Le projet

Image2

L’objectif de ce projet est de développer un programme de recherche permettant de mieux connaître le phénomène communiste en France (« de l’usine au village », jusqu’à la Chambre des députés), mais aussi dans ses relations européennes (avec les « partis frères ») et internationales ; tant dans la dimension internationaliste de la culture politique communiste, que dans ses positionnements dans le cadre des relations internationales et enfin dans la dimension organisationnelle de la structure du Komintern.

Cette étude porte sur le premier XXe siècle avec pour bornes chronologiques 1917-1947. Il s’agit de réaliser un corpus archivistique largement accessible au moyen d’un portail permettant de centraliser l’information en offrant une lisibilité plus grande des archives. La principale originalité de l’outil est de rendre accessible des informations jusqu’alors dispersées en offrant une seule porte d’entrée vers des informations conservées dans des lieux différents. Le portail ainsi constitué devrait assurer à la communauté scientifique la pérennité de l’accès aux données. Sans négliger les publications papiers, il est évident que l’usage de l’informatique permettra de créer un produit évolutif. A terme, les ressources mises à la disposition du plus grand nombre seront variées : inventaires, bases de données, bibliographies, liens vers d’autres sites et accès aux documents primaires (archives numérisées) quand cela sera possible. L’outil doit prendre en compte les différentes langues et en particulier le français. Ce site interactif s’enrichira par l’intermédiaire de commentaires (sous forme de blocs-notes ou blogs) venus de la communauté scientifique internationale.

Aujourd’hui l’approche pluridisciplinaire (historiens, politistes, sociologues), liée étroitement à une collaboration avec les archivistes, permet d’envisager au mieux la réalisation d’un outil pour mettre à la disposition de la communauté scientifique des sources indispensables à l’émergence de nouvelles recherches. Un tel corpus invitera à renouveler les questionnements et les approches disciplinaires en insistant sur les dimensions plurielles des communismes. Les rencontres entre chercheurs venus d’horizons différents conduiront à décloisonner les champs de recherches, ce qui devrait induire à repenser l’histoire des communismes.

2 réponses

  1. BOSPHORE PEROU dit :

    Bonjour,
    J’ai soutenu une thèse de doctorat sur « les militants et militantisme communistes » en outre-mer français (précisément à la Martinique).
    J’aimerais rejoindre votre groupe car votre projet m’intéresse.
    Je peux par la suite donner plus de détail sur mes travaux.
    Merci.

    • anrpaprika dit :

      Bonjour,
      nous vous remercions pour votre intérêt porté à l’ANR Paprik@2F. Votre sujet de thèse entre totalement dans nos problématiques et nous allons prendre contact au plus vite. Avez-vous travaillé sur les archives du Komintern à Moscou ? Ou sur les archives nationales et départementales ?
      Bien à vous,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *