Une direction plus homogène, 1934-1938 : le cadre thorézien

N0404919_JPEG_1_1EM

L’Humanité, 18 février 1934
Source: Gallica

L’activité du PCF s’est profondément transformée au cours de la période 1934-1938. L’onde de choc de l’arrivée des nazis au pouvoir en Allemagne change la donne avec l’effondrement du KPD. Profitant de son rôle de laboratoire pour élaborer la ligne nouvelle de l’IC, fondée sur l’antifascisme, le PCF change. Il devient le fer de lance du rapprochement avec les socialistes, avec les forces qui ont vu dans les émeutes du 6 février 1934, un danger fasciste en France. Après la journée d’émeute des ligues d’extrême droite, se pose le problème de l’union des forces de gauche.

La dissidence de Doriot

Quelques dirigeants communistes interprètent dans un sens nouveau les principes du front unique prônés par le Komintern, d’autant qu’à Moscou, au 17e Congrès du PCUS en janvier 1934, la politique stalinienne a évoqué des rapprochements possibles contre le fascisme… Renaud Jean, la figure paysanne du PCF, député de Marmande, responsable de la section agraire du parti et directeur de l’organe La Voix paysanne, Guy Jerram responsable l’ARAC (Association Républicaine des Anciens Combattants), dirigeant du Comité national de lutte contre la guerre et le fascisme et du comité Amsterdam-Pleyel, et surtout le dirigeant, Jacques Doriot, le député-maire de Saint-Denis, manifestent aux côtés des militants socialistes. Doriot prend appui sur les aspirations unitaires et profite des erreurs d’analyse du 13e Plénum de l’Internationale pour défendre l’unité avec les socialistes. Il se rend même à Moscou pour défendre sa thèse. Pourtant, la ligne politique du PCF n’a pas changé ; le parti sous contrôle de Moscou maintient intégralement son analyse du « social-fascisme ». Et même, après les manifestations antifascistes, en particulier celle du 9 février, les rapports entre les deux partis issus du Congrès de Tours restent tendus. Après les obsèques des victimes communistes, Paul Vaillant-Couturier écrit : « Nous n’oublions pas que nos camarades ont été tués par des balles payées sur des crédits votés par les élus socialistes » (éditorial de L’Humanité du 18 février 1934).

« Manœuvrer, isoler, liquider » Doriot

Les deux positions — alliance sans condition avec les socialistes et application du front unique à la base — ne peuvent plus être maintenues. Le PCF adopte, dans un premier temps, une tactique d’isolement de Doriot et de ses proches et il faut « à l’égard de Doriot, procéder par étapes successives, c’est-à-dire, selon l’expression de Manouilsky, manœuvrer, isoler, liquider »1. Après avoir réuni une conférence du rayon de Saint-Denis qui approuve la politique menée par Doriot, le PCF réagit lors du CC des 14 et 15 mars 1934.  À cette réunion, Marcel Gitton, secrétaire à l’organisation du parti, condamne la ligne de Doriot. Dès lors, la reprise en main du parti ayant eu lieu, le PCF s’engage progressivement vers l’unité. Jacques Doriot persiste et le 9 avril 1934, il co-signe avec Jerram une lettre à l’IC. Jacques Doriot est alors convoqué par l’IC à Moscou avec Maurice Thorez. Refusant de se rendre à Moscou, puisqu’il était candidat lors d’élections municipales partielles à Saint-Denis, où il obtint un grand succès (75,9 % des exprimés et 57,6 % des inscrits), il est à nouveau convoqué par un télégramme du Comité exécutif de l’Internationale Communiste, le 10 mai. Là encore, il refuse. Lors de la réunion du Présidium qui se tient le 16 mai 1934, Doriot est au centre des discussions qui entérinent la nouvelle ligne du PCF, Maurice Thorez devant prendre contact avec le Parti socialiste pour mener des actions communes antifascistes. Dès lors, le PCF, sous l’égide de Thorez, aidé activement par Eugen Fried, émissaire politique du Komintern à Paris, engage son parti sur la voie de l’unité. Il ne faut jamais avoir raison trop tôt et surtout contre la direction du parti… et Doriot est exclu le 29 juin 1934.

N0118603_JPEG_69_69DM

Portrait de Maurice Thorez in VIIIe Congrès national du parti communiste français (Lyon-Villeurbanne, 22-25 janvier 1936).
Source: Gallica

Construire l’image des dirigeants 

Dans cette dynamique particulière, la direction du parti se resserre autour de Maurice Thorez. Bénéficiant de l’aura du rassemblement populaire, la direction soigne alors son image. Elle prend soin de bien se présenter à la nation et surtout elle profite des manifestations et/ou des rassemblements communs pour accroître sa notoriété. Certes Marcel Cachin reste la figure la plus populaire du parti, tout comme Renaud Jean dans le monde paysan, mais Maurice Thorez et Jacques Duclos voient leur renom dépasser les seuls rangs de l’organisation communiste. D’autre part, à l’échelle locale émergent des cadres régionaux du parti au cours de ces années de fortes mobilisations, tant dans la mise en place des comités antifascistes de front populaire que lors des grèves du printemps 1936.

N0118603_JPEG_149_149DM

VIIIe Congrès national du parti communiste français (Lyon-Villeurbanne, 22-25 janvier 1936).
source: Gallica

Le soin apporté à l’image des dirigeants est une préoccupation explicite. C’est là une affirmation nouvelle, une pratique pour rencontrer la nation, son histoire et sa culture sans négliger une posture particulière, même dans la tenue vestimentaire. En janvier 1936, au Congrès de Villeurbanne, Marcel Cachin exprime avec bonheur ce changement : « Nous avons maintenant appris à parler au peuple, nous avons simplifié des exposés dont l’argumentation, le dogmatisme rébarbatif faisaient peur à tout le monde […] ». Quelques semaines plus tôt à Moscou, Maurice Thorez disait la même chose : « Nous avons appris à parler autrement, même à l’intérieur du parti. Nous parlons autrement avec les masses ; nous employons de nouvelles méthodes ; quand on fait un discours dans une assemblée, on montre les défauts du parti, les faiblesses, les erreurs, mais nous marquons aussi les succès. […] Contrairement à la période où l’on ne montrait que les défauts des camarades, chaque fois que nous en avons l’occasion, nous signalons les qualités ».

Puis, en mai 1936, accueillant le groupe des 72 députés communistes, Maurice Thorez invite à changer leurs habitudes vestimentaires et leur rappelle que lorsqu’ils « viennent avec leur écharpe de ne pas être en casquette ». Et d’ajouter : « Vous le savez bien, personnellement je ne portais pas de chapeau ; j’ai commencé à le porter l’année dernière au mois de novembre. Des camarades pensaient que cela ferait une révolution à Ivry. Ce n’est pas vrai. Je considère que les ouvriers d’Ivry préfèrent me voir en chapeau qu’en casquette, parce qu’avec une casquette cela pouvait être considéré comme de la démagogie ».

Au-delà de cette posture qui témoigne d’une intégration à l’habitus parlementaire, le fonctionnement du parti connaît quelques ajustements : le rôle du Secrétariat s’affirme et il devient le centre de décisions et d’impulsions2. La figure du Secrétaire général s’affirme et le Bureau Politique organise et distribue le tâches du parti avec l’aide de Marcel Gitton (de son vrai nom Marcel Giroux), secrétaire à l’organisation.

 Les réunions du Comité Central permettent aux dirigeants locaux, mais également aux syndicalistes de s’exprimer. À partir de l’automne 1935, des assemblées de Secrétaires régionaux confirment ce souci d’organiser les discussions au sein de l’organisation. C’est à la fois en liaison avec le tournant opéré, mais aussi en fonction des effectifs qui augmentent. Le 12 mars 1937, Maurice Thorez conclut d’ailleurs son intervention devant le CC en soulignant la valeur exemplaire de cette réunion organisée pour « écouter et faire discuter ».

N0118603_JPEG_464_464DM

Portrait de Jaques Duclos in VIIIe Congrès national du parti communiste français (Lyon-Villeurbanne, 22-25 janvier 1936).
Source: Gallica

La vie est à nous

Dans le même temps, Jacques Duclos, comme le rappelle Serge Wolikow « expose aux dirigeants de l’Internationale la difficulté et la nécessité de connaître personnellement les cadres régionaux et locaux devenus très nombreux ». Même s’ils ont évolué, les liens avec l’Internationale communiste ne se sont pas distendus. Durant l’ensemble de la période 1934-1938, Eugène Fried joue aux côtés de Maurice Thorez un rôle de conseiller et d’inspirateur qui tient la direction de l’Internationale au courant de ce qui se passe en France. La question française est toujours suivie par la direction de l’Internationale. Toutefois, les dirigeants du PCF se sentent plus autonomes et prennent des initiatives qui peuvent être réorientées. En mai 1936, en mars 1937 ou encore en mars 1938, l’IC invite à des rectifications dans l’activité du PCF. Les fermes conseils de l’IC remettent le PCF sur le droit chemin car le parti semblait prêt à participer au « gouvernement bourgeois » et prenait une place accrue dans le jeu parlementaire.

Dans ce contexte de développement du PCF, les divergences n’apparaissent pas. Il est vrai qu’un travail d’exclusions a déjà eu lieu avec la mise à l’écart de Jacques Doriot. Seul le désaccord manifesté par Ferrat, ancien représentant du PCF à Moscou puis responsable de l’Humanité en 1933, s’exprime en juillet 1936 devant le Comité central lorsqu’il critique la politique modérée du parti qui a appelé à la fin des grèves. C’est le moment qu’il choisit pour quitter le parti.

Comparée aux années précédentes, la direction du parti apparaît beaucoup plus homogène : elle ne connaît plus ni les exclusions, ni les divisions. En contrepartie, il n’y a plus de promotion fulgurante. Formés dans les écoles de l’Internationale communiste, sélectionnés et approuvés par la section des cadres de l’organisation internationale, les dirigeants du parti constituent ainsi une direction stabilisée. C’est ce que Bernard Pudal analyse à juste titre comme le cadre thorézien.3 Dans cette dynamique, le comité central se dote de sections spécifiques mieux organisées, comme la section agraire qui est confiée à Waldeck Rochet en remplacement de Renaud Jean4 Ce cadre thorézien est au cœur du film commandé par le PCF pour la campagne électorale de 1936 à  Jean Renoir, La vie est à nous.

Pour citer ce billet : Jean Vigreux, « Une direction plus homogène, 1934-1938 : le cadre thorézien », ANR PAPRIK@2F, 20 juin 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2345]

  1. Jean-Paul Brunet, Doriot, Paris, Balland, 1986, p. 154 []
  2. Voir Jean Vigreux et Serge Wolikow, « General secretariat and general secretaries : the case of the French Communist Party », in Kevin Morgan Gidon Cohen, Andrew Flinn [ed.], Agents of the Revolution : new biographical approaches to the history of International Communism in the age of Lenin and Stalin, Bern, Peter Lang, 2005, p. 73-93. []
  3. Bernard Pudal, Prendre Parti. Une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la FNSP, 1989 []
  4. Voir Jean Vigreux, Waldeck Rochet, une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000, p. 55-85 et Pierre Robin et Jean Vigreux (dir.), Renaud Jean, la voix rouge des paysans, Nérac, Éditions d’Albret et Association des amis de Renaud Jean, 2012. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *