L’agit-prop communiste. La propagande et son efficacité

Image1La propagande est l’une des principales dimensions de l’activité politique communiste. Imaginée comme un complément nécessaire à « l’agitation », elle permet de diffuser les mots d’ordre et l’idéologie du parti. L’ « agit-prop » doit forger la conscience de classe du prolétariat pour mobilier et éduquer les masses et préparer le renversement de la société capitaliste. Dans Que faire (1902), Lénine insiste sur deux méthodes majeures de l’agit-prop : la révélation (ou « dénonciation ») publique et le mot d’ordre. La révélation de l’oppression accroît la conscience de classe ; elle se prolonge par l’agitation et la mobilisation de la classe ouvrière, orientée par des mots d’ordre précis, contre le régime capitaliste. Parmi les moyens de la propagande, l’écrit (journal, brochures, « papillons ») joue un rôle crucial. Mais l’expérience de la guerre civile russe contribue à élargir le panel des bolcheviks aux médias modernes, radio, affiche et cinéma. La Première Guerre mondiale a donné un coup d’accélérateur à des techniques qu’elle n’invente pas mais qu’elle décline à une échelle sans précédent. L’obsession bolchevique pour la propagande s’inscrit donc dans un puissant mouvement général dont les partis communistes sont les héritiers.

L’importance de la propagande

Le Komintern s’est doté dès 1919 d’une section de propagande internationale, qui connaît plusieurs avatars dans l’entre-deux-guerres1. À partir de 1926, elle contribue à l’organisation des sections d’agit-prop dans les PC européens. Avec la bolchevisation, les comités centraux de ces derniers s’en équipent progressivement. La section d’agit-prop française se structure à partir de 1924-1925. Même si toute l’activité du parti est concernée, cette section reçoit la mission spécifique d’organiser rationnellement la diffusion des publications du parti. Ce matériel provient à la fois de traductions nombreuses de matériel soviétique et d’une production proprement française. Faire de l’« agitation » est le premier devoir du communiste, où qu’il soit, seul ou en position de force. Tout converge, tant dans la culture que dans la structure de l’organisation communistes, pour donner à l’agit-prop un rôle de premier plan.

La propagande : quelle efficacité ?

Pour le parti, la mesure de son efficacité est cependant un problème. Pour l’historien, c’est aussi une difficulté : la propagande communiste est intense et permanente, mais connaître les chiffres de tirage, de diffusion des journaux ou des affiches permet de relativiser et de rendre à sa juste dimension une agit-prop à laquelle on a tendance à attribuer une efficacité spontanée. L’obsession de la police pour la surveillance des « activités subversives » communistes, qui se résument souvent à des réunions publiques organisées par le parti et ses diverses organisations de masse, y contribue. L’insistance des communistes sur la propagande agit comme un écran devant la mesure de son efficacité réelle. Méthodologiquement, aucun modèle théorique n’est entièrement fiable. L’influence des images et des messages sur l’homme est avérée, mais la mesure de leur pouvoir de prescription reste expérimentale. La culture bolchevique en la matière est fondée sur l’idée intuitive selon laquelle la saturation d’un espace public donné permettra d’y façonner la « conscience » d’un groupe. Les conceptions pavloviennes (les « réflexes conditionnés ») ont contribué par ailleurs à donner aux concepteurs de la propagande moderne (y compris les bolcheviks) l’illusion d’une influence directe sur les « cerveaux ». La publicité est venue complexifier cette interprétation dans l’entre-deux-guerres, en réfléchissant aux moyens à fournir aux « chefs invisibles » (nom) qui la conçoivent pour modifier les comportements des masses. Pour le Parti, c’est un problème majeur. Comment expliquer l’inégalité et les limites de ses résultats, alors qu’il s’y investit prioritairement ? Pour une organisation politique, la mesure de l’efficacité de sa propre action est une difficulté structurelle, qui se résume souvent à l’attente de la sanction électorale en démocratie. La culture d’appareil communiste a cependant généré des tentatives de quantification extrêmement élaborées de son activité en général, et de l’efficacité de la propagande en particulier.

Le PC et son héritage

Brochure du PC-SFIC, mars 1938 (cop. BMP)

Brochure du PC-SFIC, mars 1938
Source: Portail “Pandor”, MSH Dijon: http://pandor.u-bourgogne.fr/img-viewer/BMP/brb1342/viewer.html

Avant 1914, le Parti socialiste SFIO possède un tout petit groupe de quatre délégués permanents à la propagande, dont le futur secrétaire du PC-SFIC Louis-Oscar Frossard (1920-1923). L’activité propagandiste repose d’abord sur les députés et les élus, envoyés à Paris et en province dans des réunions publiques qui sont, avec la presse, le principal moyen de propagande socialiste sous la IIIe République2. En 1920, le PC-SFIC reçoit cet héritage, mais il l’élargit et l’intensifie, d’abord grâce à l’appareil de cadres qu’il met sur pied, ensuite par la mobilisation personnelle très intense à laquelle il incite chaque militant, enfin par la création d’organisations de masse qui segmentent l’opinion et y mènent un « travail » spécifique. Dans cette perspective, la liaison « centre » (Paris) – « périphérie » (province) est essentielle. Le parti y envoie instructeurs et inspecteurs chargés d’« auditer » le travail local du parti et d’évaluer les cadres régionaux (parfois passés par l’École Léniniste internationale à Moscou à partir du milieu des années 1920). Au début du Front populaire, le PC-SFIC est pleinement maître de ses moyens de propagande.

Paris-province

Le contrôle de l’activité propagandiste par le « centre » génère des rapports et une littérature grise abondante qui se trouve dans le « fonds français » (517/1) du RGASPI. Cette documentation est particulièrement utile pour étudier l’enracinement local communiste. Comme souvent dans les archives de l’IC, d’autres fonds contiennent cependant des dossiers similaires, comme dans le fonds 495/10a du secrétariat personnel de Dimitri Manuilski, qui renferme un dossier consacré (en partie) au travail de propagande communiste en février-mars 1938. À cette date, le Front populaire est en plein « délitement »3 avant la « débâcle »4 des mois suivants. Face à l’Anschluss (mars 1938), Blum propose un gouvernement d’union nationale « de Thorez à Reynaud » auquel les communistes sont favorables, mais qui échoue. Ces derniers restent attachés au programme de Rassemblement populaire dont les effets ont été extrêmement positifs depuis que le parti exerce le « ministère des masses », selon l’expression de Paul-Vaillant Couturier. En février 1938, en plus de son activité propagandiste normale, le PC participe à une vaste campagne de propagande des comités de Front populaire pour commémorer les événements du 6 février et 12 février 19345, en collaboration avec la SFIO et les organisations syndicales, alors même qu’un gouvernement Daladier (investi le 12 avril) se profile. Le dossier 495/10a/19 rend compte de cette activité dans son ensemble avec des « observations », des rapports de « situation hebdomadaire » et une série de tableaux statistiques consacrés à l’activité des délégués communistes à la propagande.

Instruments de mesure

Cette documentation vise d’abord à offrir au « centre » à la fois parisien et international un compte rendu qualitatif et quantitatif de l’activité du parti. 11 délégués à la propagande reçoivent chacun une région à labourer pendant plusieurs semaines. Dans 20 départements différents, ils organisent des séries de meetings sur un mode identique à celui qu’on peut déjà trouver pour les « tournées » de propagande socialistes d’avant-guerre. Octave Rabaté (1899-1964) est par exemple chargé de l’Isère et de l’Indre-et-Loire du 23 mars au 15 avril 1938.

495_10a_19_011

RGASPI, Fonds 495, sous-fonds 10a, dossier 19, folio 011

Leur activité est d’abord envisagée en termes qualitatifs. Telle réunion est « bonne » en fonction des conditions politiques et géographiques locales (affluence nombreuse, etc.), du résultat de la réunion (vote d’un ordre du jour, etc.) et des retombées militantes (adhésions, vente de matériel de propagande, etc.). Le but ultime est le « renforcement du parti », certaines tactiques sont « fortes » ou « faibles ». Depuis les années 1920, un vocabulaire très fourni d’appréciation du rendement du travail révolutionnaire s’élabore parallèlement aux techniques destinées à l’améliorer, en particulier l’« autocritique » dont c’est la fonction primordiale6.

La partie la plus intéressante du dossier concerne cependant le chiffrage de l’activité des onze délégués. Un tableau récapitulatif résume les données accumulées pour les trois mois observés. En tout, 549 réunions publiques auraient été tenues entre février et avril 1938, pour un total théorique de 40 996 auditeurs, dont 4 062 femmes. Rien n’est indiqué sur la technique de décompte. Trois critères d’efficacité principaux sont retenus : la vente (en francs) de matériel de propagande, le nombre d’adhésions et de cellules créées et la fréquentation des meetings. En tout, 561 adhésions sont comptabilisées, soit 1,36 % du total des auditeurs, un résultat faible dont il est difficile de savoir s’il satisfait le « centre ». En 1920 puis à l’époque de la bolchevisation, les critiques contre la réunion, moyen vieillot et peu rentable de la propagande, avaient fusé. La réunion publique reste pourtant un instrument essentiel de l’arsenal propagandiste communiste, surtout en période unitaire et de Front populaire, malgré la primauté accordée à la création de cellules d’entreprise depuis le milieu des années 1920. 44 cellules auraient été formées en trois mois, et 58 seraient « possibles ». La vente de matériel de propagande (7 810 francs) et de collecte (6 371 francs), pour un total de 14 181 francs, doit être mis en balance avec les coûts d’une telle campagne, dûment évalués par le rapport : 9 203,9 francs de transport et 13 747 francs d’indemnités versées en plus de la solde des cadres en compensation du surcoût des frais sur place. La moyenne des dépenses journalières de campagne est un critère privilégié semble-t-il par le « centre ». Elle se fixe à hauteur de 26,90 francs par jour, mais il varie selon les régions visitées. L’activité de propagande est donc déficitaire, ce qui n’est pas en soi surprenant mais rappelle l’importance cruciale du financement partisan, en partie assuré en ce qui concerne le PC-SFIC par les fonds venus de Moscou.

