De la Grande Guerre au Congrès de Tours : le retour en politique de Léon Blum (3)

Dernier volet de notre série consacrée à Léon Blum à la veille du congrès de Tours.

Bonne année à tous !

Contre le bolchevisme

Pour Blum, enfin, il s’agit moins d’adopter les idées bolcheviques, que de s’en approprier quelques mots-clefs pour contrer leur influence. Les sources de son antibolchevisme ne sont pas entièrement connues. L’influence du menchevisme est importante, celle de discussions avec des socialistes comme Salomon Grumbach ou Paul Mistral, antibolcheviques de choc, également. Mais Blum n’est vraiment libéré des circonvolutions que lui impose le jeu des tendances internes au parti qu’avec la publication du télégramme d’adhésion « personnelle » de Marcel Cachin et Louis-Oscar Frossard à la IIIe Internationale dans L’Humanité le 21 juillet 1920. Léon Blum peut alors prendre progressivement la tête de la « Résistance » au bolchevisme, d’autant plus qu’il a été élu député de la Seine en novembre 1919, dans des élections difficiles pour les socialistes.

Le Congrès de Toursurl

Depuis le congrès de Strasbourg, en février 1920, la SFIO est orpheline d’Internationale : elle est sortie de la Deuxième, à laquelle elle appartenait depuis sa fondation en 1905, sans adhérer à la Troisième Internationale de Lénine. Cette situation est intenable sur le long terme. En juillet-août, Marcel Cachin et Louis-Oscar Frossard se sont rendus en Russie, avec mandat du parti, pour y « mener l’enquête » et examiner les conditions éventuelles d’une adhésion. Mais ils outrepassent largement ce mandat en donnant leur adhésion « personnelle » à l’IC, ce qui ouvre, au sens strict, la longue bataille pour l’adhésion qui mène à la scission de décembre au congrès de Tours et à la naissance en France au Parti communiste.

Blum participe aux réunions informelles qui permettent aux « Résistants », c’est-à-dire au camp du refus pur et simple de l’adhésion, de se doter d’une motion, publiée le 10 décembre 1920 dans L’Humanité. Le but n’est pas tant de vaincre au congrès, parce que l’issue paraît fatale, même si les débats peuvent jouer à la marge, mais bien de préparer l’avenir et de préparer la reconquête – Guesde en est convaincu – des « néo-communistes » égarés dans le camp de l’adhésion. Pour la « Résistance », le congrès est un échec profond. Ses représentants le quittent avant son terme. Blum y prononce un discours historique, même si, comme l’a montré l’historien Frédéric Cépède, il faudra attendre 1934 pour le voir publier, preuve qu’il n’est pas encore gravé dans le marbre et que son effet, sur le moment, est sans doute moins fort qu’on a bien voulu le dire. En tout cas, son effet sur l’historiographie du communisme en France sera énorme. En définissant le bolchevisme comme un « corps doctrinal », comme un « bloc » cohérent, il va largement contribuer à fonder l’interprétation selon laquelle le « bolchevisme » est une imposition « par le haut » d’idées étrangères sur le « corps sain » de ses traditions. Sa question rhétorique lancée au congrès le 27 décembre, « Acceptez-vous, ou n’acceptez-vous pas cet ensemble de doctrines ? », résume parfaitement la force de cette position de Léon Blum.

Celui-ci maintient certes la nécessité d’une « rupture de la légalité » pour parvenir au socialisme et de la « dictature du prolétariat », ce qui a depuis fait couler beaucoup d’encre sur cette nouvelle « synthèse » qui devait marquer l’histoire de la SFIO. « Nous avons toujours pensé en France, dit-il le 27 décembre, que demain, après la prise du pouvoir, la dictature du prolétariat sera exercée par les groupes du parti socialiste lui-même, devenant, en vertu d’une fiction à laquelle nous acquiesçons tous, le représentant du prolétariat tout entier1. » L’incise, qui définit la dictature du prolétariat comme une « fiction juridique », est fondamentale pour comprendre la position de Blum.

Ce mot de « fiction » est un mot clef. Il est totalement étranger au langage léniniste dans lequel la dictature du prolétariat est une réalité fondée sur le caractère effectivement représentatif, voire incarnatif, du parti bolchevique. Il est emprunté au langage juridique, où il désigne une technique d’élaboration du droit positif qui établit comme vrai un fait qui est faux, et qui est connu comme tel. Anne Simonin a montré récemment que cette technique juridique, entourée d’une grande méfiance, avait fait l’objet, juste avant la guerre, d’un regain d’intérêt érudit de la part des historiens du droit, dans un ensemble de travaux2 dont Blum devait sans doute avoir connaissance, en sa qualité de conseiller d’État. La fiction juridique ne relève pas du genre utopique : c’est une hypothèse, une conjecture qui permet d’élaborer des instruments théoriques pour comprendre la réalité et rendre intelligible la structure interne de l’État3. « Le raisonnement consiste à faire comme si le fait que l’on sait faux est vrai afin d’être en mesure d’expliciter une conception juridique nouvelle et d’atteindre un but ultérieur4. » La dictature du prolétariat, entendue dans cette perspective, demeure un état juridique transitoire vers le socialisme, mais l’interpréter comme une fiction recèle des conséquences profondes sur la conception blumienne du socialisme et du prolétariat.

Cette conception comporte des conséquences fondamentales pour comprendre ce qu’est le socialisme de Léon Blum. La classe ouvrière est une clientèle politique, et non un artefact au nom duquel il est possible de parler. La SFIO, par conséquent, est un parti comme les autres, mais le maintien de cette fiction légitime son rôle ou sa vocation historique de libération du prolétariat. C’est donc aussi un jugement tranché sur la nature des élites socialistes : il y a dans ce « comme si » une immense distance vis-à-vis de toute conception ouvriériste et incarnative de l’élite révolutionnaire. Il suffit, en quelque sorte, de vouloir cet état supérieur de civilisation pour être socialiste. Une telle position est extrêmement forte, dans la mesure où elle offre à la bourgeoisie avancée une place légitime dans la direction des destinées ouvrières : Blum règle de cette façon l’épineuse question sociologique qui taraude le personnel socialiste avant 1914. Le parti socialiste est une organisation représentative d’un genre spécial, susceptible d’investissement moral quasi-religieux : c’est une position finalement très jaurésienne. Mais son expérience personnelle suggère à Blum que le socialisme dispose désormais d’un levier de changement nouveau : l’État. À l’inverse, cette conception implique que la dictature du prolétariat n’est pas réalisée en Russie. Dès l’origine, existe chez Blum une critique de l’usurpation théorique perpétrée par le bolchevisme, qui est une dictature, non du prolétariat, mais sur le prolétariat. Ce n’est pas l’une des moindres raisons du succès à venir de son grand discours.

Au lendemain du Congrès de Tours, comme l’a montré Tony Judt, la SFIO affaiblie par la scission se campe sur des positions « de gauche », hors de toute compromission ministérielle. Blum accepte un virage nécessaire à la survie du parti. Il en est désormais un homme-clef. Son ascension rapide n’est pas simplement le fruit du hasard et des circonstances. Dans la structure des possibles ouverte par la crise du parti socialiste inaugurée par la guerre, Léon Blum s’est frayé un chemin sous le signe d’une nouvelle vocation : la politique.

  1. Le Congrès de Tours, op. cit., p. 429. []
  2. Anne Simonin, Le Déshonneur dans la République, Paris, Grasset, 2008, p. 278. Sur les fictions juridiques, voir le numéro spécial de la revue Droits. Revue française de théorie juridique, n°21, juillet 1995. []
  3. Yves-Charles Zarka, « État de nature et fiction dans la pensée politique moderne », Droits. Revue française de théorie juridique, n°21, juillet 1995, p. 105-111. []
  4. Anne Simonin, op. cit., p. 280. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *