La CGTU, cette inconnue (3) : photo de famille syndicale en 1931

En regard de son importance, la Confédération Générale du Travail Unitaire (CGTU) est l’organisation la plus mal connue du conglomérat communiste. Voici le troisième volet de la série que nous lui consacrons.

CGTU 1931En novembre 1931 se tient à Paris le VIe Congrès de la CGTU. Ce congrès peu connu présente toutes les caractéristiques pour le rester. La confédération unitaire est alors en déclin, ses effectifs reculent, son sectarisme l’enferme dans une surenchère infructueuse malgré la crise économique qui s’installe. L’ouverture des archives de l’ISR a pleinement mis en lumière, cependant, l’importance de ce congrès charnière, dont la tenue couronne la reprise en mains vigoureuse de la confédération par la délégation profinternienne en France.

Le congrès de 1931 est le dernier avatar de la longue période du secrétariat de Gaston Monmousseau, homme-clef et militant de la première heure de la CGTU des années 1920. Le déclin des effectifs est enrayé, Benoît Frachon, l’étoile montante du syndicalisme communiste, s’affirme et devient secrétaire général en 1932. De nouvelles tactiques de mobilisation s’imposent. En fait, cette stabilisation va permettre de négocier dans de meilleures conditions ce que personne, alors, n’imagine : la réunification de 1936. L’épisode de 1931 illustre parfaitement le processus de modernisation autoritaire du militantisme ouvrier français par les communistes pendant l’entre-deux-guerres.

La situation de la CGTU à la veille du congrès de 1931 est exposée dans le compte rendu de Gaston Monmousseau lors de la session extraordinaire du Bureau exécutif de l’ISR le 30 octobre 19311. Largement autocritique, son rapport ne peut que constater l’écart entre le du nombre important de mouvements sociaux depuis 1927 et l’incapacité de la CGTU d’en profiter. Monmousseau l’explique par la crise économique et sa durée qui « désarme les militants ». La CGTU a « passé la main » à la CGT. L’ISR, elle, attribue ces échecs aux erreurs et aux méthodes des Français.

CGTU 1931Aux méthodes de comptage, d’abord : Monmousseau affirme que 345 578 cartes syndicales ont été placées en 1930, contre seulement 310 000 en octobre 1931. À la baisse des placements, s’ajoute la déperdition, ici abyssale, entre cartes placées, délivrées et effectivement payées. Les méthodes d’administration de la CGTU sont remises en cause. Le syndicaliste Georges Claverie explique ainsi en 1931 : « Les syndicats perçoivent une cotisation fixe qui varie selon la décision du syndicat 4, 5 ou 6 francs par mois. Dans le Nord, les cotisations sont plus élevées et on les perçoit non tous les mois, mais chaque semaine et après 4 cotisations on appose le timbre confédéral. Les cotisations devraient être basées sur le salaire, nous n’avons pas encore pu réaliser cela car la perception est très mal organisée et nous ne pouvons pas encore mieux faire. Nous avions décidé d’avoir une carte bi-annuelle, mais il ne nous était pas possible de le réaliser parce que nos syndicats sont mal gérés, mal administrés et tant que nous ne pourrons pas améliorer notre administration. […] Il y a des syndicats qui n’ont pas de comptabilité. Les entrées ni les sorties ne sont pas portées sur des livres, nous avons décidé de faire des cours spéciaux pour les trésoriers des syndicats, de leur apprendre à bien tenir les comptes, à bien calculer, et c’est un travail à faire en premier lieu avant d’apporter des modifications plus importantes. »2. Un instructeur de la délégation de l’ISR en France le confirme dans un rapport du 3 janvier 1931 : « Les camarades ne donnent des chiffres qu’à contrecœur. Si on les questionne sur les effectifs de notre CGTU, ils donnent l’ancien chiffre de 360 000, obtenu, en son temps, par le calcul spécial français ; cependant, depuis quelque temps, on entend parler de chiffres sensiblement inférieurs, tombant jusqu’à 290 000. Et il n’y a là rien d’étonnant ; si l’on considère chaque syndicat, séparément, on est frappé par la chute stable et brusque des effectifs au cours de ces derniers temps. […] Il est impossible d’établir en quelle année s’est produit ce fléchissement, vu que les camarades ne mènent aucune statistique précise. »3. La situation est grave, et le réflexe communiste joue à plein : formation et contrôle.

La première tâche de la délégation de l’ISR dirigée par Adam Witkowski, arrivé au même moment qu’Eugen Fried en France, est de faire les comptes… Elle orchestre un large audit de l’état financier et administratif de la CGTU. Impossible, ici, d’entrer dans le détail. Mais le redressement interne est net. L’épisode illustre parfaitement l’importance et la complexité des rapports entre le conglomérat communiste français et les instances de direction internationales à Moscou. La transparence, en la matière, n’est pas la règle, disons que c’est une conquête, même si l’on voit bien qui possède le pouvoir de décision, d’initiative et de contrôle. La leçon ici est simple : la CGTU doit rationaliser sa gestion. La description statistique d’elle-même doit contribuer à lui rendre sa capacité à peser sur les mouvements sociaux, même si d’autres facteurs comptent, bien entendu. L’avantage, c’est que le contrôle et le pilotage à distance par l’ISR en est d’autant plus facilité.

Le VIe Congrès de novembre 1931 offre une confirmation de cet effort de gouvernance. Des statistiques sont établies à partir d’une enquête sociologique sommaire auprès des délégués, que nous avons mises en graphique4. Quelques conclusions s’imposent : les travailleurs à statut (comme les cheminots) et les salariés municipaux, reflet de l’ancrage communiste naissant, dominent. Quant aux ouvriers du privé, ils sont une courte majorité à être employés dans de grands établissements de plus de 100 salariés. La génération des « anciens », avant la scission, est supplantée par les nouveaux venus après 1921, porteurs d’une conception nouvelle des rapports entre le syndicat et le Parti. La sociologie de la CGTU reflète ainsi son caractère hybride, à la fois bien française, spécifiquement communiste et née de la deuxième révolution industrielle.

Pour aller plus loin :

Guillaume Bernard, Jean-Pierre Deschodt (dir.), Les Forces syndicales françaises, Paris, PUF, 2010.

Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « La CGTU, cette inconnue (3) : photo de famille syndicale en 1931 », ANR PAPRIK@2F, 28 octobre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/844]

  1. RGASPI 534/3/599 []
  2. RGASPI 495/32/91/81 : fonds du Secrétariat latin de l’IC []
  3. RGASPI 534/4/308/136 []
  4. RGASPI 534/7/565/120-121 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *