Changer la vie : les congés payés

photos 3Après la victoire électorale du Front populaire, une vague de grèves déferle sur le pays avec l’occupation des usines, des ateliers et des grands magasins. Le mouvement social lié à la réunification syndicale de la CGT souligne les espoirs de la classe ouvrière et du PCF (le « ministère des masses » selon l’expression de Paul Vaillant-Couturier).

Les réformes du gouvernement Blum

Face à la vague des « grèves sur le tas » du printemps 19361, le gouvernement de Léon Blum mène une première série de réformes sociales et économiques. Léon Jouhaux, secrétaire général de la CGT, déclare le 7 juin 1936, au lendemain des accords Matignon, que « Roger Salengro remplit ce jour-là et cette nuit-là, noblement, humainement, son rôle de ministre de l’Intérieur, responsable de l’ordre public, sans oublier qu’il était un militant, défenseur de ceux qui réclamaient plus de justice »2. Pour la première fois de son histoire, le gouvernement endosse un rôle régulateur lors d’un conflit social sans précédent en organisant la rencontre entre la Confédération générale de la Production française (CGPF, organisation patronale) et la CGT. Tous les ministres concernés sont également présents.photos 5

Dans l’application de ces accords, le gouvernement fait voter la loi sur les conventions collectives, puis celle sur les congés payés (deux semaines de congés par an pour les salariés). La troisième loi fixe la durée maximale du travail à quarante heures par semaine contre quarante-huit heures auparavant (même si la moyenne effective était de quarante-trois heures). Ces trois réformes cumulées constituent une avancée sociale sans précédent dans le cadre d’une République émancipatrice. Elles marquent profondément et durablement les cultures des gauches et du mouvement ouvrier, constituant le socle de la mythologie du Front populaire, en insufflant « un peu d’oxygène à l’étouffement de la condition prolétarienne » selon les mots justes de Maurice Agulhon3. Même Alfred Sauvy, historien économiste, mais aussi contemporain des événements, membre du cabinet de Charles Spinasse, puis conseiller du ministre des Finances de Daladier, Paul Reynaud, qui a jugé très sévèrement l’œuvre économique du Front populaire, reconnaît l’importance des congés payés tout en dénonçant avec force la semaine de 40 heures : « Dans l’esprit de l’opinion, ces deux progrès sociaux sont en balance. Or le premier [les congés payés] ne réduit la production que de 3,8 % (qui peut être récupérée en partie par une heureuse répartition), tandis que la réduction de la semaine légale est de 16,6 %. Ainsi, de ces deux mesures, si souvent assimilées, l’une est 4,3 fois moins coûteuse que l’autre, et c’est précisément celle qui marque le plus grand progrès social »4.

photos 6

Carnet pour la délivrance de Billets populaires de congé annuel
Source: Joconde: Portail des collections des musées de France

Toutefois, si ces lois ont été adoptées par une large majorité — débordant largement de la gauche sur les droites parlementaires —, elles rencontrent assez vite une opposition farouche du patronat, puis des formations politiques de droite, qui considèrent qu’il s’agit d’une apologie de l’oisiveté conduisant au déclin. L’Action française évoque le « Ministère de la paresse » dans une série d’accusations qui sont reprises sous le gouvernement de Vichy et qui ont encore la vie dure…

Des droits nouveaux pour les salariés

Ces mesures sont également accompagnées d’autres droits pour les salariés : le billet de congés payés à 40 % de réduction sur les tarifs appliqués par les compagnies privées de chemin de fer. En peu de temps, près de 600 000 « billets de congés populaires » sont émis (été 1936), puis 900 000 (été 1938), car entre-temps, le gouvernement de Front populaire a créé la SNCF (1937).

Mais comme le fait remarquer à juste titre Madeleine Rebérioux, « partir coûtait cher, les équipements de tourisme étaient rares, le tandem n’était pas à la portée de tous »5. Ainsi, loin des clichés répandus par certaines photographies reproduites qui sont devenues des images collectives du Front populaire, la plupart des voyages sont de courts trajets, permettant au peuple de France « d’aller au devant de la vie », pour découvrir le pays, ses richesses patrimoniales, mais surtout de retrouver les siens à la campagne, afin de renouer avec les origines familiales. Bref, les congés pays ont fait connaître le pays, la Nation au peuple de France, à sa classe ouvrière.

Cependant, cette conquête « la plus révolutionnaire du Front populaire était (…) déjà inscrite dans les grèves de la capitale des années antérieures. Mais il fallut attendre un mouvement social sans précédent, puis l’intervention du législateur et le vote quasi unanime de la Chambre élue en avril-mai 1936 pour voir des vacances rémunérées accordées à l’ensemble des salariés français, et plus particulièrement aux ouvriers, qui avaient été, jusque-là, les grands exclus du droit aux vacances »6.

Le PC français a le vent en poupe

Débouchant sur des acquis sociaux sans précédent, ce mouvement renforce les adhésions au PCF au cours des grèves et de l’été, de façon d’autant plus affirmée que les accords servent de levier aux grévistes en province pour obtenir du patronat local la signature des mêmes droits. Dans cette dynamique, le mouvement social ne faiblit pas et le PCF, qui exerce « le ministère des masses », en appelle à la responsabilité de la classe ouvrière. Son secrétaire général, Maurice Thorez, qui veut souligner la responsabilité de son parti et qui exprime son soutien sans participation au gouvernement de Léon Blum, déclare même le 11 juin : « Il faut savoir terminer une grève dès que satisfaction a été obtenue. Il faut même savoir consentir au compromis si toutes les revendications n’ont pas encore été acceptées, mais si l’on a obtenu la victoire sur les plus essentielles et les plus importantes des revendications ». Au cœur de cette  embellie, L’Humanité qui tire parfois à 700 000 exemplaires, sans oublier Regards, mettent en valeur les congés payés. Plus encore que d’autres mesures, ils entrent alors au Panthéon des gauches et deviennent l’un des « acquis de 36 ».

Pour aller plus loin:

Le Mouvement social, n°150, janvier-mars 1990,

Jean Vigreux, Le Front populaire, Paris, PUF, 2011.

Pour citer ce billet : Jean Vigreux, « Changer la vie : les congés payés », ANR PAPRIK@2F, 16 juillet 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2464] 

  1. Morgan Poggioli, « Les femmes en grève pendant le Front populaire », ANR PAPRIK@2F, 3 juin 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2272] []
  2. voir sa biographie en ligne sur le site de l’Assemblée Nationale: http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=6245 []
  3. Maurice Agulhon, La République, de Jules Ferry à François Mitterrand : 1880 à nos jours, Paris, Hachette, 1990 []
  4. Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, Economica, 1967 []
  5. « Le cinquantenaire du Front populaire », Le Mouvement social, n°143, 1988, p. 119. []
  6. Stéphane Sirot, « Les congés payés en France avant le Front Populaire : l’exemple des ouvriers parisiens de 1919 à 1935 », Vingtième siècle, n°31, 2001, p. 185 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *