Une revue insurrectionnelle: « Le Militant rouge »

Militant rougeEn novembre 1925 paraît le premier numéro d’une revue intitulée Le Militant rouge, sous-titrée « organe théorique et historique des insurrections ». Elle est éditée à 2 000 exemplaires. Si, aussi bien sur la couverture que dans les articles, il n’est pas fait explicitement mention du parti communiste, la revue se place d’emblée sous le patronage de la révolution d’Octobre. La rédaction est d’ailleurs composée uniquement de membres du PCF. Zéphyrin Camélinat, ancien membre de la Commune de Paris en est nommé directeur alors qu’il est âgé de 86 ans. Cette nomination est essentiellement honorifique et vise surtout à contrarier les velléités des pouvoirs publics de lancer des poursuites contre la revue. Paul Hog, venu à la demande d’un responsable de l’appareil du Komintern avec qui il a travaillé en Allemagne au moment de l’occupation de la Ruhr, est nommé secrétaire de rédaction mais il quitte ce poste au bout de 3 mois suite à des désaccords avec Camille Larribére qui apparaît comme le véritable dirigeant. Ce dernier semble aussi faire le lien avec la direction du PCF alors que le contenu de la revue fait l’objet de discussions au sein même du Bureau politique.

La revue a deux objectifs : servir de bulletin de liaison aux groupes créés pour lutter contre les ligues de droite et fournir des rudiments dans l’art de l’insurrection. Le public visé est celui des cadres communistes, en particulier ceux qui sont membres des Groupes de défense antifascistes (GDA) et des Jeunes gardes antifascistes (JGA). Ce rôle de revue non-officielle des GDA-JGA apparaît dans la décision du Bureau d’organisation de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC) qui demande que le Militant rouge soit lu et diffusé auprès des groupes.

L’ancrage communiste de la revue apparaît également dans son contenu puisqu’elle accueille des textes de membres éminents du Komintern comme Piatnistski, Yaroslavski, Varga et Losovski. Elle publie également des extraits des œuvres de Lénine, Marx, Engels, Blanqui et même de Trotski. Parmi les dirigeants communistes français, Jacques Duclos et Paul Vaillant-Couturier sont mis à contribution. Les textes se partagent entre l’étude des liens entre marxisme et insurrection, des récits et analyses des insurrections passés, des articles sur l’organisation du fascisme en Italie, en France et en Allemagne, sur les conflits coloniaux au Maroc, en Syrie et en Chine et essayent ainsi de dégager une véritable doctrine de l’insurrection.

La revue publie douze numéros de novembre 1925 à décembre 1926 puis deux en janvier et février 1927. En octobre de cette année paraît une nouvelle publication qui prend la suite du Militant rouge : Front rouge est édité par l’ARAC, les GDA et les JGA. Elle ne sort qu’un seul numéro et clôt ainsi la tentative de doter le mouvement communiste français d’une revue de vulgarisation insurrectionnelle.

Pour aller plus loin :

Frédéric Monier, Le complot dans la République. Stratégies du secret de Boulanger à la Cagoule, La Découverte, Paris, 1998.

Pour citer ce billet : David François, « Une revue insurrectionnelle: « Le Militant rouge » », ANR PAPRIK@2F, 10 octobre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/772]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *