A propos de … rubrique lecture (2)

Sheila Fitzpatrick, Dans l’équipe de Staline, De si bons camarades, Paris, Perrin, 2018, 370 p.

 

L’universitaire Sheila Fitzpatrick, professeure d’histoire à Sidney et spécialiste de l’Union soviétique[1], a fait paraître il y a trois ans On Stalin’s team[2]. Au début de l’année 2018 la traduction française a vu le jour chez Perrin, sous le titre Dans l’équipe de Staline. De si bons camarades[3]. Sheila Fitzpatrick nous plonge dans les arcanes du pouvoir soviétique, des années vingt jusqu’aux années cinquante, dans ce « premier cercle » de dirigeants travaillant aux côtés de Joseph Staline.

L’existence de cette équipe ne signifie pas pour autant que le pouvoir de Staline n’ait pas été moins grand que les recherches l’ont supposé. Mais les hommes qui la composaient n’étaient pas « ces êtres passe-partout et sans visage » (p. 23) que s’imagina Trotsky, par exemple, mais de véritables partenaires du principal dirigeant soviétique, dotés de compétences et de capacités de travail certaines, voire exceptionnelles.

En historienne rompue à l’analyse des archives soviétiques, Sheila Fitzpatrick mobilise ici non seulement les archives personnelles de Staline et sa correspondance avec le Politburo, mais également les archives de cette dernière institution – finalement assez minces – , la correspondance entre membres de l’équipe, les mémoires et interviews de ceux-ci, ainsi que les désormais fameuses lettres des citoyens soviétiques aux leaders, ce « chœur grec » (p. 27) permettant d’obtenir un aperçu de ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui « l’opinion publique ».

L’équipe se constitue à l’initiative de Lénine[4], dès les années vingt, pour mener la lutte contre les « factions » à l’intérieur du Parti bolchevik. C’est là que Staline fait son véritable apprentissage de la lutte d’appareil, et regroupe autour de lui des hommes déterminés à maintenir coûte que coûte l’unité du parti. Puis la lutte pour la succession après le retrait de Lénine en 1922 soude ce cercle de militants. Sa composition est plus russe et davantage issue du monde du travail que d’autres tendances du parti, comptant davantage d’émigrés, de Juifs, d’intellectuels. L’équipe change bien évidemment au cours des années, au rythme des inclusions et exclusions mises en œuvre par Staline. Mais un noyau permanent se dégage : Viatcheslav Molotov, Lazare Kaganovitch, Anastase Mikoïan et Kliment Vorochilov (liste à laquelle on peut ajouter Andreï Andreïev jusqu’en 1952).

L’ouvrage de Sheila Fitzpatrick permet également d’avancer vers une meilleure compréhension des temps forts de l’histoire soviétique stalinienne : lutte de tendances, industrialisation, Grandes purges, entrée dans la Seconde Guerre mondiale… À travers le rôle de chacun des membres de l’équipe, c’est toute cette séquence terrible et passionnante qui défile sous les yeux du lecteur.

Le poids de la guerre civile dans la culture des membres de l’équipe, la crainte d’un « retour à la normalité » (p. 69) dans le processus révolutionnaire, l’incroyable enthousiasme suscité par la volonté de Staline d’industrialiser et de moderniser l’Union soviétique, expliquent, entre autres facteurs, ce respect et cette admiration que ces « si bons camarades » éprouvaient envers « le premier d’entre eux », même après sa mort, où « même les plus farouches partisans de la déstalinisation […] n’étaient pas sans ambivalence lorsqu’ils parlaient de Staline » (p. 335). Et dans le même temps, la crainte, la peur, l’épuisement morale et physique étaient le lot quotidien de ces hommes et de leur entourage. Sur ce dernier point, l’auteur n’oublie pas les familles, enfants, compagnes, épouses des dirigeants, qui souvent paient au prix fort les choix politiques de Staline ou ceux de leurs pères, compagnons ou maris.

Les liens d’amitié – ou d’inimité – qui se nouent entre eux sont également abordés, permettant de constater une équipe au maximum de son efficacité dans deux grands moments de crises : l’entrée dans la « Grande guerre patriotique » et la mort de Staline. Fitzpatrick insiste sur le réel travail collectif (chapitre 6 : « En guerre ») et sur le caractère « réussie » de la transition à la mort du Vojd (chapitre 9 : « Sans Staline »), malgré les tensions qui surgissent rapidement, notamment entre Khrouchtchev et Béria (p. 301).

Ces relations complexes et mouvantes entre membres de l’équipe sont, du vivant de Staline, savamment entretenues par lui-même, qui joue des uns contre les autres et donne le ton de l’atmosphère devant régner au sein du groupe (voir notamment le chapitre 3 : « Au pouvoir »), lui permettant à la fois d’utiliser au mieux les capacités et d’assurer son contrôle.

Certains aspects du livre pourront peut-être dérouter le lecteur habitué des ouvrages historiques : pas de mise au point historiographique en introduction – on la retrouve cependant en conclusion –, des notes rassemblées par thématiques, et un langage visant « un large public » (p. 345). Si l’on peut regretter l’absence de précision bibliographique sur tel ou tel aspect, on ne peut que saluer cette tentative de clarté et de mise à disposition d’un travail de recherche de grande qualité au plus grand nombre.

Ce travail a donc le mérite de rendre accessible à un assez vaste lectorat une étude fine de l’URSS stalinienne à travers les espoirs et les déceptions, les bassesses et les prouesses, de cet « étrange milieu » (p. 274) que constitua « l’équipe de Staline ».

Dimitri Manessis

[1]Lire par exemple en français Le Stalinisme au quotidien. La Russie soviétique dans les années 30, Paris, Flammarion, 2002, 415 p.

[2]On Stalin’s team. The years of living dangerously in Soviet Politics, Princeton University Press, 2015.

[3]Dans l’équipe de Staline. De si bons camarades,Paris, Perrin, 2018, 445 p. Traduction Jacques Bersani.

[4]Voir chapitre 1 : « L’émergence de l’équipe ». Pour des raisons de faciliter de lecture, les références au livre seront insérées directement dans le texte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *