L’enquête de l’Internationale communiste de 1939

RGASPI Fonds 517. 1_1908_1

RGASPI Fonds 517, sous-fonds 1, dossier 1908 folio 14

En 1939, l’Internationale communiste (IC ou Komintern) commande une grande enquête sur les responsables régionaux du parti communiste français. Cette demande auprès de la section française de l’IC est effectuée par le Comité exécutif de l’IC (CEIC), qui souhaite observer l’effet sur l’organisation de la ligne stratégique de Front populaire ayant succédé à la période sectaire dite de « classe contre classe ».

Ce document propose tout d’abord une liste nominative des principaux cadres locaux du parti, classés par « comités régionaux ». On peut d’ailleurs s’interroger sur cette dénomination. Le découpage géographique de l’enquête correspond en effet aux départements, et le parti, depuis le Front populaire, est revenu justement à cette échelle départementale (« fédérale ») plutôt qu’à celle de la région, mise en place durant la bolchevisation (1924-1926). Il faut donc être très clair ici : malgré le vocabulaire employé, l’enquête se calque sur les organisations départementales. Les critères ayant déterminé le recensement de ces cadres communistes méritent également d’être interrogés. S’agit-il des membres des comités régionaux, ou bien uniquement – comme le faible nombre de militants pour certaines zones le laisserait supposer – des bureaux ? A-t-on seulement voulu établir la liste des militants les plus actifs, les plus en vue ? Peu d’éléments de contexte sont disponibles autour de la réalisation pratique de l’enquête. Une étude détaillée, au cas par cas et en vérifiant la biographie des militants (lorsqu’elle existe), permettrait de répondre en partie à ces questions.

Mais l’enquête ne s’arrête pas là. Le chercheur dispose en effet pour certains « comités régionaux » de l’âge des militants, de leur profession, ainsi que de la date d’adhésion au parti. Ajoutons à cela une mention « retour d’Espagne » pour des militants ayant combattu aux côtés des Républicains espagnols durant la guerre civile. De plus, certains départements sont accompagnés d’un rapport, rédigé par un instructeur du parti, et fournissant une mine de renseignements sur les dynamiques de l’organisation locale, mais aussi de ses rapports avec les autres forces de gauche, et parfois un état des lieux des groupes d’extrême droite actifs. Certes, tous les questionnaires ne furent pas remplis de la même façon, avec la même rigueur, la même précision. Ainsi, seules 28 régions ont délivré à la fois le nom, la profession et la date d’entrée au parti de leurs militants. Mais tout en ayant conscience des limites d’une telle enquête, il faut bien réaliser le formidable potentiel qu’elle renferme pour le chercheur.

Des études à la fois générales et localisées peuvent être effectuées sur l’histoire du parti communiste « par le bas ». Si les études sur les différents modes d’adhésion, sur les conflits entre différentes générations de militants communistes ont pu être réalisées à l’échelle des « centres » (direction et/ou région parisienne), c’est ici tout l’enracinement local du PC qui est mis à jour. Que le chercheur souhaite travailler sur un exemple précis – groupe social ou zone géographique –, ou tente au contraire d’embrasser la totalité du territoire français d’alors, cette enquête constitue un formidable outil de travail. Elle éclaire sur les femmes et les hommes qui, après le tournant stratégique du Front populaire, forment les cadres d’un véritable parti de masse, solidement implanté dans la société française. Sous l’appellation « Matériaux sur le travail des régions (ou des organisations régionales) du PCF », l’enquête est consultable à Dijon dans le fonds français des archives de l’Internationale communiste (fonds 517-1).

Pour aller plus loin :

Jean Vigreux, La Faucille après le marteau. Le communisme aux champs dans l’entre-deux-guerres, Besançon, Presses universitaires de France-Comté, 2012.

Pour citer ce billet: Dimitri Manessis « L’enquête de l’Internationale communiste de 1939 », ANR PAPRIK@2F, 6 novembre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1014]


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Panthou Eric dit :

    Bonjour
    Je mène des recherches sur le Front populaire dans le Puy-de-Dôme et souhaiterais entrer en contact avec Dimitri Manessis pour savoir s’il existe un dossier sur ce département dans cette enquête de l’IC et si oui comment y accéder.
    Je possède par ailleurs de nombreux documents sur le PCF des années 30 dans le 63 qui pourraient être utiles à M. Manessis.
    Merci d’avance
    Cordialement
    eric Panthou
    Clermont-Ferrand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *