Le 120 rue La Fayette : le siège du Parti communiste français

Le siège du PC-SFIC, 120 rue La Fayette, pavoisé de slogans selon les usages de l'époque

Le siège du PC-SFIC, 120 rue La Fayette, pavoisé de slogans selon les usages de l’époque

L’ANR Paprik@2F lance, ce mois-ci, une nouvelle série au long cours : « Les Lieux du communisme en France ». Faire de l’histoire, c’est aussi situer. Les géographes ne nous contrediront pas. À tout seigneur tout honneur, l’historien Marc Giovaninetti nous propose pour notre premier billet une présentation du siège du PCF, le « 120 ». À suivre !

Ce bâtiment de dimensions plutôt modestes, trois étages seulement, surmonté de deux étranges oreilles semi-circulaires – l’emblème de la faucille et du marteau s’y inscrivait naguère –, situé dans un quartier animé non loin des gares de l’Est et du Nord dans le 10e arrondissement parisien, a été pendant seize ans le siège du Comité central du PCF (d’abord SFIC), et donc le centre directionnel de l’activité communiste en France.

Le cœur de l’appareil du PC-SFIC

Le Parti communiste y prend la relève de la SFIO en 1921, après la conquête de la majorité au Congrès de Tours. Siège du Comité central, l’immeuble abrite les réunions du Bureau politique au moins une fois par semaine, et plus fréquemment encore celles du Secrétariat. Le Comité central lui-même y tient parfois ses sessions, dans la fameuse salle de la Rotonde, une ancienne cour intérieure couverte d’une verrière circulaire, qui pouvait accueillir jusqu’à deux cents personnes – pendant un temps, elle est rebaptisée salle Robert Alloyer, du nom d’un militant prometteur prématurément emporté par une maladie foudroyante en 1935. Les secrétaires du Comité central occupent les bureaux du troisième étage (Thorez, Duclos, Gitton, Marty presque sans interruption à partir de 1931), les permanents, politiques ou administratifs, les deux étages intermédiaires, ainsi que les combles. Une librairie est ouverte au public au rez-de-chaussée.

Le bureau de documentation et la commission des cadres y sont successivement organisés par Albert Vassart au début des années 1930. Par contre, aucun service d’archives n’y existe avant 1945, pour des raisons de sécurité, tous les documents étant envoyés à Moscou. Le « 120 » sert aussi de siège à plusieurs organisations auxiliaires du PCF, les Jeunesses communistes en particulier, ou la MOI (Main d’Œuvre immigrée), et aux fédérations parisiennes, la « fédé » de la Seine du Parti (puis de Paris-Ville à partir de 1932), la 4e entente (puis fédération de Paris) des Jeunesses.

Le saint des saints 

On peut aisément imaginer l’intensité et la fébrilité qui règnent en ces lieux bientôt trop exigus. Les permanents les plus aguerris, souvent des jeunes gens qui louent de pauvres chambres meublées dans l’est-parisien, y passent le plus clair de leur temps. Les jeunes militants parisiens assurent à tour de rôle le service d’ordre à l’entrée de l’immeuble nuit et jour. Les policiers surveillent les allées et venues en permanence. Dans les périodes de tension extrême, des perquisitions y sont lancées, notamment au cours de l’année 1929 quand le PCF est en situation de quasi-clandestinité ; et en cas d’échauffourées, particulièrement en février 1934, les militants font bloc autour du siège pour le protéger.

Le 120 rue La Fayette en 2009.

« Lieu mythique », le « 120 » est considéré par les militants comme le saint des saints, où ils ne pénètrent pour la première fois qu’avec une déférence teintée d’humilité, convaincus qu’ils sont que là se décidera la révolution préalable à l’avènement d’une société nouvelle. Aragon, en 1933, honore l’endroit d’un quatrain dans Les Enfants rouges :

C’est rue La Fayette au 120
Qu’à l’assaut des patrons résiste
Le vaillant Parti communiste
Qui défend ton père et ton pain.

De l’apogée au déclin : le siège de la Fédé de la Seine

À partir de 1935, le changement de stratégie en faveur du Front populaire déclenche une véritable explosion des effectifs, et le PCF, désormais engagé dans une politique clairement légaliste, se met en quête d’un siège plus spacieux et d’apparence plus prestigieuse. Les JC déménagent d’abord, en 1936, pour le 45 rue d’Hauteville, tout près de là, puis le Parti, en 1937, quand il achète et réaménage le bâtiment du 44 rue Le Peletier, au carrefour de Châteaudun. Ce nouveau siège s’avérant vite à son tour trop étriqué, une annexe lui est ajoutée rue Saint-Georges.

Mais le 120 rue La Fayette, pour autant, ne perd pas grand-chose de sa réputation. Il reste le siège de la puissante fédération de Paris-Ville du PCF. Après l’interruption de la guerre et l’Occupation, cinq années pendant lesquelles les milices de Darnand investissent l’endroit, la fédération de Paris s’étoffe à nouveau en fédération de la Seine sous la direction de Raymond Guyot. D’autres secrétaires fédéraux prestigieux se succèdent encore au 120 après guerre, Paul Laurent, Henri Fiszbin, avant l’irrémédiable déclin des années 1970. Tous ces centres décisionnels du PCF se maintiennent dans un rayon restreint, qui permet un déplacement rapide de l’un à l’autre, comme avec le siège de l’Humanité rue Montmartre, ou ceux de la CGT, passé le canal Saint-Martin, rue de la Grange-aux-Belles ou avenue Mathurin Moreau, là où Oscar Niemeyer édifie le dernier siège du PCF, inauguré pour partie en août 1971.1.

En 2009, le PCF se résout à mettre en location son siège historique, sa fédération de Paris rejoignant, après beaucoup d’autres organisations satellites, le siège du Colonel Fabien, dont certains étages sont également loués à des entreprises extérieures à la mouvance communiste.

  1. Pour plus d’information, nous vous invitons à regarder « Nouveau siège PC » sur le site de l’INA []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. j.c. dit :

    Le bâtiment où le Parti communiste prend « la relève de la SFIO » est en fait le 37 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie. Le 120 rue La Fayette le remplace peu après.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.