L’Internationale Communiste, le Parti communiste et la question algérienne au début des années 20

anticolonialisme-sfic.previewSi, dès sa création, la question coloniale est abordée par la SFIC, c’est l’Internationale communiste qui, progressivement, l’amène à adopter une politique et des mots d’ordre anticolonialistes, en particulier dans les fédérations d’Algérie.

La notion de travail révolutionnaire dans les colonies est un élément essentiel de la rupture avec la pratique de « collaboration de classe » de la Deuxième Internationale. La huitième condition d’admission à l’Internationale Communiste précise ainsi la nécessité de soutenir les mouvements d’émancipation dans les colonies, « non en paroles, mais en fait »1. Les colonies jouent un rôle décisif dans le maintien du système impérialiste, il est donc nécessaire de mener conjointement « la révolution prolétarienne et la révolution des colonies »2. Les partis qui se déclarent anticolonialistes mais qui n’agissent pas en conséquence sont pointés du doigt.

L’attitude de la SFIC et de sa Fédération d’Algérie

En France et dans ses colonies, cette thèse est accueillie avec une certaine froideur. Certes, dès le 5 juin 1921, le PC-SFIC met en place un comité d’études coloniales (CEC) qui fonctionne d’abord assez bien et obtient une place dans les colonnes de l’Humanité. Mais la tribune est néanmoins vite supprimée et le CEC se retrouve immobilisé3. En Algérie, les communistes de Sidi-Bel-Abbès, qui constituent une des plus importantes sections de la colonie, rejettent la huitième condition et proposent une politique de « présence coloniale anticapitaliste »4. Selon eux, les « sociétés primitives » africaines, sous domination religieuse et bourgeoise, ne sont pas capables de mener une lutte cohérente. En refusant d’intégrer la question nationale dans la question de classe, une partie des communistes d’Algérie refusent donc de s’engager dans la lutte  anticolonialiste.

Si la motion des communistes de Sidi-Bel-Abbès ne suscite pas de réactions dans la presse communiste nationale, elle est condamnée par le IVe congrès de l’IC en 1922 (Trotsky la dénoncera comme étant « un point de vue purement esclavagiste »5.)

Les critiques du IVe Congrès

Au cours de ce congrès de l’IC, l’action du parti français est en effet critiquée, et le devoir du PC français auprès des peuples colonisés réaffirmé. Une nouvelle orientation est alors progressivement mise en place. Une commission coloniale centrale commence à fonctionner à Paris en 1923. En Algérie, le Congrès fédéral d’Alger adopte un « Programme d’action concernant la population indigène » et se prononce pour la représentation des indigènes au Parlement, pour le suffrage universel, le développement de l’instruction et contre l’expropriation. Mais l’activité en direction des indigènes reste toujours distincte de celle en direction du prolétariat d’origine européenne.

L’objectif est désormais de recruter des Algériens et, en 1924, la Commission coloniale centrale propose la candidature d’Hadj Abd el-Kader aux élections législatives à Paris.

La bolchevisation et ses conséquences

Le Ve congrès de l’IC reste critique vis-à-vis de l’action du parti français. Son activité anticolonialiste est encore jugée bien timide et le Komintern encourage vivement une alliance entre le prolétariat révolutionnaire et les mouvements d’émancipation nationale.

Abd el Krim en 1925

Abd el Krim en 1925 (extrait de « Abd el Krim et la République du Rif »).

Le PC-SFIC s’exécute. C’est le temps de la bolchevisation, avec l’exigence de discipline qui l’accompagne. Le parti s’engage ainsi contre la guerre du Rif, au Maroc, en soutenant Abd el-Krim par une grande campagne d’agitation et une tentative de grève générale. Dans l’Humanité, Pierre Sémard et Jacques Doriot proclament : « Vive l’indépendance du Maroc ! Vive la lutte internationale des peuples coloniaux et le prolétariat mondial !6 ».

Réalités algériennes

En décembre 1924, à Paris, le Congrès des travailleurs nord-africains adopte un programme significatif : suppression de l’indigénat, suffrage universel pour tous, égalité devant l’impôt, instruction obligatoire gratuite dans les deux langues, égalité des traitements des fonctionnaires, suppression des communes mixtes, liberté de presse, de parole, d’association, suppression de la loi sur l’immigration, suppression de l’inégalité militaire, amnistie générale et égalité des salaires pour un même travail.

Le parti français relance ses tentatives d’organisation du travail colonial. Il ne s’agit plus d’attendre la révolution communiste en Europe pour libérer les peuples coloniaux du « joug impérialiste ». Au contraire, la bourgeoisie nationaliste, en sapant une des « bases économiques » de l’impérialisme, doit hâter la révolution prolétarienne.

Malgré tout, le parti souffre d’un manque d’intérêt des militants français pour la question coloniale et de sa faible part de militants coloniaux. Le manque de mobilisation permet mal de suivre les orientations de Moscou.

En janvier 1925, le congrès fédéral d’Alger vote, à l’unanimité, les textes adoptés par le Congrès des travailleurs nord-africains de Paris.

Mais le changement le plus significatif se produit en mai 1925 quand le congrès de la nouvelle « région » d’Algérie, qui résulte de la fusion des trois fédérations, propose un ordre du jour adapté à la situation locale. Dans un effort de compréhension de la réalité algérienne, un programme de réforme agraire est publié. Mais surtout, il est décidé de présenter une liste indigène pour les élections municipales. Pour la première fois pendant une campagne électorale, des pages de La lutte sociale, le journal communiste local, sont éditées en arabe et l’indigénat s’impose comme sujet de débat pour toute la classe politique. En février 1926, au congrès de la région Algérie, une résolution adoptée par 14 voix contre 10 propose le mot d’ordre d’indépendance.

Pour en savoir plus :

Jacques Choukroun, « L’Internationale communiste, le PC français et l’Algérie (1920-1925), éléments pour une étude de la question coloniale », Cahiers d’Histoire de l’institut Maurice Thorez, n°25-26, 1978.

Céline Marangé, « Le PCF, le Komintern et Ho Chi Minh », Communisme, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, pp. 47-76.

  1. Les quatre premiers congrès de l’Internationale Communiste, Maspero, Paris, 1969, p.40. []
  2. Thèses supplémentaires adoptées au IIe congrès de l’IC, Les quatre premiers congrès de l’Internationale Communiste, Maspero, Paris, 1969, p.59-60. []
  3. Céline Marangé, « Le PCF, le Komintern et Ho Chi Minh », Communisme, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, p.50. []
  4. Motion de Sidi-Bel-Abbès, 22 avril 1921, in La Lutte sociale, mai 1921. []
  5. Céline Marangé, « le PCF, le Komintern et Ho Chi Minh », Communisme 2013, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, p.53. []
  6. C. Liauzu, Histoire de l’anticolonialisme en France du XVIe à nos jours, Paris, Armand Colo, 2007, p.144. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.