Contradictions

Une dernière ligne du tableau concerne les « contradictions » apportées pendant les réunions. La contradiction, c’est-à-dire l’intervention non-prévue d’un orateur d’un autre parti, est inhérente à l’exercice de la réunion publique. On considère en général qu’elle est fréquente à l’époque, même si elle tend à disparaître avec le temps. Au sein du PC-SFIC, elle est parfois critiquée parce qu’elle donne droit à la parole à des voix anticommunistes et surtout, antisoviétiques. Entre février et avril 1938, la contradiction n’est apportée que 48 fois, soit dans 8,5 % des réunions seulement. L’appartenance politique des contradicteurs est rarement renseignée. Le tableau synoptique du mois de mars l’indique en partie : dans l’ordre d’importance, PSF de de La Rocque (4), PPF de Doriot (4), SFIO (3) et « trotskistes » (2). A la droite anticommuniste, s’ajoutent la dissidence communiste et la persistance de l’anticommunisme socialiste malgré le climat (dégradé) du Front populaire.

Les tableaux mensuels présentent également les résultats, région par région, des orateurs communistes. Les variations ne sont pas jamais simples à expliquer. Elles tiennent au contexte rural ou urbain dans lesquelles ces réunions se déroulent (650 auditeurs seulement dans les Hautes-Pyrénées, pour 12 réunions, ou 692 dans le Cantal, pour 14 réunions), mais aussi à l’ancrage local de la dynamique du Front populaire et à l’implantation communiste et sympathisante. Dans le Var (5 115 auditeurs pour 21 réunions), dans l’Isère (3 074, pour 20 réunions), l’affluence est signficative. La moyenne fort modeste des réunions, qui se fixe entre 40 et 50 auditeurs par région, dissimule des variations importantes que les documents conservés ne nous permettent pas de saisir. Il faudrait pour cela plonger dans les archives départementales.

La culture du rendement est une dimension primordiale de la culture politique communiste. Reste que ces documents sont aussi un instrument de contrôle de l’activité des cadres du parti, qui peut être jugée insuffisante ou trop coûteuse selon les résultats obtenus, dont les critères d’appréciation par le « centre » ne nous sont pas entièrement transparents. Quelle peut en être enfin la valeur pour un fonctionnaire de l’IC, qui reçoit ces données brutes dans le bureau qu’il occupe à Moscou ? Additionnées, ces réunions sont un portrait conforme offert par le PC-SFIC de sa propre activité. Elle ne saurait donc être prise par l’historien uniquement comme argent comptant.

Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « L’agit-prop communiste. La propagande et son efficacité », ANR PAPRIK@2F, 28 mai 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2178]

  1. David François, « Les services de l’Internationale communiste : la section d’agitation et de propagande », ANR PAPRIK@2F, 6 décembre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1213] []
  2. Gilles Candar, “Lucien Roland ou la lassitude du propagandiste”, in Maurice Carrez, Thomas Bouchet (dir.), Le verbe et l’exemple. Colporteurs et propagandistes en Europe de la Révolution française à nos jours, Territoires contemporains, Cahiers de l’IHC, nr. 5, 2000. Gilles Candar, Christophe Prochasson, “Le socialisme à la conquête des terroirs”, Le mouvement social,  n° 160, juillet-sept. 1992, p. 33-63 []
  3. Jean Vigreux, Le Front populaire, Paris, PUF, 2011 []
  4. Frédéric Monier, Le Front populaire, Paris, La Découverte, 2002 []
  5. Romain Ducoulombier, « La riposte après le 6 février. Une interview de l’historien Jean Vigreux », ANR PAPRIK@2F, 12 février 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1690]; Romain Ducoulombier, « ”Le 6 février 1934 n’est nullement un coup d’État fasciste”. Une interview de l’historien Olivier Dard », ANR PAPRIK@2F, 6 février 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1654] []
  6. Romain Ducoulombier Camarades la naissance du PC en France, Perrin, 2011 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search