A propos de … rubrique lecture (1)

Julien CHUZEVILLE, Un court moment révolutionnaire. La création du Parti communiste en France, Paris, Editions Libertalia, 2017, 529 pages.

 

 

Après Annie Kriegel[1] et Romain Ducoulombier[2], l’historien Julien Chuzeville a voulu à son tour étudier les origines du Parti communiste français. « Un court moment révolutionnaire », son ouvrage, qui vient de paraître aux éditions Libertalia, prolonge ses précédents livres, consacrés à Fernand Loriot[3] et aux militants du CRRI[4].

 

Le titre de l’ouvrage résume la thèse de l’auteur, qui correspond indéniablement à une réalité historique : la naissance du parti communiste en France s’inscrit dans un « court moment » d’effervescence révolutionnaire. La vague révolutionnaire qui touche l’Europe de 1918 à 1921 à la suite de la révolution d’octobre 1917 provoque des scissions au sein des différents partis socialistes de la Deuxième Internationale. En France, l’apparition du Parti communiste intervient dans un contexte marqué par l’échec du mouvement de grèves du printemps 1920 initié par la CGT.

 

Après avoir présenté dans un premier chapitre les origines du mouvement ouvrier français, Julien Chuzeville raconte la lutte des pacifistes révolutionnaires de la SFIO et de la CGT contre la guerre 1914-1918 et contre les « majoritaires de guerre » de leurs organisations respectives. De fait, la guerre de 1914-1918 divise les socialistes. Engagée dans l’Union sacrée, la SFIO fait face à partir de 1915 à une montée des oppositions internes, celle de Jean Longuet et de ses soutiens qui s’appuient sur plusieurs fédérations et sur le journal Le Populaire, et celle des zimmerwaldiens du CRRI, le Comité pour la Reprise des Relations Internationales.

 

Lieu de rencontre des socialistes internationalistes et des syndicalistes révolutionnaires comme Pierre Monatte ou Alfred Rosmer, le CRRI est à l’origine du C3I, le Comité pour la Troisième Internationale. Animé par Fernand Loriot et Boris Souvarine, le C3I dépasse les 40 % des mandats dès le congrès de Strasbourg de février 1920 qui décide le retrait de la SFIO de la Deuxième Internationale. Julien Chuzeville présente au chapitre 4 les différentes forces en présence au sein de la SFIO et raconte avec précision le déroulement du congrès de Tours. L’auteur démontre avec justesse que l’initiative de la scission vient de la droite de la SFIO, mais que le télégramme Zinoviev attaquant nommément Jean Longuet et Paul Faure avait pour but de « forcer la main » à Cachin, Frossard et aux ex-reconstructeurs : « Longuet et Faure étaient les deux délégués de la France à la conférence préparatoire de l’Internationale deux et demie tenue à Berne début décembre : aux yeux des dirigeants bolcheviques, ils étaient donc coupables d’avoir pris part à une réunion de constitution d’une Internationale rivale. » (p. 227)

La motion Cachin-Frossard qui l’emporte au congrès de Tours est en réalité une motion Loriot-Souvarine, mais paradoxalement, du fait de l’emprisonnement des principaux animateurs du C3I, ce sont les ex-reconstructeurs qui dominent la direction de la nouvelle SFIC.

 

Au fond, pour Julien Chuzeville, les premières années de l’existence du jeune Parti communiste sont marquées par un double malentendu : malentendu de la part de Frossard et des ex-longuettistes qui n’ont pas pris au sérieux les 21 conditions d’adhésion à la IIIe Internationale et entendaient rénover la SFIO plus que de construire un nouveau parti révolutionnaire comme c’était l’intention des membres du C3I. A cet égard, la démission de Frossard le 1er janvier 1923 met fin à une « équivoque » (p. 349) qui avait bien été perçue par Loriot et les membres du C3I.

Mais le second malentendu est celui des syndicalistes révolutionnaires du groupe de la Vie ouvrière et de leurs amis qui ont cru pouvoir construire un parti révolutionnaire travaillant aux côtés de la CGT dans une Internationale démocratique. Il s’avère rapidement que l’IC, dominée par les communistes russes, ne laisse pas de marge de manœuvre à ses sections nationales et exige une subordination de la CGTU au Parti communiste. Pour imposer ses vues, l’Internationale utilise ses émissaires comme Gouralski, Manouilski et Humbert-Droz et se sert de l’arme financière qui permet de rémunérer des permanents. Pour Chuzeville, c’est l’action des émissaires de l’IC en France et les permanents appointés par l’IC qui aboutit au tournant irréversible de 1924 (chapitre 6) : en quelques mois, la direction Albert Treint-Suzanne Girault parvient à marginaliser les amis de Souvarine au sein du PC. Qu’ils soient exclus ou démissionnaires, Loriot, Monatte, Rosmer et Souvarine, qui avaient été à l’origine du CRRI et du C3I finissent par quitter le Parti communiste « bolchevisé » par Staline et Zinoviev. Julien Chuzeville égratigne au passage Trotski, dont le choix de la « discipline », en 1924 ne pouvait qu’handicaper Souvarine et les partisans de la démocratie dans les instances de l’Internationale.

 

Conçu comme un « parti révolutionnaire à usage immédiat » par ses fondateurs nourris de leurs expériences passées dans le syndicalisme révolutionnaire ou le CRRI, le Parti communiste s’est mué, selon Fernand Loriot – que suit Julien Chuzeville – en « branche de la bureaucratie stalinienne » (p. 478). Pour l’auteur, la bolchevisation a été une « substitution politique et organisationnelle » orchestrée par la direction de l’IC contre les propres fondateurs du PC.

 

La sympathie de Julien Chuzeville pour les « vaincus » de la bolchevisation du Parti communiste se ressent tout au long d’un ouvrage bien documenté, agréable à lire et orné de belles reproductions en pages centrales. On ne peut que conseiller le lecteur intéressé par l’histoire du Parti communiste à se plonger dans le livre de Chuzeville, en complément à la lecture des ouvrages d’Annie Kriegel et Romain Ducoulombier.

 

David NOËL

[1] Annie KRIEGEL, Aux origines du communisme français, 1914-1920, Paris, Flammarion, 1969

[2] Romain DUCOULOMBIER, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010

[3] Julien CHUZEVILLE, Fernand Loriot, le fondateur oublié du Parti communiste, Paris, L’Harmattan, 2012

[4] Julien CHUZEVILLE , Militants contre la guerre 1914-1918, Paris, Spartacus, 2014


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *