Consulter L’Humanité à Paris

humaInutile de vanter à des chercheurs qui travaillent sur le communisme l’intérêt de la consultation de son organe de presse quotidien. Le journal fondé par Jaurès en 1904 est devenu celui du parti communiste-SFIC au lendemain du Congrès de Tours (décembre 1920), et s’il ne l’est plus aujourd’hui officiellement, il reste cependant la voix attitrée du PCF. Il est indispensable de s’y référer lorsqu’on souhaite voir de quelle manière tel événement était relaté par le PCF, de retrouver tel article ou discours, ou de noter l’importance accordée à tel ou tel dirigeant selon la taille du titre ou de la photo qui le signalent.

Trois endroits présentent le maximum de facilités pour en consulter la collection. La bibliothèque du Musée social, rue Las Cases, met à la disposition des lecteurs, pour un droit d’entrée modique, l’ensemble des exemplaires sur papier, rassemblés dans de gros registres en usuel dans la salle de lecture principale.

Pour une consultation rapide d’un article ou une recherche limitée, la bibliothèque du Centre Pompidou vous remet en quelques minutes le microfilm du mois demandé dans sa salle du 1er étage. L’accès est libre, si on a la patience de tenir sa place dans la queue, souvent fort longue (mais pas toujours, pas le soir, et la bibliothèque offre de surcroît l’avantage de rester ouverte tard, et tout le week-end).

Les lecteurs de microfilms, cependant, sont d’un usage moins commode que ceux de la BnF, sur son site de Tolbiac. Ceux de la salle O du rez-de-jardin, par exemple. Voilà pourquoi c’est l’endroit préconisé en cas de recherches plus étendues, sur plusieurs années ou thèmes, surtout si elles sont couplées avec d’autres ouvrages soumis au dépôt légal, qui pourront alors être consultés simultanément. Mais pour obtenir son droit d’accès aux salles du rez-de-jardin, une inscription préalable est obligatoire, qu’on n’obtient que sur justificatif de recherche et après l’obtention et l’achat d’une carte personnelle.

Le site de ressources numériques gallica.bnf.fr met également à la disposition de ses lecteurs une version numérisée de L’Humanité de 1904 à 1944, avec une interruption (comblée désormais) pour les années clandestines du journal.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *