Carnet de voyage en URSS, 1926 (II)

Épisode 2 : Récit de voyage en URSS du 20 septembre au 28 octobre 1926 par Régis Tauleigne, jeune ouvrier stéphanois.

Pour Régis Tauleigne, le voyage qui doit durer six semaines commence dès le 12 septembre lorsqu’il quitte Saint-Étienne pour Paris où se retrouve la délégation avant le grand départ. Les premières visites débutent : la Tour Eiffel, le Trocadéro, mais également les grandes gares parisiennes.
Le 20 septembre, la délégation embarque au Havre sur un vapeur, le Barsac. Tauleigne note : « L’équipage très sympathique sauf le capitaine ». Le 23, à Hambourg, les voyageurs changent pour un bateau soviétique (le Yamal). Tauleigne écrit : « Il y a une différence de 100 % avec le Barsac », le décor est grandiose aux couleurs de l’URSS (pavillon rouge avec faucille et marteau, portrait de Lénine) et les conditions de vie sont améliorées.

Le 30 septembre, les délégués arrivent à Moscou où ils sont accueillis en grande pompe : « Les photographes nous attendent (…). Nous nous rendons à l’hôtel en automobile à notre arrivée était présent [sic] le secrétaire des Jeunesses communistes russes et des membres de CJ ». Les voyageurs sont bien reçus pendant tout leur périple. L’accueil des populations étonne le jeune ouvrier. Le 10 octobre, à l’arrivé à Kiev le train dans lequel se trouve la délégation est pris d’assaut par la foule au son de l’Internationale, conduit sur une place « où 20 000 personnes avec peut-être 100 drapeaux » les attendent1). Le cortège automobile part « sous une pluie de bouquets » aidé de la milice qui doit écarter la foule. Le long du trajet les gens se sont regroupés en bord de route pour les acclamer. Ce jour-là, Tauleigne, Gaucher, Marlot, Roguier et Martinet font même un discours devant un demi millier de personnes.

D’autres délégations étrangères effectuent à la même époque un voyage en URSS. Tauleigne y fait souvent allusion dans son carnet. Le 3 octobre, ils visitent par exemple «  un club de rayon en compagnie des Anglais (…), une camarade russe [leur] sert d’interprète, elle parle anglais, français et allemand ». Quatorze délégations étrangères (huit anglaises, huit allemandes, deux françaises et deux italiennes) voyagent en URSS à l’automne 19262 et partagent certaines activités, à l’instar d’un concert de la délégation des mineurs anglais, auquel les jeunes Français assistent en compagnie de la délégation des libres penseurs allemands.

Le programme de visite doit permettre à la délégation d’effectuer diverses études techniques mais également de découvrir les conditions de vie et de travail des travailleurs sur l’ensemble du territoire soviétique : les jeunes Français découvrent aussi bien l’usine automobile Arno à Moscou, que la quatrième manufacture de tabac d’État à Kiev ou un dépôt de réparations de locomotives et de wagons à Odessa. Tauleigne est particulièrement étonné par les « journées de six heures avec ration de lait quotidienne » et « les cinq semaines de congés payés pour les ouvriers et ouvrières ». Chaque étape permet de découvrir un corps de métier ou une institution différentes choisis avec minutie par les organisateurs russes en fonction de la composition de la délégation : pour les marins comme Guidici et Lorin, le chantier maritime André Marty et les navires de guerre Komintern et Panorama ; pour Marthe Marmot, seule femme de la délégation française, la fabrique de tissage Rose Rouge et les services de garde d’enfants offerts à ses ouvrières. Pour sa part, le jeune métallurgiste stéphanois est intéressé par la chaudronnerie du dépôt de locomotives de Dnipropetrovsk (actuellement Dnipro), près d’Odessa. À la faculté ouvrière de Poskrowski de l’Université de Moscou, on explique aux jeunes Français qu’y sont envoyés les ouvriers les plus méritants. Le commissaire du peuple à l’Instruction publique leur recommande d’éduquer à leur retour en France « leurs propres enfants dans la même mesure que ceux de Russie ». La délégation visite également la prison « modèle » de Dnipropetrovsk où les condamnés sont éduqués par le travail : ceux qui se conduisent bien peuvent voir « leur peine réduitent [sic] de deux tiers. On [leur] donne aussi des vacances pour aller travailler chez [eux] » et « généralement ils reviennent tous ». Dans l’un de ses rapports2, la délégation note tout de même un défaut dans le couchage : « 2 femmes couchés à terre » ; mais comme le souligne le jeune ouvrier de Saint-Etienne, « nous avons fait réclamation et le commandant doit remédier à cet état de choses »3.

Photo de la retranscription de l’affiche dans le carnet. Source: Archives nationales, cote F/7/15016

Le programme de voyage inclut également quelques divertissements. Le 3 octobre à la grand joie de Tauleigne, la délégation assiste à un match de football entre Leningrad et Moscou, deux équipes qui peuvent soutenir, selon lui « la comparaison avec le club de Chamond ». Après le match, les Français visitent le musée de la Révolution situé dans l’ancien Palais d’Hiver des tsars qui présente les différents mouvements révolutionnaires de la Russie. Tauleigne en fait une description précise en accordant une importance particulière à une affiche électorale du 6 mai 1906 de la SFIO dont le texte est retranscrit en intégralité dans le carnet.

L’Ukraine et la Crimée tiennent une place importante dans le parcours de visite. Elles permettent aux autorités soviétiques de rappeler l’intervention des « capitalistes français » pendant la guerre civile russe. Le présent du Soviet d’Odessa en profite pour insister sur le coût des bombardements français.

Le 28 octobre à l’heure du départ, le jeune Tauleigne évoque son émotion à l’idée de quitter des amis et un pays qu’il apprécie : « Les adieux furent touchants, à la douane nous chantons l’Internationale puis nous embrassons nos interprètes et ceux qui nous ont accompagnés (…) Jamais moment ne fut plus émotionnant pour nous car nous quittons de bons camarades et un pays d’une fraternité unique au monde ».

À son retour en France il entame une tournée de propagande pour faire découvrir ce pays4 : dès le 3 novembre des réunions préparatoires ont lieu à Saint-Denis jusqu’au 13 novembre, date du retour de Tauleigne à Saint-Etienne. Une fois rentré chez lui, il écrit dans son journal aux dates du 15 et 20 novembre « rien n’est prêt [à Lyon] pour la tournée ». Ce n’est que le 24 novembre qu’a lieu la première conférence à Chalons-sur-Saône devant une cinquantaine de personnes suivront les villes d’Autun le 25 et de Montchanin le 26. Si le carnet s’arrête à cette dernière date, les rapports des commissaires spéciaux et des préfets nous donnent un aperçu des suites de la tournée5.

Le jeune homme présente son point de vue sur la « Russie rouge » début décembre dans le département de l’Ariège. Les 18 et 19 décembre il est dans le Gard. Enfin, un rapport du 16 janvier 1927 du commissaire spécial de Lons-le-Saunier fait état d’une dernière conférence qui semble clore la tournée dans la région lyonnaise le 20 janvier 1927.

Cartographie du voyage de Tauleigne

Auteur du billet:

Christophe Bouvier, archiviste au département de la justice et de l’intérieur Archives nationales

  1. Les chiffres sont ceux donnés dans les rapports de la délégation (Archives nationales F/7/15016 dossier Tauleigne) ou le carnet de note de Tauleigne (Archives nationales F/7/15016 dossier Marcon []
  2. Archives nationales F/7/15016 dossier Tauleigne. Note de Tauleigne []
  3. Archives nationales F/7/15016 dossier Tauleigne []
  4. Archives nationales 20010216/21 dossier n° 484. Carnet de Tauleigne à la date du 24 novembre. Rapport du préfet de Saône-et-Loire en date du 27 novembre 1926. []
  5. Archives nationales 20010216/21 dossier n° 484. Rapports du préfet de la Drôme en date du 2 décembre 1942 et du commissaire spécial d’Alès en date du 14 décembre 1926 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *