La CGTU, cette inconnue (1)

En regard de son importance, la Confédération Générale du Travail Unitaire (CGTU) est l’organisation la plus mal connue du conglomérat communiste. L’historiographie, quoique de qualité, est souvent ancienne et son renouvellement récent est important mais inachevé. Il n’existe pas à ce jour de monographie sur le sujet. L’ANR Paprik@2F, qui vise à faire connaître les fonds « français » du Komintern, vous présente sa première série de notes consacrée à la centrale syndicale communiste dans l’entre-deux-guerres.

0001_CGTU_sigleLa CGTU a une histoire brève : née difficilement en 1921-1922 d’une scission de la CGT, elle disparaît en mars 1936 dans la réunification syndicale qui accompagne le Front populaire. En France, les organisations syndicales (la CGT née en 1895) et politiques (la SFIO née en 1905) sont traditionnellement séparées. La CGT a toujours revendiqué le « refus des écoles politiques » depuis son congrès fondateur de Limoges, l’autonomie de la lutte économique puis, dans les années 1900, l’importance de l’action antimilitariste. Le syndicalisme révolutionnaire est sa doctrine officielle : influencée par l’anarchisme, il prône l’action directe revendicative, l’autonomie ouvrière et la grève générale révolutionnaire. La Charte d’Amiens, adoptée en 1906, en est le reflet. L’influence de ce modèle d’organisation syndicale, très différent par exemple du trade-unionisme britannique, s’exerce alors en France, mais aussi en Espagne ou en Italie. En France, cependant, les liens avec les socialistes se sont renforcés avant 1914, surtout dans le cadre de la lutte pacifiste contre la guerre. Jean Jaurès a prôné l’idée d’une « union personnelle », par l’encartage dans les deux organisations, mais il ne s’agit nullement de fusionner. La question du rapport entre lutte « politique » et « économique », selon les catégories mentales de l’époque, est donc essentiel et elle ne va cesser de se poser pendant toute l’histoire de la CGTU, qui illustre parfaitement les problèmes et les limites de ce conflit matriciel.

Pendant la Première Guerre mondiale, certains syndicalistes ont joué un rôle très important dans l’animation de la mouvance pacifiste, dite « minoritaire », qui conteste les choix de la politique de présence dans les ministères décidée par les « majorités » de la SFIO et de la CGT soutenant l’effort de guerre. La guerre a favorisé le retour en force de l’idée syndicaliste révolutionnaire dont les tenants vont s’investir, par conviction révolutionnaire, dans le rapprochement avec le bolchevisme, alors même que Lénine prône une subordination des syndicats au parti communiste. À l’issue du conflit, les effectifs de la CGT gonflent pour atteindre plus de 2 000 000 de membres au début de 1920. La mobilisation avait montré des signes de reprise dès la fin 1916, elle va s’affaiblir après 1921-1922, mais elle peut être insérée dans le Great Labor Unrest étudié dans différents pays européens à partir des années 1910.

L’expérience de la minorité de guerre est déterminante dans la rupture de l’unité de la CGT. L’échec de la grève générale des cheminots en mai 1920, étudié par l’historienne Annie Kriegel, a brisé des espoirs. Au contact des idées bolcheviques, une frange de la CGT veut régénérer un héritage malmené. Ces tensions internes aboutissent en 1922 (Congrès de Saint-Étienne) à une scission minoritaire et à la création de la CGTU, qui rassemble en fait des tendances très diverses, aux rapports souvent conflictuels. Le syndicalisme ouvrier est désormais divisé. C’est un succès important pour les bolcheviks et pour le mouvement communiste en France. L’existence d’une organisation syndicale liée au parti est un atout majeur pour permettre son ancrage progressif dans la classe ouvrière, qui est la cible privilégiée (mais pas unique) de son travail d’implantation. Sous la direction de Gaston Monmousseau, la CGTU va s’avérer être un support de propagande et d’action revendicative, un vivier de recrutement militant mais aussi, avec ses succès et ses limites, un instrument majeur d’implantation d’un parti communiste de masse en France.

Tous ces aspects de l’histoire syndicale française sont éclairés par les archives du fonds 534 du RGASPI. Déposées en plusieurs étapes après 1937, elles correspondent aux fonds de l’Internationale Syndicale Rouge (ISR) ou Profintern. La CGTU s’est affiliée après d’importants débats à cette Internationale un peu particulière, constituée en juillet 1921 et placée, tout au long de son existence, sous la direction d’Alexandre Lozovski. Le secrétaire général de l’ISR connaît bien les milieux syndicaux français pour les avoir côtoyés longtemps à Paris avant 1917. Les responsables de la CGTU envoient à Moscou des rapports détaillés sur les luttes en cours, les effectifs, la formation de ses cadres, etc., à l’image des autres organisations rattachées au Komintern. La Confédération unitaire possède par ailleurs ses délégués à Moscou et une représentation dans le Secrétariat élargi qui dirige l’ISR au début des années 1930. L’autonomie de l’ISR est maintenue formellement, en raison justement de son caractère d’organisation à la fois soviétique et internationale et de la spécificité du syndicalisme en France, très soucieux de ne pas s’affilier à une organisation « politique ». Ce compromis consenti par Lénine et maintenu par Lozovski dissimule cependant un mode de fonctionnement caractéristique de la bureaucratie soviétique. L’ISR est placée sous le contrôle du Bureau politique du PC(b)US et de l’IC (elle-même contrôlée…) : elle est pleinement intégrée à l’appareil d’État et à la politique d’influence internationale soviétique.

Le rôle de l’ISR dans la direction de la politique de la CGTU est considérable. Elle participe à la fixation et à l’imposition de la ligne générale de la confédération unitaire. Elle entretient également des émissaires auprès d’elle, en particulier Adam Witkowski, qui en est l’éminence grise pendant ses séjours parisiens entre 1930 et 1932. Elle participe enfin largement à son financement. La destruction du KPD et de sa branche syndicale en 1933 puis la réunification syndicale en France en 1936 (congrès de Toulouse) portent cependant à l’ISR de sérieux coups : elle perd alors deux de ses principales sections étrangères, et son utilité, de plus en plus discutée depuis le début des années 1930, est remise en cause par la ligne unitaire de Front populaire. C’est l’une des raisons de sa dissolution en 1937, même si les purges la touchent également.

Les archives de l’ISR permettent donc de s’avancer plus profondément dans cette Confédération syndicale unitaire à l’histoire complexe. Ses effectifs et sa force réelle, son enracinement professionnel et local, son appareil à la fois national et international, l’influence soviétique sur sa ligne, ses changements et ses méthodes peuvent être documentés par ces fonds très vastes. En raison de son impact sur la vie politique et sociale française, les archives de l’ISR et de sa section française sont une source majeure de l’histoire contemporaine de l’entre-deux-guerres. Paprik@2F se devait d’y consacrer sa première série de notes.

Pour aller plus loin :

Olivia Gomolinski, « Le Profintern : organisation internationale et administration soviétique. Une première approche », Communisme, n°70-71, p. 131-158

Morgan Poggioli, La CGT du Front populaire à Vichy, Montreuil, IHS-CGT, 2007
Jean Charles, « Syndicalisme révolutionnaire et communisme international 1920-1923 », dans Serge Wolikow, Michel Cordillot (dir.), Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ? Les difficiles chemins de l’Internationalisme  (1848-1956), Dijon, Editions de l’Université de Dijon (EUD), 1993, pp. 129-132.

Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « La CGTU, cette inconnue (1) », ANR PAPRIK@2F, 25 octobre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/837]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *