Paprik@2F se prolonge grâce à Collex-Persée et la MSH Dijon : ABRICO (Archives, brochures et informations communistes)

La genèse de cette collection s’explique du fait de la présence à l’Université de Bourgogne de chercheurs reconnus en histoire sociale, notamment spécialisés sur l’histoire du communisme. La MSH de Dijon, dès sa création, a développé une spécialisation en ce domaine par le traitement et la valorisation de fonds inédits. Cette orientation a été rapidement identifiée par des partenaires nationaux et internationaux : Parti Communiste Français (PCF), Fondation Gabriel Péri, Archives Départementales 93, qui ont collaboré avec la MSH de Dijon en lui confiant le traitement de leurs archives et en apportant les financements correspondants, de façon récurrente pour certains depuis plus de 15 ans. D’autre part, l’ANR Corpus Paprik@2F (Portail d’Archives Politiques et de Recherches, Indexation du Komintern et des Fonds Français) a permis d’élargir ce partenariat aux Archives nationales, qui ont coopéré à ce projet de mise en ligne des inventaires, mais aussi des corpus, avec des restaurations importantes d’archives saisies pendant la Seconde Guerre mondiale.

Archives de direction.La mise en ligne des ressources documentaires de la galaxie communiste revêt plusieurs enjeux scientifiques. En premier, lieu il s’agit de fournir une collection complète des archives de direction du PCF (secrétariat, bureau politique et comité central de 1945 aux années 1980) qui permettra des comparaisons sur le temps long avec les archives déjà mises en lignes sur le portail PANDOR de la MSH de Dijon dans le cadre l’ANR corpus Paprik@2F et des travaux anciens de la MSH. Ainsi la collection s’étendra des années 1920 aux années 1980. En termes d’archives des partis politiques français, cette collection ainsi prolongée est unique et présente un intérêt documentaire majeur pour toute l’histoire nationale.

Brochures communistes.Il s’agira aussi de compléter la mise en ligne des brochures communistes de l’ancienne Bibliothèque marxiste de Paris en offrant un corpus important pour l’après Seconde Guerre mondiale, non seulement pour mesurer l’implantation du premier parti politique de France à l’époque, mais aussi pour appréhender au mieux les logiques de la reconstruction, de la Guerre froide, de la décolonisation et des problèmes sociaux, sans oublier cette forme particulière de l’imprimé dans le cadre d’une propagande active. 

Almanachs ouvrier et paysan de l’HumanitéLa mise en ligne des Almanachs de l’Humanitéoffrira à toute la communauté scientifique une ressource fondamentale pour comprendre l’ancrage sociologique, culturel et politique du PCF dans les territoires français. La reprise par le PCF d’une pratique ancienne, celle de l’Almanach, renvoie aux héritages politiques, ainsi qu’à la manière d’appréhender les couches populaires. Non seulement il s’agit de réifier une pratique de colportage par la pratique militante, mais de proposer une grille de lecture du monde, dans des dimensions internationales ou locales, s’adressant aux jeunes, aux travailleurs, aux anciens, aux femmes, etc. Surtout, il reprend les codes anciens des Almanachs (calendriers, saisons, conseils pratiques, anthologie littéraire, anecdotes, etc.) dans un style particulier avec une brièveté des textes qui permet une lecture facile, mais aussi répétitive qui présente aussi le monde communiste dans toutes ses dimensions (l’URSS et le monde communiste international, le parti et ses dirigeants, les événements forts comme les congrès, mais aussi la presse spécialisée). Une telle ressource, véritable « encyclopédie populaire », élargit le champ des connaissances dans des domaines variés de la littérature à l’anthropologie, sans oublier la science politique et l’histoire.

Il s’agira non seulement de travailler sur un corpus à constituer (ou reconstituer) à partir des Almanachs de l’Humanitéde 1946 à 1969, qui permettra dans un premier de temps de penser les enjeux ou les logiques d’écriture et de mise en page. L’approche pluridisciplinaire se propose d’analyser le corpus (les mots, les dessins, les planches, les thèmes), et surtout sa portée politique (éducation et messages). 

Les archives de direction du PCF ont été en partie numérisées par la MSH, en revanche les brochures communistes et les volumes de l’Almanach ouvrier et paysan n’existent pas au format numérique. 

Le projet « ABRICO » poursuit une volonté affichée de la MSH de Dijon de mettre en ligne des corpus souvent difficilement accessibles pour les chercheurs (tant par leur dispersion que par leur fragilité) ; il s’agit d’une « marque de fabrique » de la plateforme technologique ADN (Archives-Documentation-Numérisation) de la MSH de Dijon et de son portail PANDOR. L’ANR Corpus Paprik@2F (Portail d’Archives politiques et de recherches, indexation du Komintern et des Fonds français) en est l’illustration la plus aboutie : la mise en ligne du portail (https://pandor.u-bourgogne.fr/pages/paprika2f.html)assure l’accès à plus de 500 000 documents en accès libre et gratuit. C’est une démarche d’open accessqui était nécessaire parce qu’elle reposait sur des fonds publics destinés à l’amélioration des conditions de recherche des historiens français et étrangers.

Ce souci archivistique nous invite aussi à penser l’après Komintern, l’après Seconde Guerre mondiale avec les logiques et enjeux de la guerre froide pour laquelle les sources sont partiellement accessibles. D’autre part, la place des partis communistes après 1945, change aussi la donne, partis de gouvernements, partis frères, ou Etat parti, le monde communiste tant du Kominform puis du Mouvement communiste international, voire d’un « parti global ». En évoquant, l’idée d’un « parti global », il s’agit non seulement de faire un clin d’œil appuyé à l’histoire globale en vogue, mais de penser l’histoire du PCF, comme dans un premier temps une histoire d’une section d’un Parti mondial de la Révolution ou Internationale communiste, mais aussi de penser cette histoire comme celle d’un « spectre qui a hanté » l’Europe et le monde entre 1917 et 1991. 

Pour mener à bien ce projet, nous allons continuer la mise en ligne des archives de direction du Parti (processus décisionnel), les brochures communistes de l’ancienne Bibliothèque marxiste de Paris éditées par l’organisation politique et la collection des Almanachs ouvrier et paysan de l’Humanité. Tout ce travail de numérisation, d’indexation et de mise en ligne bénéficie d’un savoir-faire reconnu et qui pourra également évoluer au cours de ces 18 mois avec un travail d’amélioration du portail. Tout au long, le projet « ABRICO » sera accompagné de journées d’études (comme celles prévues sur Pif en octobre et décembre 2018 sous la direction d’Henri Garric) et de la 2eannée du séminaire de recherches intitulé « Histoire des communismes entre histoire globale et histoire nationale (Paprik@2F) » dirigé par Jean Vigreux et porté par l’UMR CNRS 7366 Centre Georges Chevrier en partenariat avec la MSH de Dijon. Ce séminaire mensuel fait non seulement une place aux recherches nouvelles en cours, mais aussi aux apports des ressources documentaires et archivistiques.

Si la communauté scientifique profitera des résultats du projet «ABRICO», avec une collection continue sur l’histoire du PCF, ce seront aussi les étudiants et les citoyens férus d’histoire contemporaine qui auront accès à ces sources en ligne gratuitement. Le portail PANDOR a depuis deux ans un public international plus large ; au-delà des partenariats classiques avec les pays de l’UE, des scientifiques d’Asie, d’Afrique et d’Amérique se connectent pour avoir accès à ces archives de la galaxie communiste. 

Réunion publique de Waldeck Rochet, responsable de la section agraire du PCF à La-Motte-Saint-Jean (71), années 1950 | © DR. Coll. privée


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.