Deux français à Moscou : émission La Marche de l’Histoire, 10 février 2014

Suite à la diffusion d’une partie du témoignage de Suzanne Girault dans son émission La Marche de l’Histoire du 7 février 2014, le journaliste Jean Lebrun récidive le 10 février 2014 avec les témoignages croisés de Pierre Pascal et Suzanne Girault, enregistrés en 1966-1967. Nous avons déjà présenté succinctement S. Girault. Pierre Pascal (1890-1983) est normalien et catholique. Se destinant aux études slaves, il fait deux voyages en Russie avant 1914. Blessé deux fois, il appartient à la mission miliaire française en Russie en 1916. Refusant de rentrer en France en 1918, il sert en particulier d’interprète à Tchitcherine, commissaire du peuple aux Affaires étrangères évoqué dans son témoignage. Déçu par le nouveau régime, il prend ses distances et se réfugie comme archiviste dans les fonds de l’Institut Marx-Engels. Il en est purgé en 1931 et regagne difficilement Paris en 1933. Il mène en France une carrière brillante d’universitaire slavisant, au prix du reniement de ses années bolcheviques sur lesquelles il reviendra dans son remarquable Journal de Russie à la fin de sa vie.
On écoutera ces deux témoignages croisés ainsi que leur commentaire avec une grande circonspection. D’une part, Suzanne Girault confond la délégation française, très peu représentative, du congrès fondateur de l’Internationale communiste en 1919 avec celle(s) du 2e Congrès de l’IC à l’été 1920. De l’autre, la famine de 1921 est présentée comme la conséquence de la « sécheresse » et des interventions étrangères (en particulier française, apparemment) : elle n’est pas reliée aux réquisitions du « communisme de guerre », évoquées sous le terme impropre à cette époque de « collectivisation ». L’image d’un Lénine plein de sollicitude pour le petit peuple est datée et discutable. Le PCF est qualifié de « micro-parti », ce qui est faux, même à son étiage en 1928-1932. Seule l’évocation du typhus, des épidémies et de la misère est vraiment intéressante, mais elle saturait déjà le témoignage de S. Girault précédemment diffusé. Cela dit, l’existence même de ces témoignages doit être signalée, même s’ils n’ont pas manqué de la part des acteurs du « Groupe communiste français de Russie », auquel Pascal et Girault appartenaient. On peut regretter que cette démarche originale et louable ait fait l’économie du travail avec un(e) historien(ne), qui aurait pu guider et présenter ces archives sonores difficiles à manier. Ces bandes mériteraient d’être mises à disposition des auditeurs et des historiens en intégralité.
Pour écouter l’émission :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search