Carnet de voyage en URSS, 1926 (I)

Épisode 1 : Le carnet de voyage en URSS d’un jeune ouvrier de Saint-Étienne en 1926

Aux Archives nationales, dans le carton coté F/7/15016, repose depuis des années un petit carnet en cuir noir1  L’objet fait partie d’un ensemble de pièces saisies en 1929 au domicile d’un dénommé Marcon. On ignore quels motifs ont provoqué cette perquisition, le carton de scellé n’étant lié à aucun dossier de procédure. Cependant, on peut supposer, au vu de la date et des fonctions des individus concernés, que l’affaire a un lien avec des actes antimilitaristes.

Ce carnet est divisé en deux parties : d’un côté, un journal qui commence le 12 septembre 1926, d’un autre, des comptes rendus d’entretiens et de visites rédigés avec une très grande minutie, le tout concernant un voyage en URSS entre septembre et novembre 1926.

L’auteur est un des membres de la délégation ouvrière qui effectue en septembre 1926 un voyage en URSS 2 Cela ne peut être Marcon, dont le nom ne figure pas dans la liste des délégués. D’après le carnet, son auteur est un jeune ouvrier originaire de Saint-Étienne.

Or c’est le cas d’un seul, Régis Tauleigne, qui figure parmi ceux qui visitent l’URSS en 1926. Le jeune Tauleigne (1903-1956)3 est alors chaudronnier à Terre-Noire près de Saint-Étienne. Il se présente dans son carnet comme un « inorganisé de Saint-Étienne »4 Un rapport de septembre 1926 le signale comme appartenant à l’Amicale laïque de Lyon faisant partie du syndicat des métaux de la Loire5. À son retour d’URSS, il devient délégué aux Jeunesses communistes puis, en décembre 1928, secrétaire de rayon des Jeunesses communistes de Saint-Étienne. L’année de la perquisition, il devient un des responsables de la lutte contre la guerre et du « travail anti » pour le Parti communiste français et les Jeunesses communistes.

Photo du premier article retranscrit dans le carnet. Source: Archives nationales, cote F/7/15016

D’après le carnet, Régis Tauleigne est responsable en 1926 de la rubrique « Tribune des jeunes » dans un journal local, le Cri du peuple. Le jeune ouvrier dans son journal note en date du 24 septembre 1926 « j’ai écrit au Cri du peuple un article », et le retranscrit sous le titre « En vue de la Russie des soviets ».

 Le jeune ouvrier est aussi un passionné de football. Son récit de voyage commence par l’évocation d’un match entre Rouen et Le Havre en passant par un Léningrad-Moscou et se termine avec une rencontre entre Saint-Étienne et Grenoble.

La participation de Tauleigne au voyage en URSS s’inscrit dans le cadre d’une campagne du Parti communiste français de formation, à partir de juillet 1926, d’une délégation de jeunes gens après une première expérience l’année précédente au congrès national de la jeunesse laborieuse. L’objectif est de rendre compte du travail accompli par les Soviétiques depuis la Révolution. Les responsables communistes recherchent des individus d’opinions politiques différentes afin de présenter une délégation « impartiale » et de favoriser, au retour du voyage, la diffusion du modèle communiste auprès des partis ou organisations dont sont issus les différents délégués.

Le Parti communiste rencontre toutefois l’hostilité des partis de gauche. La SFIO menace d’exclusion ses membres qui seraient du voyage. Certains préfèrent se désister, mais d’autres, à l’instar de Joseph Gaucher des Jeunesses socialistes, choisissent de maintenir leur projet6. Gaucher devient d’ailleurs président de la délégation.

La direction de la Sûreté du ministère de l’Intérieur surveille de près les préparatifs du voyage. Les individus considérés comme les plus dangereux voient leur demande de passeport refusée mais certains d’entre eux parviennent à obtenir des autorisations de sortie du territoire en usant de subterfuges. Tauleigne fait ainsi une demande de passeport le 6 août 19267  pour un voyage à Düsseldorf qui lui est accordée. Six jours plus tard, il est inscrit sur la liste des membres de la délégation.

Au moment du départ, la liste des membres de la délégation française est composée comme suit :

– Joseph Gaucher, ex-secrétaire de la fédération des Jeunesses socialistes, chef de la délégation,

– Louis Coutheillas du syndicat des cheminots de la Seine, secrétaire de la délégation,

– Marie Pauline Bréant dite Marthe Marlot de la CGTU,

– Adrien Coupaye, sans étiquette,

– Aimé Martinet du syndicat des métaux de la Seine,

– Martial Forgeront sans étiquette,

– Julien Marie inorganisé d’Épinac-les-Mines (Saône-et-Loire),

– Legrand, maçon autonome de Lyon,

– Louis Rougier du syndicat autonome du bâtiment de Lyon,

– Paul Flairier,

– Régis Tauleigne, inorganisé de Saint-Étienne,

– Guidici des inscrits maritimes confédérés de Marseille,

– Paul Portet du syndicat des métaux de la Seine,

– Cassins Barbier du syndicat des voyageurs de commerce,

– Roger Grosjean du syndicat confédéré des ébénistes de Bordeaux,

– Pierre Lorin du syndicat des inscrits maritimes,

– Félix Brun du syndicat des maçons et aides de Lyon et de la région.

Auteur du billet:

Christophe Bouvier, archiviste au département de la justice et de l’intérieur Archives nationales

  1. Archives nationales, F/7/15016 dossier Marcon. []
  2. Archives nationales 20010216/21 dossier n° 484. Liste de la Direction de la sûreté intitulé « Voyage en Russie d’une délégation de jeunes ouvriers (vers le 20 septembre) » []
  3. Notice de Régis Tauleigne sur le site du Maitron : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article132073&id_mot=26 []
  4. Archives nationales, F/7/15016 dossier Marcon.. Carnet de Régis Tauleigne, 26 septembre. Sauf indication contraire les citations proviennent du carnet de Régis Tauleigne. []
  5. Archives nationales 20010216/21 dossier n° 484. Rapport du commissaire spécial du Havre du 21 septembre 1926 []
  6. L’Humanité, 13 septembre 1926 []
  7. Archives nationales 20010216/21 dossier n° 484. Rapport de la direction de la Sûreté en date du 23 septembre 1926. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *