MAURICE THOREZ, Journal 1952-1964

 

Jean-Numa Ducange et Jean Vigreux (ed.), MAURICE THOREZ, Journal 1952-1964, Fayard, 788 p., 2020

Maurice Thorez fut le principal dirigeant du Parti communiste français alors que celui-ci occupait une place centrale dans l’échiquier politique. Tombé malade en 1950, il est soigné en URSS et revient en France en 1953. Au cours de cette période, afin de rééduquer son bras droit un temps paralysé, il tient un journal quotidien qu’il poursuit jusqu’à sa mort.
Le secrétaire général y évoque autant les rapports de forces internationaux que ses relations personnelles et familiales, le quotidien du petit peuple comme les soubresauts de la vie politique, notamment les débuts de la Ve République et la guerre d’Algérie. Il rend compte de ses nombreuses lectures, apprend le latin, entretient sa maîtrise du russe. Dans ce document de premier ordre pour comprendre la France des années 1950-1960, on croise aussi bien Aragon, Éluard, Mauriac que Khrouchtchev, le général de Gaulle ou Pierre Mendès France.
Entre fidélité au grand frère soviétique et passion pour la culture et la langue française, ce journal, édité pour la première fois, éclaire une page essentielle de l’histoire politique tout en offrant un regard singulier sur les évolutions de la société française.

L’équipe :

Éloïse Dreure, doctorante en histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, membre de l’UMR LIR3S, prépare sa thèse sur « Paris-Moscou-Alger, naissance et affirmation du mouvement communiste algérien, 1920-1939 ».

Anthony Crezegut, professeur agrégé d’histoire, doctorant en histoire contemporaine à l’Institut d’Études Politiques de Paris, membre du Centre d’histoire de Sciences Po, prépare une thèse sur la réception de Gramsci en France dans la seconde moitié du xxe siècle.

Jean-Numa Ducange, professeur en histoire contemporaine à l’université de Rouen Normandie, membre du GRHIS, est spécialiste de l’histoire des gauches françaises et germanophones et du marxisme. Il prépare actuellement un ouvrage sur les gauches et la nation (Fayard, 2021).

Dimitri Manessis, ATER à l’Université de Bourgogne, membre de l’UMR LIR3S, termine sa thèse sur « Les secrétaires régionaux du Parti communiste français (1934-1939) ». Il a publié, avec Guillaume Roubaud-Quashie, Empreintes rouges (PUR, 2018).

Guillaume Roubaud-Quashie, professeur agrégé d’histoire, membre du Centre d’histoire sociale du xxe siècle (Paris-1 Panthéon-Sorbonne), a soutenu sa thèse sur « Les jeunes communistes en France (1944-fin des années 1970) » à l’université de Paris 1.

Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne- Franche-Comté, membre de l’UMR LIR3S, est directeur de la MSH de Dijon et spécialiste de l’histoire politique et du PCF. Il a notamment publié Le PCF, un parti global (1919-1989) (avec Romain Ducoulombier, EUD, 2019) et Waldeck-Rochet (La Dispute, 2000).

Serge Wolikow, professeur émérite à l’Université de Bourgogne, est un des spécialistes reconnus de l’histoire du communisme français et international. Président du conseil scientifique de la Fondation Gabriel-Péri, il a notamment publié une histoire du Komintern (Éditions de l’Atelier, 2010).

Avec l’aide précieuse de Pierre Thorez

 

Livre publié en partenariat avec le journal l’Humanité

Plus d’informations sont disponibles sur le site de l’éditeur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search