La grève des sardinières de Douarnenez (Finistère) en 1924 : une grève communiste ?

penn1

Carte postale représentant l’industrie sardinière en Bretagne

La Bretagne grâce à l’activité de pêche a développé très tôt des conserveries dans ses ports et « compte 132 des 160 usines de conserves de sardines en France » au cours de l’entre-deux-guerres1. Douarnenez compte une vingtaine de conserveries ainsi qu’une usine qui fabrique les boîtes de conserve. Leur main d’œuvre est majoritairement féminine : les sardinières ou « Penn sardin ». Ce surnom qui veut dire « tête de sardine », vient, comme le rappelle Anne-Denez Martin, de la coiffe qu’elles portent par mesure d’hygiène. Ces conserveries sont également appelées « friture » puisqu’il faut encore faire frire dans l’huile les sardines avant la mise en boîtes.

A Douarnenez, comme dans d’autres villes et villages marqués par la Grande Guerre et par « la lueur qui s’est levée à l’Est », la mairie est gagnée par la jeune SFIC en 1921 : le maire Sébastien Velly, tapissier avait été condamné en 1917 par le tribunal de guerre comme déserteur, puis devient le trésorier de la jeune SFIC locale. Le commissaire spécial dans son enquête du 1er février 1922 écrit au Préfet du département que la ville compte 40 militants communistes.2. Après le décès de Sébastien Velly (18 juillet 1924), la fonction de maire  échoit à son adjoint Daniel Le Flanchec, le 7 octobre. A ce moment, la SFIC qui prône la ligne du Bloc ouvrier et paysan, s’oppose directement au Cartel des gauches.

greves_sardinieres-reduc

Grève des sardinières de Douarnenez (Finistère), 1924 : “le cortège des grévistes”
Source: Cedias – Musée Social, Photothèque

La grève des sardinières s’inscrit dans une agitation décidée par la CGTU locale et nationale. Toutefois, elle souligne avec force les dures conditions de travail et les salaires de misère des ouvrières. Charles Tillon, secrétaire de l’UD-CGTU d’Ille-et-Vilaine, suit localement le conflit et la CGTU dépêche sur place Maurice Simonin et Lucie Colliard. Cette dernière, institutrice révoquée pour ses opinions, fut co-secrétaire de l’Internationale des femmes, puis en 1924, elle est nommée membre de la commission féminine de la CGTU. Elle publie en février 1925 une brochure qui évoque la lutte, ses difficultés, mais aussi la victoire qui peut servir de leçon pour d’autres secteurs de l’alimentation et du monde ouvrier. (voir infra sources)

Le mouvement commence aux établissements Carnaud le 20 novembre 1924 et s’étend aux autres conserveries grâce à la mise en place d’un comité de grève qui réclame très vite une revalorisation salariale. Les ouvrières demandent  au patronat local 1,25 franc de l’heure au lieu des 0,80 franc qu’elles perçoivent : « Pemp real a vo » ce qui signifie en Breton « Ce sera 1,25 franc ». L’inspecteur du travail précise qu’ aux « cours pratiqués,  la main-d’œuvre  ne représente pas 6 % du prix mis en œuvre pour les conserves de sardines d’où l’existence d’une marge très large permettant de relever les salaires »3.

Panorama

RGASPI, Fonds 517, sous-fonds 1, dossier 287, folio 158

Les manifestations se succèdent et les sardinières qui tiennent le pavé sont soutenues par l’équipe municipale et en particulier par Daniel Le Flanchec qui galvanise les troupes : « La combativité de ce petit homme de quarante-quatre ans, trapu et dont le coffre forgeait le fer de son verbe, avait révolutionné Douarnenez. De visage coloré, le poil noir, Le Flanchec était borgne. Il vous soupesait d’un œil agrandi qui ne cillait jamais. Sa faconde acerbe d’ancien anarchiste se détendait en tirades comiques dites en breton pour mieux dérouter ses ennemis. L’homme subjuguait la foule des marins et des sardinières qui piétinaient en sabots, sous les halles immenses »4. Mais Le Flanchec ne fait pas l’unanimité, le rapport envoyé par Louis Béors, alors permanent de la SFIC qui suit la région bretonne, est assez sévère à l’égard « d’un notable » local (RGASPI 517-1-287). On retrouve ici les tâtonnements de la jeune SFIC qui compose entre implantation locale et ligne ouvriériste. Malgré ces querelles internes, il n’en demeure pas moins que le maire communiste est perçu par l’Etat et le patronat comme un dangereux agitateur.

L'huma 1924_12_05

L’humanité 5 décembre 1924.
source: Gallica

Il est suspendu de ses fonctions pour « entrave à la liberté du travail ». Face à cette grève, les gendarmes interviennent : L’Humanité titre « Le sang ouvrier a coulé à Douarnenez (5 décembre 1924 : cf. Gallica).

Le conflit dure et les députés du Finistère demandent un arbitrage tout en dénonçant la « lutte de classes organisée, entretenue par des meneurs communistes dont l’unique but est de créer le désordre et l’anarchie » (L’Ouest-Eclair, 31 décembre 1924). L’indignation gagne sans pour autant faire retomber les tensions, d’autant plus que certains patrons font appel au service de Léon Raynier, voyageur de commerce, qui dans un premier temps diffuse sur place L’Aurore syndicale dénonçant les agissements communistes. Puis, il repart à Paris chercher des hommes de main,  des « briseurs de grève professionnels » utilisant tous les moyens possibles. Au même moment, le mouvement est relayé par la presse de la SFIC, la presse syndicale et est suivie par le Komintern qui reçoit plusieurs rapports sur la situation, générant un mouvement de solidarité et des quêtes pour les familles des sardinières dont l’Humanité dresse les listes sous sa rubrique CGTU (souscriptions pour les grévistes de Douarnenez). A contrario Le Temps, L’Ouest Eclair et une grande partie de la presse dénoncent l’agitation révolutionnaire.

AD Finistère 1 M 222 (1925-1926)

Après 42 jours de lutte, dans la nuit du 31 décembre, Le Flanchec et son neveu sont blessés par des coups de feu tirés. Aussitôt, les grévistes s’en prennent à l’hôtel qui héberge les « briseurs de grève » où ils découvrent un chèque signé par un patron de conserverie… Marcel Cachin peut dénoncer en Une de l’Humanité « Après la flaque de sang de Douarnenez, qu’attend le gouvernement pour arrêter ceux qui ont armé les assassins ? » (5 janvier 1925). Au même moment, un patron écrit au Préfet pour dénoncer les agissements des « gréviculteurs communistes »5 tout en évoquant « mes femmes d’usine » en parlant de ses ouvrières.

Face à cette vive émotion, Lucie Colliard déclare : « Les patrons croyaient-ils donc avoir raison de notre grève en faisant abattre notre camarade Le Flanchec ? Après cela êtes vous disposées à rentrer tête basse à l’usine ? ». La radicalisation et la détermination obligent à la négociation. Le 8 janvier 1925, les sardinières obtiennent l’augmentation voulue. L’une d’elle, Joséphine Pencalet (1886-1972), est élue sur la liste de la SFIC en mai 1925 conduite par Daniel Le Flanchec, alors que les femmes n’ont ni le droit de vote ni le droit d’être élue. Son élection est invalidée. La municipalité communiste de Douarnenez comprend également un nouvel élu, Charles Tillon. Cette victoire est commentée par la presse du parti et de la CGTU, très vite on tire les leçons du combat des sardinières et Marie Dubois dans la revue théorique de la SFIC, Les Cahiers du Bolchevisme, exhorte ses camarades  « à ouvrir une étape dans le mouvement révolutionnaire français dans deux domaines. [La victoire] doit être le commencement d’un travail systématique du parti communiste et de la CGTU parmi la masse des ouvrières et le commencement de l’organisation des masses du prolétariat contre le fascisme ». (p. 614).

Marcel Cachin évoque en mars 1925 à Moscou cette grève avec les représentants de la CGTU et l’inscrit aussi comme un élément de la lutte antifasciste.6. Si cet événement est suivi, encadré par le jeune parti communiste et la SFIC, qui envoient également sur place d’autres instructeurs et journalistes, il n’en demeure pas moins que ce conflit révèle des tensions sociales et culturelles marquées entre un prolétariat exploité parlant Breton et un patronat faisant appel à des briseurs de grève venus de Paris. Certes, ce patronat dénonce avec force l’entreprise de subversion communiste, mais le conflit peut être lu de manière plus complexe et polymorphe, en particulier avec la place des femmes au sein des luttes émancipatrices.

La mémoire de l’événement reste vive en particulier grâce au chant des sardinières. Mais, n’oublions pas les différentes transmissions générationnelles dans une région où l’identité ouvrière et régionale tend à s’affirmer  au cours des années 1960 et 1970.

 

Sources :

Lucie Colliard, Une belle grève de femmes : Douarnenez , librairie de l’Humanité, 1925 (http://pandor.u-bourgogne.fr/img-viewer/BMP/brb2257/viewer.html)

Marie Dubois, « Les leçons de Douarnenez », Cahiers du Bolchevisme, n°9, 16 janvier 1925, p. 608-614.

(http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k12578z/f1.image.r=Cahiers%20du%20bolchévisme.langFR)

Charles Tillon, On chantait rouge, Paris, Robert Laffont, 1977.

Etude : Anne-Denez Martin, Les ouvrières de la mer. Histoire des sardinières du littoral breton, Paris, L’Harmattan, 1994.

Films et sitographie :

Les Penn Sardines, R: Marc Rivière 2004.

http://matthieulepine.wordpress.com/2014/05/03/elles-ont-eu-le-courage-de-dire-non-les-sardinieres-de-douarnenez-1924/

https://www.youtube.com/watch?v=50VKs3g6DqQ

Pour citer ce billet : Jean Vigreux, « La grève des sardinières de Douarnenez (Finistère) en 1924 :  une grève communiste ? », ANR PAPRIK@2F, 21 mai 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2102]

  1. Christian Bougeard, La Bretagne d’une guerre à l’autre 1914-1945, Rennes, Ouest-France, 1999, p. 9 []
  2. AD Finistère, 1 M 220 (1913-1922), propagande en 1922 []
  3. Archives départementales du Finistère, 10 M 54, le 14 décembre 1924 []
  4. Charles Tillon, On chantait rouge, Paris, Robert Laffont, 1977, p. 64-65 []
  5. AD Finistère 1 M 222 (1925-1926) : propagande communiste []
  6. Denis Peschanski (dir.), Marcel Cachin, Carnets 1906-1947, tome III 1921-1933, année 1925, Paris, CNRS Editions, 1998, p. 264 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.