apportant son expertise. Ainsi on peut envisager de prolonger la base de données « Incomka », qui propose à tout chercheur l’inventaire des fonds (22 000 pages) et plus d’un million de documents numérisés (seulement 5 % du total des archives du Komintern) ; le système de recherche indexée de cette base de données est organisé sous différents axes reprenant les noms de militants ou cadres du Komintern, le dernier axe donnant « huit tables de mots-clés […] événements officiels (réunions, conférences, congrès), noms géographiques, publications, organisations,
groupes sociaux, statut (profession, titre), sujets, typologie documentaire ».

Toutefois, malgré les efforts faits dans le cadre de ce projet de coopération internationale, mais aussi lors des missions des chercheurs au cours des années 1990-2000, les collections restent largement incomplètes :
• sur le fonds français du Komintern (517-1) conservés au RGASPI constitué de 2055
dossiers, seuls 975 dossiers sont en France (AD 93, MSH Dijon) ;
• sur le fonds 517-2 (Archives Marty), il manque 61 dossiers ;
• sur le fonds 517-3 (Archives Thorez), il manque 34 dossiers ;
• sur le fonds 517-3 (Archives Seconde Guerre mondiale), il manque 16 dossiers…
A ces fonds, il faut encore ajouter les organismes du Komintern (Secours rouge international, Profintern, Sportintern, Krestrintern, Ecole léniniste, fonds des cadres et autobiographies, etc.) et surtout les télégrammes de l’IC qui sont aussi largement incomplets… On mesure ici l’ampleur du projet, qui permettrait enfin de restituer, dans le cadre d’un partenariat avec les archives russes (RGASPI), un pan entier d’une histoire singulière qui a marqué de son empreinte le XXe siècle.

2 réponses

  1. Attali dit :

    Bonjour

    J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie d’un ouvrage qui entre dans votre périmètre de recherche : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3383

    bien cordialement

    Michaël Attali

    • romainducoulombier dit :

      Cher collègue
      N’hésitez pas à nous envoyer l’ouvrage à la MSH de Dijon, nous nous ferons un plaisir d’en évoquer la sortie dans notre blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *