La révolution partout et toujours ? Les bureaux extérieurs du Komintern

489.1.67.photo 65

RGASPI, Fonds 489, sous-fonds 1, dossier 67, folio 65
IIe Congrès de l’Internationale Communiste

Lors de sa fondation, en mars 1919, les dirigeants de l’Internationale communiste sont conscients de l’isolement et de l’éloignement du centre moscovite par rapport à l’Europe occidentale, où ils espèrent voir éclore cette Révolution mondiale à laquelle ils appellent. Afin de briser cet isolement, aggravé par la guerre civile (1919-1921), et de s’implanter en Europe, le Komintern décide d’implanter des bureaux en dehors de Moscou, fonctionnant comme des relais entre la direction de l’Internationale et les mouvements communistes locaux.

Les bureaux du Komintern en Russie

L’installation du premier bureau du Komintern hors de Moscou ne répond pourtant pas à ce désir de tisser des liens avec l’extérieur, mais à la situation particulière de Grigori Zinoviev, à la fois président de l’Internationale et président du Soviet de Petrograd. Le bureau qui s’établit dans cette ville en mars 1919 doit permettre à Zinoviev d’assumer ces deux fonctions en assurant son secrétariat, notamment sa correspondance avec le Komintern à Moscou. Mais ce bureau abrite également la rédaction du journal L’Internationale communiste ainsi qu’une partie de la section d’information. Ce bureau est finalement dissous en décembre 1922.

En avril 1919, alors que Bela Kun a pris le pouvoir en Hongrie, la direction du Komintern décide d’implanter à Kiev un bureau du Sud qui a pour mission d’établir des contacts avec les mouvements révolutionnaires de l’Europe balkanique. En juillet 1919, une antenne de ce bureau est créée à Odessa. En janvier 1920, face aux fluctuations du front de la guerre civile, le bureau de Kiev est déplacé à Kharkov. Son activité principale consiste dans l’impression de journaux en différentes langues à destination de l’Europe sud-orientale. Il disparaît en août 1920, non sans avoir compté dans ses rangs le français Jacques Sadoul.

Les bureaux du Komintern en Europe

Le premier bureau du Komintern créé en dehors de la Russie est celui de Vienne au printemps 1919. Il a pour mission de faire la liaison entre le Komintern et les mouvements communistes en Tchécoslovaquie, en Autriche, en Roumanie, en Yougoslavie, en Hongrie, en Albanie et en Grèce. Il doit également apporter son aide à ces mouvements notamment dans le domaine de la propagande. Par décision du présidium du Komintern en mars 1922, le bureau est dissout pour être remplacé par un poste de liaison de l’OMS.

En Europe occidentale, l’Internationale crée le 28 septembre 1919 une section hollandaise qui est officiellement nommée en octobre section de l’Internationale communiste à Amsterdam sous la responsabilité de Sebald Rutgers. La section est plus connue dans les rapports et la presse sous le nom de « bureau hollandais » ou de « bureau d’Amsterdam ». Il est chargé d’organiser la propagande communiste en Europe de l’Ouest mais surtout d’établir des contacts avec les groupes et partis communistes européens. Mais le 30 avril 1920, à la suite de divergence avec le Komintern, le bureau d’Amsterdam est dissout et ses fonctions transférées au bureau pour l’Europe occidentale, au grand dam des socialistes français partisans de l’adhésion à la IIIe Internationale, pour lesquels il a constitué un relais d’information précieux.

Le 2 février 1920, le Komintern fonde à Berlin le secrétariat d’Europe occidentale. Il a pour mission d’établir des liens avec les mouvements communistes en Allemagne, en France, en Belgique, en Suisse, en Italie et en Pologne ainsi que de diffuser dans ces pays le matériel de propagande édité par le Komintern. En avril 1920, il reçoit les fonctions du bureau d’Amsterdam, en particulier les liaisons avec les formations communistes de Grande-Bretagne et d’Amérique. Ce secrétariat cesse néanmoins d’exister en août 1920. Le IIe Congrès de l’IC centralise en effet l’appareil à Moscou.

En février 1928, le Komintern crée un bureau pour l’Europe occidentale, basé lui aussi à Berlin, afin de resserrer les liens avec les PC européens. En novembre 1928, ce bureau voit ses prérogatives élargies puisqu’il reçoit le droit de rendre publiques les décisions du Komintern, de publier des appels sur les questions urgentes, d’organiser des réunions entre représentants des PC et de leur donner des directives. Il peut également envoyer des émissaires dans les partis locaux, représenter l’Internationale dans les congrès et conférences communistes, contrôler l’activité des représentants de l’Internationale et des organisations qui lui sont liées. Afin néanmoins d’éviter que le bureau n’empiète sur les prérogatives des organes de direction du Komintern, il doit en informer Moscou au préalable. Le WEB devient rapidement un organe essentiel entre le Komintern et les PC européens. Au début de 1930, l’Internationale confirme et élargit les responsabilités du bureau qui reste installé à Berlin jusqu’à sa destruction en février 1933, à la suite de la prise de pouvoir par les nazis.

Les bureaux du Komintern en Amérique

En février 1925, la direction du Komintern décide de créer un bureau d’Amérique du Sud dans le but d’établir des liaisons plus étroites avec les mouvements communistes de cette région et de coordonner leur activité. Le bureau s’établit à Buenos-Aires sous la direction du communiste argentin José Penelon. Il organise en 1929 la première conférence des partis communistes d’Amérique du Sud dans la capitale argentine. Il est dissout en 1935. Un bureau des Caraïbes est fondé en 1931 pour renforcer les liaisons entre l’Internationale et les partis communistes d’Amérique centrale. Il s’installe au Mexique jusqu’à sa dissolution en 1935.

Voici les références des archives de l’Internationale au RGASPI (Moscou) : fonds 497 (Bureau d’Amsterdam), fonds 498 (bureau de Vienne), fonds 499 (bureau de l’Europe occidentale, puis WEB, fonds 500 (bureau des Caraïbes), fonds 501 (bureau de Petrograd), fonds 502 (bureau du Sud) et fonds 503 (bureau d’Amérique du Sud).

 Pour aller plus loin :

G. M. Adibekov, E. N. Šahnazarova, K. K. Širinja., Organizacionnaja struktura Kominterna, 1914-1943, Moscou, Rosspen, 1997.

Pour citer ce billet : David François, « La révolution partout et toujours ? Les bureaux extérieurs du Komintern », ANR PAPRIK@2F, 1 avril 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1913]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *