Chants révolutionnaires : une politisation populaire

545, op.2, d.412_f32

RGASPI, Fonds 545, Sous-fonds 2, dossier 412, folio 32

Si l’histoire des chants révolutionnaires a marqué l’historiographie du mouvement ouvrier1, elle permet également d’appréhender les pratiques, les héritages et les circulations au sein de la culture communiste. D’autre part, les chants sont le reflet de contextes particuliers : il est fort intéressant d’écouter, lors de la clôture du VIIe Congrès du Komintern, Maurice Thorez qui entonne La Carmagnole, reprise par l’ensemble des participants. Pour l’entendre, voici le film du VIIe Congrès en ligne sur Ciné-Archives (aller à la fin du film pour la clôture).

Ainsi le moment du Front populaire est marqué par les « classiques du mouvement ouvrier », mais aussi par des créations spécifiques comme Au devant de la vie (Jeanne Perret Dimitri Chostakovitch) et La Belle France (Jean Villard-Gilles)2.

SFIC Chants - copieCes chants, qui forgent une culture commune, sont également repris au cours des manifestations de rue, des congrès, des réunions publiques. Aux écoles du parti, il est même recommandé d’apprendre les chants : plusieurs brochures sont éditées en ce sens. Une telle sociabilité permet de mesurer l’enjeu des rites, mais aussi des rencontres entres différentes cultures. Afin de commémorer les dignes ancêtres de la Commune, de la Révolte des vignerons de 1907, mais aussi d’Octobre 1917, les militants, mais plus largement la famille communiste entretiennent la flamme des anciennes chansons, comme celle de Montéhus :

« Salut, salut à vous, braves pioupious du 17e
Salut, salut à vous, chacun vous admire et vous aime, 
Salut, salut à vous, à votre geste magnifique. 
Vous auriez, en tirant sur nous, assassiné la République ». Voici également le film réalisé par le PCF, La révolte des gueux (1949).

La Jeune Garde dont certains refrains sont reformulés pour correspondre à l’héritage de Lénine (« Pour que le peuple bouge, 
Nous descendrons sur les boulevards. 
La jeune Garde Rouge 
Fera trembler tous les richards ! 
Nous les enfants de Lénine
 Par la faucille et le marteau 
Et nous bâtirons sur vos ruines Le communisme, ordre nouveau ! ») est reprise par la Jeunesse communiste à la SFIO. Il y a ici une certaine rivalité à affirmer l’héritage d’un mouvement ouvrier « authentique », révolutionnaire, refondé grâce à Octobre 1917…

Dans certaines communes rurales, les chansons et leurs airs s’apprennent « à l’oreille » rapidement et sur l’accordéon diatonique, par exemple à Bussy, hameau de la commune d’Anost au cœur du Morvan, Jean-Marie Ravier cultivateur et aubergiste, jouait en plus des airs traditionnels de polka piquée, scotiches, bourrées, L’Internationale et les chants du mouvement ouvrier, comme Le temps des cerises et après la Seconde Guerre mondiale, Le chant des partisans. Cette sociabilité rurale emprunte alors à d’autres registres qui dépassent la seule greffe soviétique, remobilisant les pratiques anciennes de la politisation.

On l’aura compris, la chanson révolutionnaire est un domaine d’étude très vaste. Le blog de l’ANR parpik@2F ne manquera pas d’y revenir.

Pour citer ce billet : Jean Vigreux, « Chants révolutionnaires : une politisation populaire », ANR PAPRIK@2F, 3 décembre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1167]

  1. Emile Tersen, 1962, L’Internationale, Paris, Éditions sociales, 1962 ; Maurice Dommanget, Eugène Pottier, membre de la Commune et chantre de l’Internationale, Paris, Édi, 1971 ; Robert Brécy, Florilège de la Chanson Révolutionnaire, De 1789 au Front Populaire, Paris, Éditions Ouvrières, 1990 ; Robert Brécy, Autour de la Muse Rouge 1901-1939, Saint-Cyr-sur-Loire, Ed. C. Pirot, 1991 ; Michel Vovelle, « La Marseillaise », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1992, p. 85-136 ; Marc Ferro, L’Internationale. Histoire d’un chant de Pottier et Degeyter, Paris, Noesis, 1996. []
  2. Yves Borowice « La trompeuse légèreté des chansons. De l’exploitation d’une source historique en jachère : l’exemple des années trente », Genèses 4/2005 (no 61), p. 98-117. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.