Le Profintern en action (1921-1937)

lozovski.php

Alexandre Lozovski en 1917

L’histoire du Profintern est inséparable de la personne d’Alexandre Lozovski. Il intervient dans les sections nationales et à tous les niveaux de l’organisation syndicale internationale. Ces sections nationales sont un moyen important d’influence des partis communistes sur les syndicats, notamment pour élargir la base sociale de ces partis. L’organisation agit aussi comme un réservoir de cadres pour les partis communistes.

Les comités internationaux de propagande

L’ISR repose principalement sur des comités internationaux de propagande par métier et par industrie. Créés en 1921, au premier congrès de l’ISR, ces comités envoient au Bureau exécutif du Profintern des représentants avec voix consultative. Ils doivent servir de centre de regroupement pour les syndicats qui sont exclus des fédérations internationales : chacun de ces syndicats doit en effet adhérer immédiatement au comité de propagande qui correspond à sa branche. Les différents congrès de l’ISR constatent les faiblesses d’organisation de ces comités, notamment au niveau international, en raison de leurs liens trop étroits avec les syndicats russes. Les  syndicats doivent rester en-dehors du parti mais se soumettre à la direction idéologique et politique des partis communistes par le biais des cellules d’entreprises.

Le tournant de 1928-1929

À partir de 1928, au moment où sont organisés des syndicats parallèles censés lutter contre la social-démocratie, Lozovski voit son rôle s’affermir à la fois dans le Profintern mais aussi et surtout dans le Komintern. La grève doit jouer un rôle important lors de ce tournant idéologique. Elle est désormais perçue comme une arme économique au service d’une politique : la révolution mondiale. Cette révolution doit être obtenue grâce à la lutte d’une classe, le prolétariat international et permettre la protection de l’URSS en empêchant une guerre menée par les « puissances impérialistes » contre la toute nouvelle « patrie du prolétariat ». Lors de la conférence dite de Strasbourg (elle se déroule en fait à Berlin), à la mi-janvier 1929, une stratégie nouvelle pour mener les grèves est mise en place.

« La grève, c’est la guerre ! »

Les grèves doivent désormais être « indépendantes », c’est-à-dire dirigées sans et même contre les syndicats réformistes. Les grévistes ont leur propre direction de grève. Les ouvriers dits inorganisés doivent les diriger. La grève vise donc en premier lieu les réformistes, les syndicats sociaux-démocrates coupables de « bureaucratie syndicale ». Elle doit reprendre des tactiques de combat urbain pour arriver à ses fins selon un slogan utilisé plusieurs fois lors de grèves à l’époque : « La grève, c’est la guerre ! » Le syndicat « parallèle » le plus connu fondé à la fin de 1929 en Allemagne, est le Syndicat révolutionnaire d’opposition, en allemand Revolutionäre Gewerkschafts-Opposition (RGO). Cette fondation et d’autres mettent à bas toute la politique syndicale entreprise jusque là dans les rangs communistes et entraîne des conflits, notamment en France à l’intérieur de la CGTU, la branche française de l’ISR. Aucun des syndicats révolutionnaires créés par le Profintern ne conquiert cependant une influence réelle sur les « masses ».

Pour le Ve congrès du Profintern, du 15 au 30 août 1930, le choix est fait de fêter les 10 ans de la fondation du conseil international des syndicats. Par la suite, l’organisation de quelques grèves spectaculaires entre 1930 à 1933 masque mal l’échec flagrant de la tactique choisie et ceci dans toutes les sections du Profintern, sauf peut-être dans les pays colonisés.

Après 1933, l’influence de l’organisation baisse fortement avant de disparaître officiellement en 1937 par décision conjointe de Georges Dimitrov, alors secrétaire général du Komintern, et de Staline. En fait, dès 1935, l’organisation n’a plus qu’un fonctionnement réduit. Les Fronts populaires (et en particulier la réunification syndicale française de 1936) ont en effet signé l’arrêt de mort de l’ISR dont l’embellie a été basée dès 1928, sur une lutte contre la social-démocratie.

 Pour aller plus loin:

Bruno Groppo, La formation de la politique syndicale de la IIIe Internationale, Thèse d’État, IEP de Paris, 1980

Reiner Tosstorff, « Alexander Lozovsky : Sketch of a Bolshevik Career », Socialist History Journal, mars 2009, pp. 1-19

Du même, « Moscou contre Amsterdam. L’Internationale syndicale rouge (1920-1937) », pp. 43-56, Serge Wolikow, Tania Regin (dir.), Les syndicalismes en Europe à l’épreuve de l’international, Institut CGT d’histoire sociale/Université de Bourgogne, Syllepse, 2002, volume 3.

Pour citer ce billet : Constance Margain, « Le Profintern en action (1921-1937) », ANR PAPRIK@2F, 4 mars 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1769]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.