Une figure du Parti communiste : Marcel Cachin

La mémoire collective retient souvent l’image de Marcel Cachin, orateur debout sur l’estrade du Congrès de Tours, mais il n’en demeure pas moins que celui qui a œuvré à l’adhésion du parti socialiste unifié au Komintern est en 1914, comme la très grande majorité des socialistes, un farouche partisan de l’Union sacrée. Comment expliquer cette évolution majeure, que la violence de la rupture de 1920 a parfois tendu à présenter comme une trahison opportuniste ?

Marcel Cachin pendant son discours au congrès de Tours, décembre 1920

Marcel Cachin pendant son discours au congrès de Tours, décembre 1920

Un guesdiste historique

L’école de la République, véritable ascenseur social pour le jeune Breton, conduit Cachin à faire des études de philosophie à Bordeaux où il entre au Parti ouvrier de Jules Guesde et de Paul Lafargue en 1892.  Il se voit même retirer sa bourse d’agrégation en raison de son engagement ! Cachin est donc un guesdiste historique. Il œuvre à l’unification du socialisme français, d’abord en 1902 avec la naissance du Parti socialiste de France, fusion du Parti ouvrier (renommé Parti ouvrier français) et du Parti socialiste révolutionnaire d’Edouard Vaillant, puis en 1905, au Congrès d’unification du Globe, qui donne naissance à la SFIO, et où il présente le rapport sur la tactique électorale. Dans le nouveau parti, il remplace Jules Guesde (malade, débordé et vieillissant) comme délégué du parti à la propagande. Cadre et dirigeant éminent, Cachin entre à L’Humanité, au secrétariat du parti, puis est élu député dans le XVIIIe arrondissement de Paris (mai 1914). Jaurès assassiné et la France envahie, Cachin exalte la « défense de la patrie en danger », héritée de l’An II, et préside le comité patriotique du ravitaillement de Paris.

Cachin dans la Grande Guerre

N9038966_JPEG_1_1DM

Discours de Marcel Cachin à la Chambre 1922
(Source: Gallica)

Membre de la commission des affaires extérieures de la Chambre des députés, il participe à plusieurs missions (en Italie au printemps 1915, pour obtenir son entrée en guerre, puis en février 1917). Son nom est évoqué pour entrer au gouvernement. En avril 1917, il est envoyé en Russie avec ses camarades Marius Moutet et Ernest Lafont, afin de s’assurer de l’appui des socialistes russes dans la continuation de la guerre contre l’Allemagne impériale. Malgré son caractère nettement ententiste, cette rencontre avec la Russie révolutionnaire est primordiale (Gilles Candar) ; c’est de ce moment que date son rapprochement avec Jean Longuet, chef de file des pacifistes modérés au sein de la SFIO. Cachin est séduit par le discours menchevique sur la paix sans annexions ni contributions et s’engage fortement pour la tenue de la conférence de Stockholm, où les Français finalement n’iront pas, mais qui correspond à une forte aspiration de la base militante du parti (et peut-être même de l’opinion) épuisée par trois ans de conflit. C’est le début de son éloignement avec l’union sacrée.

Pourtant, après octobre 1917, il n’adhère pas pour autant aux positions bolcheviques, soutenant Kerenski en 1918. Il gagne avec Jean Longuet la majorité du parti en octobre 1918 et est élu in abstentia directeur de L’Humanité face à Pierre Renaudel. Il est alors perçu comme un homme charnière entre les courants, capable d’assurer entre eux l’équilibre dans la rédaction du journal où les amis de Longuet sont désormais très influents. Analysant les méfaits de cette guerre totale, Cachin s’emploie en 1919 à dénoncer violemment le traité de Versailles, à rechercher les moyens de l’unité des socialistes. Il salue également avec sympathie l’auteur du programme socialiste pour les législatives, Léon Blum, mais cette tentative de rassemblement temporaire du parti autour de son programme est un échec.

Vers la scission

Au congrès national de Strasbourg (février 1920), la majorité du parti socialiste décide de quitter la IIe Internationale d’avant-guerre. Le parti est dans une situation difficile, il n’appartient plus désormais à aucune internationale et l’attraction de l’Internationale bolchevique joue à plein. Cachin est mandaté avec Louis-Oscar Frossard pour rencontrer les dirigeants de l’IC et assistent à son deuxième Congrès en juillet 1920. Les deux hommes décident d’adhérer « personnellement » à la IIIe Internationale et font une active propagande en ce sens lors de leur retour en France fin août. Cachin écrit dans ses Carnets, le 8 août 1920, « il faut agir dans le sens de Moscou, car d’abord ils ont montré le chemin et ont déjà accompli une moitié de leur tâche, celle qui est la moins aisée, la destruction du régime de l’argent. Et d’avoir agi leur confère un prestige immense et légitime. Puis, ils sont restés dans la tradition révolutionnaire des temps modernes. Ils sont nourris de la révolution française. Et ils sont nourris de Marx, d’Engels, des enseignements de la Commune. Ils sont la vie, l’avenir : ils ont frayé une voie nouvelle à l’humanité. Sans faiblir, sans fléchir, une voie farouche, ils vont de l’avant ». ((Denis Peschanski [dir.], Les carnets Marcel Cachin, (4 tomes), Paris, CNRS Éditions, 1993-1998.)) Cependant, avec Frossard, ils défendent pendant plusieurs semaines une version édulcorée de neuf conditions d’adhésion, qui laissent une grande liberté d’action à la SFIO rénovée qui sortirait de l’adhésion telle qu’ils la souhaitent.

Un des pères fondateurs du PCF

A la veille du célèbre congrès de Tours, la SFIO est divisée en trois grands courants. Le « Comité pour la reconstruction de l’Internationale » élabore une motion « d’adhésion sous réserves à la IIIe Internationale » (Jean Longuet), en réalité très réservée vis-à-vis de toute adhésion, surtout de la part de son second chef de file, Paul Faure. Une deuxième motion « pour l’unité internationale », réunissant des dirigeants qui ont participé à l’union sacrée (signée notamment par Léon Blum), refuse purement et simplement l’adhésion, mais elle compte peu de mandats et rassemble les anciens partisans de la Défense nationale, décriés par la base profondément renouvelée du parti. La troisième motion regroupe le « Comité de la IIIe Internationale » et une fraction des reconstructeurs, propose une adhésion sans réserve (Cachin, Frossard, Loriot et Souvarine), en réalité sur la base d’une motion qui intègre en les discutant le texte des vingt-et-une conditions adoptée par le IIe Congrès de l’IC à l’été précédent. Une dernière motion d’adhésion immédiate et sans discussion est très marginale et ne rassemble que quelques dizaines de mandats (sur un peu moins de 4 000 au total).

Lorsque le Congrès de Tours commence le 25 décembre 1920, tout le monde sait déjà que l’adhésion à l’IC doit l’emporter. Toutefois, les « reconstructeurs » se divisent : une partie suit la majorité, une autre, rassemblée autour de Longuet, dont le cas personnel, dramatisé par son exclusion de la nouvelle Internationale par les bolcheviks, a divisé le camp favorable à l’adhésion, reste à la « vieille maison » selon l’expression de Léon Blum. Si l’adhésion majoritaire au congrès de Tours est un grand succès pour les bolcheviks et une réussite pour les partisans de l’adhésion, l’absence de Longuet puis la fragilité du camp de l’adhésion vont déstabiliser durablement le nouveau parti communiste régénéré qui voit le jour fin décembre (Romain Ducoulombier).

L’histoire retient que c’est la motion Cachin-Frossard-Souvarine (le nom de Souvarine a été amputé avec le temps, en raison de son exclusion du PC-SFIC au milieu des années 1920) qui l’emporte et qui fonde le PC-SFIC1 Pour Cachin, cette adhésion s’inscrit dans la continuité d’un engagement. Dans son intervention, où il plaide pour un parti centralisé, opérant une synthèse entre les différentes cultures du socialisme, il justifie ses choix : « J’ai dit toujours honnêtement et loyalement ce que je pensais, et quand il a fallu prendre ces décisions, je les ai prises en toute conscience, et j’ai mis à la disposition de mon parti toute la fougue de mon tempérament »2

En réalité, et en dépit de ses déclarations, le parcours de Cachin montre bien la difficulté de rattacher le nouveau parti communiste aux anciens courants du socialisme français : la rupture de la guerre a rebattu les cartes. Il incarne, certes, la fidélité au guesdisme, qui, par son caractère ouvriériste, très « lutte des classes », a pu apparaître comme une des matrices du parti communiste en France. Mais les guesdistes historiques en 1920 sont divisés et Jules Guesde lui-même a refusé l’adhésion. Cachin, ensuite, est critiqué par l’ancien courant zimmerwaldien, le plus à gauche du pacifisme de guerre si l’on veut, comme étant un ancien majoritaire rallié par opportunisme au nouveau parti, en particulier afin de préserver sa position de directeur de L’Humanité depuis 1918. Cette défiance se tournera en haine après l’exclusion ou la démission de certaines des principales figures de ce courant au milieu des années 1920 : Cachin, en effet, est un militant dont le parcours et les positions sont à mille lieues des leurs. Enfin, Cachin a rompu le tandem qu’il formait depuis 1918-1920 avec Frossard lorsque ce dernier décide de démissionner en 1923. Alors que celui-ci considère que les bolcheviks, par leur pression continuelle et leur soutien à la gauche du parti, qui lui est hostile, ont rompu avec la « charte » de Tours qu’il concevait comme proprement française, Cachin, lui, décide de rester fidèle au nouveau parti communiste, et ce jusqu’à sa mort. D’autres événements, notamment pendant l’Occupation, viendront troubler encore l’image du personnage. Son itinéraire n’en reflète pas moins la complexité de la crise socialiste entre 1914 et 1920 et les limites d’une approche classique en termes de généalogie intellectuelle ou  de rupture et de continuité.

Jean Vigreux (avec R. Ducoulombier)

  1. Pendant quelques mois (jusqu’au congrès administratif de mai 1921), le nouveau parti s’appelle Parti socialiste-SFIC, en contradiction avec l’une des conditions bolcheviques. Ce choix, qui correspond au souhait de Frossard, souligne les réserves avec lesquelles Cachin et lui ont envisagé d’aller à Moscou. []
  2. Jean Charles et alii, Le Congrès de Tours, Paris, Éditions Sociales, 1980, p. 620. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *