Séminaire ANR Paprik@2F: « Le Parti Communiste Français et le fait militaire »

La quatrième séance du séminaire « Archives et histoire du communisme » de la deuxième année du programme ANR PAPRIK@2F aura lieu le 15 avril 2015 de 14h à 18h aux Archives Départementales de Seine Saint-Denis

0743_les_ftpfLa guerre a marqué de sa présence exceptionnelle et multiforme le XXe siècle français et européen. Elle imprègne profondément l’histoire du bolchevisme, pour lequel la guerre civile en Russie est une « expérience formatrice » fondamentale (S. Fitzpatrick). Par la suite, l’industrialisation stalinienne à marche forcée comporte un volet militaire qui vise à doter l’URSS d’un complexe militaro-industriel lui permettant de se défendre contre la « conspiration permanente » (G. Rittersporn) qui se trame à ses frontières. En France, l’armée est une institution centrale de la vie politique et sociale de la IIIe et de la IVe République. L’expérience du service militaire est un fait universel pour la jeunesse française après 1905. Cette jeunesse est d’ailleurs mobilisée deux fois en 1914 et en 1939 – sans compter, par exemple, le rappel de certaines classes envisagé pendant la guerre du Rif. Certes, la guerre d’Indochine, la participation française à la guerre de Corée ou la guerre d’Algérie sont hors du champ chronologique de notre séminaire, mais la période 1914-1962 forme à l’évidence une séquence marquée de façon extraordinairement insistante par le fait militaire et guerrier. C’est la raison pour laquelle il nous semblait nécessaire d’y consacrer une séance.

Si l’on s’en tient tout d’abord à une perspective d’histoire globale, la guerre a joué un rôle majeur dans l’avènement et le développement des régimes communistes, à commencer par l’URSS. De là, se pose la question à la fois légitime et problématique du caractère martial d’un phénomène communiste sans doute pluriel, mais forgé sur un modèle soviétique profondément marqué par la militarisation de la politique ou, tout au moins, par la « brutalisation » supposée (G. L. Mosse) de l’Europe de l’entre-deux- guerres. L’historien Georges Vidal, qui a consacré sa thèse aux rapports entre le PCF et l’armée sous le Front populaire (La grande illusion ? Le parti communiste français et la Défense nationale à l’époque du Front populaire, Paris, PU de Lyon, 2006), est revenu dans un livre récent sur la place du fait militaire dans l’histoire globale et comparée du communisme (Histoire des communismes, Ellipses, 2013), c’est la raison pour laquelle il présentera une réflexion sur ce thème en ouverture du séminaire.

Nos travaux emprunteront ensuite deux directions. Nous avons déjà abordé dans nos séances précédentes la question essentielle de la répression, à laquelle à la fois le séminaire et l’ANR Paprik@2F font une large place, en particulier sous l’angle archivistique. Plusieurs intervenants des Archives nationales (Anne Leblay-Kinoshita, Emilie Charrier) et du Service historique de la Défense (Frédéric Queguigneur) évoqueront la répression des « menées communistes » par les services spéciaux de police, dont l’ANR Paprik@2F a contribué à mettre en valeur les fonds des Archives nationales, et dans l’armée, où bien des militants communistes, surtout parmi les Jeunesses, se sont retrouvés si l’on peut dire « malgré eux ». Antimilitariste (et anticolonialiste par principe) dans les années 1920, le PCF change de stratégie au milieu des années 1930, sous l’effet du pacte Laval-Staline qui surprend (et déroute parfois) les militants du rang. Dans ses carnets, Cachin note ainsi à la date du 26 juin 1935, après une discussion avec la direction du Komintern : « Il faut avoir l’armée. Les ouvriers avec des revolvers, c’est absurde. » La formule est forte et prend valeur de tournant. Mais il faut tout au moins discuter de la valeur de cette périodisation à la lumière des nouvelles archives.

001_GDA AN F7 1379Les appels à la guerre civile des brochures insurrectionnels de la fin des années 1920 sont, il est vrai, restés lettre morte. Malgré l’investissement financier et militant dont il bénéficie, l’« appareil anti » – c’est-à-dire l’organisation clandestine de propagande communiste dans les casernes – est demeuré inefficace et largement pénétré par les services de renseignement policiers et militaires. En septembre 1939, les communistes ont « marché » dans leur immense majorité, alors que le parti n’était pas encore interdit et que la ligne nouvelle consécutive au Pacte germano-soviétique était encore flottante. C’est la raison pour laquelle l’expérience des maquis communistes, étudiée ici par Fabrice Grenard, offre un point d’appui particulièrement utile à la comparaison avec l’héritage idéologique et « pratique » du Parti, mais aussi avec d’autres maquis et d’autres formes de « petite guerre ». Expérience militaire à part entière, malgré la pénurie d’armes et les tactiques d’évitement de l’ennemi, l’épisode maquisard possède un statut complexe dans la politique et la mémoire communistes, puisqu’elle est à la fois prestigieuse et symbolique des difficultés du contrôle d’un parti résistant et urbain sur la « lutte armée » clandestine dans les campagnes sous l’Occupation.

Intervenants

  • Georges Vidal (Université de Montpellier) : Le communisme, le PCF, la guerre et le facteur militaire au XXe siècle
  • Anne Leblay-Kinoshita, Émilie Charrier (Archives nationales) : La lutte contre la propagande du PCF auprès des conscrits dans l’entre-deux-guerres à travers les fonds d’archives ministériels 
  • Frédéric Queguineur (Service historique de la Défense, Vincennes) : Communisme et communistes en France occupée à travers les archives des services spéciaux
  • Fabrice Grenard (Sciences Po, Paris) : Le PCF et les maquis

Téléchargez le programme en format PDF. 

Pour consulter le programme complet du séminaire ANR PAPRIK@2F pour l’année 2014-2015 cliquez ici


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *