De la Grande Guerre au Congrès de Tours : le retour en politique de Léon Blum (2)

ob_3789eb_leon-blum04

Suite de notre série consacrée à Léon Blum à la veille du congrès de Tours. Dernier volet prévu en début de semaine prochaine. Bonnes vacances à tous !

Au charbon

L’expérience ministérielle de 1914-1916 est essentielle dans le parcours intellectuel et politique de Blum. Il s’y est absorbé entièrement. Elle est un échec lourd de conséquences pour la SFIO, mais aussi d’enseignements pour l’avenir. Elle parachève la réflexion de Blum sur l’État et le détermine à exprimer sa pensée sur la nécessité de la Réforme gouvernementale, alors même qu’il n’est pas député.

La guerre qui dure s’accompagne d’une crise aigüe du charbon, parfaitement décrite par l’historien Pierre Chancerel. La crise du charbon est double : il s’agit à la fois d’une crise de quantité et d’une crise de prix. Mais il faut y ajouter également la menace permanente du manque de main d’œuvre et la désorganisation des transports qui affecte la distribution du combustible aux ménages et alimente l’inflation. C’est la source de l’impopularité croissante de Sembat. À l’automne 1916, le mécontentement grandit, attisé par Clemenceau. Sembat devient le « général sans rail », par un jeu de mots très clémenciste sur le général Sarrail alors commandant des armées d’Orient et Blum lui-même est pris à partie par L’Homme enchaîné qui révèle les « absences inévitables d’un chef de cabinet écrasé sous le poids des locomotives, en consacrant ses loisirs à la critique hebdomadaire de pièces de théâtre1. » Cette attaque met un terme définitif à la vocation littéraire de Blum.

Les deux lois que Sembat défend en décembre 1915 puis en septembre 1916, mais qui ont été pensées par Léon Blum, n’ont pas connu un destin à la mesure des solutions qu’il imagine. La première, qui permettait la péréquation entre les prix du charbon anglais et français, afin de combattre l’inflation, est tellement modifiée par le Sénat qu’elle n’a plus rien à voir avec le projet initial, lorsqu’elle est adoptée en avril 1916. La seconde, destinée à renforcer les pouvoirs des offices départementaux dans la distribution du charbon, est enterrée. Les solutions de Blum ont reposé, il est vrai, sur la nécessité de l’accroissement des prérogatives de l’État, afin de rationaliser le marché du charbon déréglé par la guerre. Au Sénat et dans les milieux parlementaires, Sembat se heurte alors à l’accusation de « socialisme », ce à quoi il répond que la seule véritable solution aurait été la nationalisation des mines. Sembat, en fait, s’est montré incapable de constituer la diagonale parlementaire qui lui aurait permis de faire adopter les mesures adaptées. En décembre 1916, Sembat démissionne.

Penser l’Etat

L’expérience de la guerre est essentielle pour Blum. Elle enclenche la réflexion sur l’« exercice du pouvoir » qui lui permettra par la suite d’aménager le marxisme et l’exigence révolutionnaire avec lesquelles il doit composer en 1920. Les circonstances de son échec l’ont contraint par ailleurs à réfléchir aux « impasses de la souveraineté classique2 ». Léon Blum est un juriste socialiste qui démystifie l’État, à propos duquel le socialisme d’avant 1914 laisse un héritage inachevé : Blum parachève son intelligence du fait étatique moderne en rompant avec la doxa socialiste sur l’État et son « dépérissement » ou son « caractère de classe », pour en faire un levier du changement social, dans le prolongement d’ailleurs du combat de Marcel Sembat pour les droits des fonctionnaires avant-guerre.

Blum, dans le même temps, réfléchit à la question de la réforme du régime parlementaire. « La guerre a éclairci mes impressions antérieures3 », écrit-il dans ses Lettres sur la réforme gouvernementale publiées anonymement en 1918. L’échec de 1916 n’y est pas étranger : un projet techniquement juste et efficace avait du être mis au rancart par la tyrannie de l’incompétence parlementaire. Dans le prolongement, là encore, des réflexions de Sembat sur la rationalisation de l’activité des Chambres, Blum réfléchit aux moyens d’abolir le règne du « discontinu » dans l’exercice du pouvoir parlementaire. Cependant, Blum n’est pas partisan d’un renforcement du pouvoir du Président de la République. Il considère comme acquises les institutions de la IIIe République. Il propose donc de constituer la présidence du Conseil comme un ministère à part entière et de modifier la procédure de constitution des cabinets sans pour autant les mettre aux mains de « spécialistes », un projet que Sembat avait lui-même caressé.

Dans l’écurie politique de Marcel Sembat

La conférence de Blum sur Jaurès le 31 juillet 1917 est le signal de sa rentrée dans la vie politique socialiste. C’est un plaidoyer pour la synthèse jaurésienne, qui vise aussi à disputer la figure du tribun à la « minorité » pacifiste, dont les positions se renforcent au sein de l’appareil du parti. Blum, largement inconnu de la base avant 1917, ne souffre pas autant des critiques qui se multiplient contre l’ancien état-major ministériel formé par Marcel Sembat, Jules Guesde et Albert Thomas, même si l’on sait que la participation ministérielle socialiste n’est pas totalement interrompue, puisque trois commissaires au gouvernement demeurent discrètement dans le gouvernement Clemenceau, et ce jusqu’en 19194. Blum parvient malgré tout à apparaître comme un homme neuf dans la perspective des batailles qui s’annoncent.

C’est lui qui rédige le programme d’avril 1919, alors destiné à répondre au besoin de rénovation socialiste qui s’exprime et à stabiliser autant que possible le parti qui sort exsangue de la guerre. Léon Blum le défend dans un discours important le 21 avril 19195. Le principe de la rédaction d’un programme a été adopté dans les réunions informelles qui se déroulent entre les chefs de tendance socialistes à la fin de l’année 1918 (à l’exception de la gauche dite « zimmerwaldienne »). Les questions de la presse du parti, de l’attachement à la Défense nationale et de la participation ministérielle sont au centre des discussions. Blum préside à la rédaction du programme, ce qui est un succès personnel, mais ce texte, auquel il ne faut pas donner trop d’importance, n’atteint pas son but. Il tente de combiner le principe révolutionnaire de la « dictature du prolétariat » et d’un programme positif de réformes et de rénovation doctrinale. En fait, dès octobre 1919, une première scission de quarante députés se produit, et la combinatoire compliquée du programme de 1919, qui sera le fondement de la SFIO rénovée d’après 1920, ne parvient à satisfaire durablement personne, à la veille du Premier Mai meurtrier de 1919.

  1. Pierre Chancerel, Les Travaux publics sous le ministère de Marcel Sembat 1914-1916, Paris, diplôme d’archiviste-paléographe, sous la direction de Christine Nougaret, École nationale des Chartes, 2008, p. 353. []
  2. Jérôme Michel, Blum. Un juriste en politique, Paris, Michalon, 2008, p. 63. []
  3. Léon Blum, Lettres sur la réforme gouvernementale, Paris, Grasset, 1918. []
  4. Gilles Candar, « Les socialistes contre Clemenceau, tout contre », dans Romain Ducoulombier (dir.), Les socialistes dans l’Europe en guerre. Réseaux, parcours, expériences (1914-1918), Paris, L’Harmattan, 2010, p. 205-217. []
  5. http://www.lours.org/default.asp?pid=188 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *