Communisme et militarisation du politique: les GDA- JGA

001_GDA AN F7 1379Les Groupes de défense antifascistes (GDA) voient le jour au début de 1926 et font leur première apparition publique lors d’un meeting salle Huygens à Paris le 29 avril. Ils sont présentés comme une réponse à la montée en puissance des organisations paramilitaires de droite. Émanation de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC), une organisation de masse dirigée depuis 1923 par des militants communistes comme Jacques Duclos, les GDA sont conçus sur le modèle du Rotfrontkämpferbund créé par le Parti communiste allemand en 1924 et qui compte en 1927 près de 70 000 militants.

Les GDA, dirigé par Francis Desphelippon, sont des formations ouvertes à tous les militants antifascistes dans un but essentiellement défensif. Leur mission est en effet de protéger les réunions, les manifestations et les locaux des organisations de gauche. Ils se distinguent néanmoins d’un service d’ordre traditionnel par leur caractère paramilitaire affirmé : les membres sont dotés d’un uniforme et les groupes de drapeaux et fanions, la discipline et les marches au pas sont aussi à l’honneur. À l’été de 1926, la Jeunesse communiste organise de son côté les Jeunes gardes antifascistes (JGA) sous la direction d’Armand Latour, qui se présente comme la branche jeune des GDA.

Fin mai 1926 si la police ne comptabilise que 400 GDA dans la région parisienne, ils sont environ un millier en septembre. Le début de l’année 1927 marque l’apogée du mouvement dont le nombre d’adhérents estimé par les autorités est de 3 000 à laquelle il faut ajouter les 1 200 militants des JGA. Il s’implante principalement dans les zones de force du communisme notamment la région parisienne.

La chute du gouvernement du Cartel des gauches à l’été 1926 entraîne le déclin de l’agitation des groupes d’extrême-droite. Le « danger fasciste » s’éloignant, les GDA-JGA périclitent à leur tour. À cela s’ajoutent les critiques dont ils sont l’objet au sein du mouvement communiste où de nombreux militants leur reprochent leur caractère militariste, notamment le port de l’uniforme qui heurte un antimilitarisme profond.

Les GDA-JGA participent néanmoins aux différentes manifestations organisées en 1926 et 1927. C’est leur incapacité à maîtriser celle pour Sacco et Vanzetti, le 23 août 1927, à Paris qui précipite leur déclin. Les militants désertent tandis que l’organisation est l’objet de vives critiques de la part du Comité central du parti. En décembre, le Bureau politique confie finalement à Georges Beaugrand le soin de mettre sur pied une nouvelle organisation de défense, le Front rouge, qui doit englober les quelques groupes de JGA et GDA existants.

Pour aller plus loin:

David François, La violence dans le discours et les pratiques du PCF de 1920 à la Seconde guerre mondiale, thèse sous la direction de Serge Wolikow, Université de Bourgogne, 2 vols., 2012.

Pour citer ce billet : David François, « Communisme et militarisation du politique: les GDA- JGA », ANR PAPRIK@2F, 4 octobre 20113 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/749]


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Martin P. dit :

    Bonjour,

    Le sujet d’étude est très intéressant,

    Comment est-il possible de se procurer un exemplaire de la thèse de Monsieur David François ?

    En vous remerciant,

    Cordialement,

    M.

    • anrpaprika dit :

      Bonjour,
      en réponse à votre question, la thèse de David François est déposée dans l’Université où elle a été soutenue (Université de Bourgogne). Toutefois, on peut aussi la lire sous forme de microfiches dans d’autres bibliothèques universitaires. Mais le plus simple serait de contacter M. David François, nous allons lui transmettre votre demande.
      Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *