La CGTU, cette inconnue (2) : la politique du chiffre

En regard de son importance, la Confédération Générale du Travail Unitaire (CGTU) est l’organisation la plus mal connue du conglomérat communiste. Voici la deuxième note que nous lui consacrons.

002_534_7_542_bandeau_CGTU_mineursNée d’une scission minoritaire de la CGT au Congrès de Saint-Étienne en 1922, la CGTU est moins puissante que sa rivale, mais ses forces réelles sont difficiles à évaluer, pour des raisons complexes.

La CGTU a adhéré à l’Internationale Syndicale Rouge (ISR ou Profintern) en 1923, après que sur décision de Lénine, cette Internationale syndicale pour laquelle l’existence d’une section française était vitale, a accepté de se séparer formellement de l’IC. La CGTU est donc dans une situation originale : l’influence communiste y est très forte, prépondérante même, mais s’y maintiennent tout au long de son histoire des tendances minoritaires. La relation privilégiée avec le parti communiste n’est par ailleurs jamais simple, elle est même souvent conflictuelle. Quant à l’ISR, elle est soumise au double contrôle de l’Internationale communiste et du Comité central du PC(b)US. Cet enchevêtrement se reflète très fortement sur les sources par lesquelles il est nécessaire d’étudier la CGTU : à la fois internes au PCF (fonds 517), à l’IC (495 par exemple), à l’ISR (534) et même à d’autres instances soviétiques plus élevées encore, quand la décision doit « monter » au sommet. Un seul exemple : lorsque la question majeure de la dissolution de l’ISR se pose suite à l’enclenchement de la stratégie de Front populaire, Dimitrov, secrétaire général de l’IC, rédige à l’intention de Staline un rapport circonstancié du 27 janvier 1936, où il se prononce pour la réunification syndicale (acquise en mars). Ce document a été publié en 2000 par l’université de Yale dans le très intéressant recueil de correspondance de Dimitrov à Staline. L’ISR et la CGTU sont donc partie prenante du système communiste international.

002_534_7_584_erffs_femsEn tant qu’organisation syndicale, la CGTU produit un double effort statistique, à la fois pour dénombrer ses effectifs, mais aussi pour connaître et décrire l’économie française, son milieu d’enracinement. Les communistes, surtout à partir de la bolchevisation, ont décidé d’investir politiquement les lieux de travail, en abandonnant la structure calquée sur les divisions administratives françaises, locales et départementales. Cet abandon ne sera jamais total, mais les « cellules d’entreprise » sont une marque de l’originalité communiste. De façon parallèle, dans la CGTU, le souci d’implantation et d’organisation est constant. La tâche principale qu’elle s’est fixée est de gagner à elle la majorité de la classe ouvrière française, dans un but révolutionnaire. La CGTU n’y est jamais parvenu, mais pour atteindre cet objectif, elle a toujours prôné (sauf à de très rares occasions) une stratégie d’unité syndicale et de lutte des classes. Les rapports envoyés régulièrement à Moscou par les instances de direction syndicales unifiées sont remplis de renseignements précis sur ses effectifs théoriques, sur son appareil de cadres, sur les mobilisations qu’elle lance ou qu’elle accompagne, sur les entreprises françaises d’importance où elle s’implante. Tous ces renseignements doivent permettre d’évaluer le rendement de l’activité syndicale communiste et de fournir à l’ISR une image positive de ses progrès. Dès lors, comme dans tous les fonds du Komintern et en général dans l’univers communiste, se pose la question de l’exactitude de cette masse de chiffres et de renseignements envoyés à Moscou.

Au milieu des années 1920, la CGTU est forte d’environ 350 000 membres, en particulier dans les secteurs des travailleurs à statut des services publics : les cheminots en sont le principal bastion. Mais le sectarisme de sa ligne à partir de 1927 contribue au recul des effectifs jusqu’à un étiage de 200 000 membres en 1930. Devant le Bureau exécutif de l’ISR, le 30 octobre 1931, à la veille du VIe Congrès de la CGTU, Gaston Monmousseau considère la situation comme « mauvaise », et au Congrès de novembre, il avoue : « Nous n’avons pas peur de dire clairement où nous en sommes et ce que nous voulons. Oui, la CGTU a perdu au cours de ces deux années près de 100 000 membres ». En réalité, ils ont eu peur, ou n’ont pas voulu voir la réalité en face, en raison de la surévaluation systématique des effectifs de la confédération. La délégation envoyée en force par l’ISR les a contraint à faire la lumière et à se confronter à un véritable audit interne, du jamais vu dans l’histoire du syndicalisme français.

Pour aller plus loin :

Sylvain Boulouque, « Vérification, rectification et interdépendance. Les relations entre la CGTU et l’ISR 1930-1932 », Communisme, n°65-66, 2001, p. 133-160

Le sténogramme du congrès de 1931 dans son intégralité, ainsi que les résolutions et les rapports de Gaston Monmousseau et le rapport général d’activité de Marcel Gitton, sont accessibles en ligne sur le site de l’Institut d’Histoire sociale-CGT de Montreuil.

Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « La CGTU, cette inconnue (2) : la politique du chiffre », ANR PAPRIK@2F, 28 octobre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/930]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *