Le sang coule à Paris : la fusillade de la rue Damrémont

Damrémont

L’Humanité, dimanche 26 avril 1925

Le 23 avril 1925, Raoul Sabatier, candidat de droite aux élections municipales dans le XVIIIe arrondissement de Paris, tient une réunion électorale au 113 de la rue Championnet. Son ami Pierre Taittinger, qui dirige les Jeunesses patriotes (JP), est venu le soutenir avec ses troupes. La salle est pleine à craquer, plus de 300 personnes se massent à l’extérieur. 70 gendarmes, en uniforme et en civil, sont mobilisés par le commissaire d’arrondissement. Informée du fait que les communistes entendent apporter la contradiction dans la salle et de la mobilisation des « groupes de combat de la région de Boulogne », la police parisienne a pris les devants.

Les faits

Pour les communistes, ce meeting au cœur d’un quartier ouvrier est une provocation. Le service d’ordre doit se rendre à la réunion tandis que les militants des JP sont mobilisés pour assurer sa sécurité. Dans le même temps, se tient au Cirque d’Hiver un autre meeting auquel participent ces derniers. Une quarantaine d’entre eux se mettent en colonne pour rejoindre la réunion rue Championnet où les policiers leur demandent de s’éloigner. La colonne des Jeunesses patriotes s’engage rue Damrémont, suivie par une vingtaine de communistes. C’est alors que des coups de feu éclatent, trois militants des JP sont tués et plusieurs blessés. Selon le rapport de police, les communistes auraient déclenché un « feu de salve ». Un groupe de militants autour de Pierre Taittinger, qui se dirige à la fin du meeting vers la station Simplon, est également pris à partie et des bagarres éclatent autour de la station. La soirée se solde par un lourd bilan : quatre tués et de nombreux blessés. Tout s’est passé très vite, entre 23h30 et minuit. Deux hommes sont arrêtés sur les lieux.

Faut-il interdire le Parti communiste ?

La fusillade fait la une de tous les journaux du lendemain. La presse accuse les communistes d’avoir organisé une véritable embuscade. De La Liberté (24 avril) au journal de gauche modéré Le Radical (25 avril), on évoque même un « attentat terroriste ». On peut aussi lire dans différents journaux ce témoignage qui accable les communistes : « les commandements entendus étaient les suivants : “première centurie : Feu !” ; “deuxième centurie : Feu” », qui est à nouveau repris en 1926 lors du procès (article de Roland Tapie dans L’Express du Midi, 13 avril 1926). Des voix s’élèvent pour demander l’interdiction du parti. À la Chambre des députés, Charles Reibel, Pierre Taittinger et Jean Ybarnégaray exigent des réactions sévères de la part du Cartel, alors que Marcel Cachin dénie toute préméditation. Aux obsèques des victimes, Alexandre Millerand, Taittinger et le général de Castelnau prennent la parole.

L’affaire accentue l’anticommunisme fortement implanté depuis la révolution d’octobre 1917 et la fin de la Grande guerre. Le dessin publié en Une du Petit Journal le 10 mai 1925 reprend tous les stéréotypes de la violence communiste et populaire : « des salopards en casquette » qui ont sorti leurs couteaux, un ouvrier immigré d’Afrique du Nord reconnaissable avec sa chechia qui fait feu, voire des têtes patibulaires avec des lunettes noires en pleine nuit, rappelant les figures qui hantent la société, celle de l’imaginaire des bas-fonds selon l’expression de l’historien Dominique Khalifa. La presse reprend le discours même de Taittinger qui évoque des « silhouettes grimaçantes, vomissant les pires insultes et les pires menaces »1. Face à eux, les JP se dressent comme les défenseurs de l’ordre et de la société respectable.

Provocation ou débordement ?

Le parti ne réagit que le 25 avril 1925 dans L’Humanité, où il présente la fusillade comme une réaction de défense des ouvriers contre les attaques des JP. Pourtant, la responsabilité des communistes apparaît certaine. L’absence de blessés communistes désigne le parti comme responsable d’une provocation tragique. Le tout récent secrétaire du parti, Albert Treint, est mis en cause pour ses mots d’ordre irréalistes, fondés sur la conviction d’un effondrement prochain du capitalisme, et il doit reconnaître que le service d’ordre a mal interprété ces slogans. L’événement alimente de plus les critiques de l’opposition interne au parti, qui dénonce dans une lettre au Comité exécutif de l’Internationale communiste une « faute politique lourde » et « le petit jeu de la guerre civile et de l’illégalité » de la direction2.

En l’absence de preuves concrètes de consignes de provocation, on peut penser que le parti a été débordé par ses activistes. C’est ce que conclut André Marty qui reconnaît dans une lettre à Zinoviev, président de l’Internationale communiste, l’erreur d’avoir envoyé sur place de « jeune exaltés » au lieu de militants « maîtres d’eux3». La ligne politique très agressive du parti vis-à-vis du « fascisme » a provoqué l’effervescence chez certains qui blâment la modération de la direction et insistent sur la nécessité de combattre par la violence les groupes de droite. La direction a donné par prudence pour consigne de ne pas utiliser des armes à feu contre les JP, mais d’organiser uniquement des manifestations antifascistes. Il semble néanmoins que l’intention de la direction était d’infliger une correction aux Jeunesses patriotes, mais non de tuer. Mais, alors qu’elle avait dans un premier temps demandé à ses militants de ne pas être armés, elle a, selon la police, fait marche arrière. Ce revirement n’a pu que conforter les militants activistes dans leur volonté d’en découdre et apparaître comme une autorisation de passer à l’attaque.

Les événements du 23 avril provoquent l’inquiétude au sein du parti, qui craint à la fois les répercussions de l’affaire aux élections municipales de mai et une répression gouvernementale à grande échelle. Une série de perquisitions permet en effet à la police de saisir d’importants documents, en particulier financiers, au domicile de Suzanne Girault, militante de premier plan de la région de la Seine. La Pravda dénonce, certes, la « terreur blanche » en France, mais les Soviétiques désapprouvent une initiative embarrassante sur le plan politique et diplomatique.

Pourquoi la violence ?

La fusillade ne s’est pas produite au hasard. Elle s’inscrit dans un cycle de tensions marquée, un an auparavant, par d’autres échauffourées contre des anarchistes lors d’un meeting à la Grange-aux-Belles, le 11 janvier 1924, qui se soldent par la mort de deux militants syndicalistes unitaires, membres de l’opposition de la CGTU. Les points communs entre les deux affaires sont nombreux. La « contradiction », qui consiste à envoyer un orateur perturber une réunion adverse, est à chaque fois en cause, même si c’est une vieille pratique de meeting avant-guerre. Ces violences se reproduiront en 1929-1930, lorsque le Parti sera venu à sa stratégie très dure de « classe contre classe ». Le sectarisme, comme l’impulse le nouveau secrétaire du parti Albert Treint à la fin de 1924, et le climat intérieur du parti, dans les moments extrêmes de repli sur soi, favorisent l’expression de la violence contre l’extérieur. Le Parti communiste veut à la fois montrer sa détermination antifasciste et faire sa place, par la force, au sein de l’extrême-gauche. La présence des Jeunesses communistes, en pointe toujours, et de l’expérience brutale de la guerre pas si lointaine de 1914-1918 expliquent aussi ces passages à l’acte.

Le procès

Le procès débute devant la cour d’assises de la Seine le 18 avril 1926. On dispose de nombreux articles sur l’événement (voir le site Gallica) et un reportage photographique.

Le député Paul vaillant-Couturier, éditorialiste à L’Humanité intervient comme témoin. Le 20 février 1926, L’Humanité titre « L’affaire de la rue Damrémont : la justice est-elle aux ordres du fascisme ? » Puis, le quotidien communiste suit le procès tout au long de ses travaux d’avril à mai 1926. Sur les deux militants communistes jugés lors de ce procès, Bernardon est acquitté et Clerc est condamné à trois ans de prison, ce qui souligne, comme l’enquête l’avait montré, qu’il n’y avait pas eu de complot, d’action préméditée, mais un débordement incontrôlé dans une période tendue. Sans complot, la dissolution du parti communiste n’est donc plus à l’ordre du jour.

David François, avec Romain Ducoulombier et Jean Vigreux

Pour aller plus loin :

Frédéric Monier, Le complot dans la République, Paris, La Découverte, 1997

David François, La violence dans le discours et les pratiques du PCF de 1920 à la Seconde guerre mondiale, thèse sous la direction de Serge Wolikow, Université de Bourgogne, 2 vol., 2012.

Serge Berstein et Jean-Jacques Becker, Histoire de l’anticommunisme en France 1917-1940, Paris, Olivier Orban, 1987.

Un numéro de L’Ouest-Eclair sur le procès à consulter ici

  1. Discours qu’il utilise à nouveau en 1936 lorsqu’il évoque les événements de la rue Damrémont contre le Front populaire dans Le National, 22 août 1936 (voir également sa déposition lors du procès en avril 1926). []
  2. RGASPI 517/1/294/168-175. []
  3. RGASPI 517/1/272. Lettre du 3 mai 1925 citée par Aurélien Durr, Albert Treint : itinéraire politique (1914-1939), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Jacques Girault, tome 1, 2006, p. 316. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Andrée Duroy dit :

    je suis heureuse de lire cet article, Monsieur Raoul Sabatier était mon grand père et je fais quelques recherches à son sujet , je n’ai pas eu le bonheur de le connaitre, il est mort avant ma naissance.Mais ma mère Evelyne Sabatier ,sa fille m’a beaucoup parlé de lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *