Les publications du Secours rouge international et du Secours populaire français font leur entrée sur Gallica

La bibliothèque numérique de la BNF, Gallica, a numérisé et mis en ligne en janvier dernier plusieurs collections conservées dans les archives du Secours populaire français[1]. Cette riche documentation – 1422 documents sont accessibles, soit environ 22 000 pages – nous invite à revisiter l’histoire de cette association, dont les origines remontent aux années 1920.

 

Du Secours rouge international au Secours populaire français

Le Secours populaire français est l’héritier de la section française du Secours rouge international (SRI), qui voit le jour en 1923, quelques mois après sa fondation à Moscou à l’occasion du 4econgrès de l’Internationale communiste. Cette organisation se donne comme objectif de venir en aide aux militants révolutionnaires – quelle que soit leur appartenance partisane – victimes de la répression et de la « justice bourgeoise ». Agissant sur le terrain à la fois matériel, moral, juridique et politique, elle apporte également son soutien aux minorités nationales et aux peuples coloniaux en lutte pour leur libération.

Le changement d’orientation politique et stratégique opéré par le PCF et le Komintern au milieu des années 1930, qui débouche sur la constitution du Front populaire, entraine une transformation en profondeur de la section française du SRI. Alors qu’elle change d’appellation au cours de l’année 1936 (« Secours rouge de France » puis « Secours populaire de France et des colonies »), la période est marquée par un développement spectaculaire de l’organisation (qui passe de 35 000 à 180 000 adhérents entre 1933 et 1938) et par une redéfinition de ses principes et objectifs. A la faveur de son intervention dans la guerre civile espagnole, le Secours populaire se dirige progressivement vers une activité de type humanitaire (c’est en 1938 qu’est prononcé le slogan « tout ce qui humain est nôtre »), tout en maintenant sa solidarité envers les emprisonnés, les réfugiés et les victimes du fascisme.

Après sa dissolution à l’automne 1939, le Secours populaire maintient difficilement son existence dans la clandestinité durant l’Occupation. Il faudra attendre novembre 1945 pour assister à la fusion entre le Secours populaire de France et des Colonies et l’Association nationale des victimes du nazisme, qui donne naissance au Secours populaire français toujours actif de nos jours[2].

 

Numérisation de La Défense[3]

Le journal La Défense a traversé les multiples changements et transformations de l’organisation durant plus d’un demi-siècle, en demeurant l’organe de la section française du SRI comme du Secours populaire français, de 1927 à 1981. Il a également survécu à l’interdiction et aux années d’occupation, en faisant paraître de manière clandestine 53 numéros entre l’automne 1939 et juin 1944.

 

La Défense, 12 mai 1933

 

Contrairement à ce qui a longtemps été affirmé et commémoré par le Secours populaire lui-même, le premier numéro de La Défense ne date pas de 1926[4], mais du 3 décembre 1927. Il paraît d’abord de manière bimensuelle puis devient hebdomadaire à partir de 1931. Plus de 500 numéros sont publiés de 1927 à l’interdiction du journal à l’automne 1939. Après la parenthèse de la guerre, la parution régulière et hebdomadaire de La Défense reprend à partir de novembre 1944 avec une nouvelle numérotation. Il faut cependant attendre mars 1945 pour que le journal soit officiellement autorisé à reparaître, ce qui suscita l’incompréhension et une âpre bataille de l’organisation pour y parvenir. Après le passage à une fréquence de publication bimensuelle entre 1950 et 1953, le journal devient mensuel jusqu’à son 666eet dernier numéro, en octobre 1981.

En feuilletant les pages de La Défense (dont le tirage variait entre 30 000 et 45 000 exemplaires au cours des années 1930), on découvre les campagnes menées par le SRI puis le Secours populaire, ainsi que l’activité locale et le fonctionnement interne de l’organisation.

Si nous nous réjouissons des opérations de numérisation de La Défense menées par la BNF, qui permettent à la fois de préserver et de faciliter l’accès à ce journal (la fragilité des anciens numéros ne permettait plus leur consultation), la collection numérisée reste toutefois parcellaire. Ainsi, si la quasi-totalité des numéros parus entre 1944 et 1981 est en ligne, seuls 89 numéros ont pu être numérisés pour l’entre-deux-guerres et deux seulement pour la période de la clandestinité. Comme pour la plupart de la documentation et des publications communistes produites durant ces deux périodes – qui ont subi destructions, saisies, déménagements, etc. –, les collections qui ont pu être conservées et reconstituées sont généralement incomplètes et rares. Néanmoins, un travail de recensement des numéros de La Défense conservés dans le réseau des archives départementales[5]et dans d’autres institutions et centres de conservation[6]pourrait constituer un préalable à de nouveaux partenariats pour la numérisation et la mise en ligne, afin de compléter la collection de ce journal.

La Défense est remplacé en 1981 par le journal Convergence, qui est lui aussi numérisé et accessible sur Gallica[7].

 

Une riche collection de brochures

Le Secours populaire français a procédé aussi à la numérisation des brochures conservées dans ses archives. Plus de 150 brochures sont ainsi accessibles en ligne et couvrent toute l’histoire de l’association, de la fin des années 1920 jusqu’à 2010.

Cette collection est particulièrement intéressante pour la période antérieure à la renaissance du Secours populaire français en 1945, puisqu’elle propose une quarantaine de brochures – pour la plupart inédites – éditées par le SRI puis le Secours populaire de France et des colonies entre 1928 et la Libération. Ces brochures constituent une source indispensable pour retracer les campagnes menées par cette organisation sur le territoire métropolitain et dans les colonies : lutte pour l’amnistie, l’abolition du bagne et les conseils de guerre, défense des droits de l’enfance, défense du droit d’asile et accueil des réfugiés politiques… Elles témoignent également du rôle central du SRI/SPFC au sein de la galaxie communiste dans la mise en œuvre de l’internationalisme prolétarien, à travers les grandes campagnes menées en solidarité avec les victimes du fascisme et de la répression sur tous les continents, de l’Allemagne au Brésil, de Madagascar aux Etats-Unis en passant par l’Indochine ou les Balkans.

 

Brochure du SRI, Droit d’asile, 1935

 

Cette collection est à compléter avec le très riche fonds de la Bibliothèque marxiste de Paris, dont près de 3000 brochures ont été numérisées par la MSH de Dijon[8], parmi lesquelles plusieurs dizaines de brochures du SRI.

Pour être complet, signalons enfin que dans le cadre de ce partenariat entre le Secours populaire français et la BNF, les bulletins internes de l’association édités entre 1966 et 2006[9]sont eux aussi accessibles sur Gallica.

Ce vaste corpus désormais en accès libre constitue une ressource utile pour les recherches en cours sur les origines de cette association et la prise en charge par le mouvement communiste des questions de répression et de solidarité. Il offre un précieux complément aux archives du SPF déposées aux Archives nationales du monde du travail (ANMT) à Roubaix, aux archives du SRI dans les fonds du Komintern conservés à Moscou[10]ainsi qu’aux archives de la surveillance policière conservées aux Archives nationales et aux Archives nationales d’Outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence.

Corentin Lahu, archiviste du PCF, doctorant en histoire contemporaine Université de Bourgogne-Franche-Comté, ED Sept, UMR CNRS 7366

[1]http://gallica.bnf.fr/html/und/secours-populaire-francais-spf. Voir aussi Elise Boursault et Claire Grousset, « Demandez la Défense ! » : http://gallica.bnf.fr/blog///31012018/demandez-la-defense

[2]Pour une histoire du Secours populaire français depuis 1945, lire Axelle Brodiez, Le Secours populaire français, 1945-2000. Du communisme à l’humanitaire, Paris, Presses de Sciences Po, 2006, 365 p.

[3]http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343707313/date.item

[4]Le n°502 de La Défensede septembre-octobre 1966 célèbre ainsi le 40eanniversaire du journal : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9808199q

[5]Par exemple aux Archives départementales de la Gironde, qui conservent le 1ernuméro de La Défensedu 3 décembre 1927.

[6]Musée de la Résistance nationale, bibliothèque La contemporaine (anciennement BDIC)…

[7]http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34370732f/date.r

[8]https://pandor.u-bourgogne.fr/ead.html?id=FRMSH021_00009

[9]Solidarité, Les Echos, Pour mieux, Discutons, La Vie du Secours populaire français/Bulletin intérieur, Bulletin des Comités, Correspondants, Collecteurs…, Solidarité Plus Forte

[10]Dont une partie est accessible en ligne dans le cadre de l’ANR Paprik@2F : https://pandor.u-bourgogne.fr/ead.html?id=FRMSH021_00033

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.