Les carnets de Dimitrov ou le journal de Dimitrov (9 mars 1933-6 février 1949)

VIIe congrès de l’IC, à droite G. Dimitrov en compagnie d’H. Pollitt, secrétaire du PCGB (parti communiste de Grande-Bretagne)

Les Carnets de Georges Dimitrov1, ancien secrétaire du Komintern, sont une source originale. Composés de 12 cahiers manuscrits (1 673 pages), il s’agit des notes prises par l’ancien dirigeant communiste bulgare entre 1933 et 1949. Depuis son accusation mensongère par les nazis sur sa responsabilité dans l’incendie du Reichstag, son emprisonnement et sa défense sans faille lors du procès de Leipzig (1933), jusqu’à son arrivée à la tête de la  République populaire de Bulgarie (1946-1949), Georges Dimitrov tient un journal dans lequel il consigne ses impressions, ses rencontres, parfois son état d’âme, le tout agrémenté de portraits. Toutefois, il y a des lacunes ou des ruptures qui posent problème, en particulier entre 1937 et 1939. L’absence des notes du 31 janvier 1935 au 18 août 1936, nous prive par ailleurs de toutes les remarques du dirigeant communiste sur le VIIe Congrès du Komintern, « son congrès », qui consacre la ligne des fronts populaires antifascistes. Secrétaire général de l’Internationale communiste de 1933 à 1943, Dimitrov livre cependant avec son journal un document de première importance sur la vie au sein des élites du mouvement communiste soviétique et international.

Ces notes, malgré leur brièveté, livrent quelques clefs de compréhension sur la vie des cadres communistes et la sociabilité autour de Staline. Au-delà d’une enquête anthropologique ou ethnologique qu’ils permettent, au travers des toasts portés aux dirigeants et au premier d’entre eux, Staline, les Carnets illustrent les rapports entre l’URSS (le parti-Etat, sa diplomatie) et le monde communiste. Ils révèlent les tensions qui peuvent exister, sans oublier les logiques tragiques des purges en 1937. Tzevan Todorov en a souligné avec force et conviction les principaux apports quant au premier cercle autour de Staline2.

Concernant la France et le PCF, ces Carnets permettent aussi d’éclairer, entre autres, le moment de formation du Front populaire en 1934 où la France devient le laboratoire de la nouvelle ligne politique, non sans difficultés : on peut lire le 20 mai 1934 « Une conversation avec Staline concernant la question française (très mécontent !) – en France – un front uni fait depuis le sommet… ».

Plus tard, Dimitrov évoque le télégramme envoyé par le Komintern à Thorez et Cachin (20 décembre 1936) pour tenter un rapprochement actif avec Louis de Brouckère, dirigeant de l’Internationale ouvrière socialiste (IOS), afin d’organiser la coordination des forces socialistes et communistes pour aider le peuple espagnol face aux interventions des puissances fascistes. L’échec de ces rencontres, comme tous les sujets abordés par les Carnets d’ailleurs, est analysé à travers le prisme communiste : les grands procès, les purges sont tus. Mais ce silence lui-même est significatif.

Pour citer ce billet : Jean Vigreux, « Les carnets de Dimitrov ou le journal de Dimitrov (9 mars 1933-6 février 1949) », ANR PAPRIK@2F, 8 octobre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/704]

  1. Première édition : Georgi Dimitrov, Dnevnik, Sofija, Universitetsko izdatelstvo Sveti Kliment Ohridski, 1997 ; traduits et annotés ensuite en Allemand et édités par Bernhard Bayerlein [Georgi Dimitroff: Tagebücher 1933–1943, Berlin, Aufbau-Verlag, 2000], puis en France (traduit par Anne Castagnos-Sen, Tatiana Zazerskaia, Assia Stanceva) et édités par Gaël Moullec [Dimitrov, Journal 1933-1945, Paris, Belin, 2005, 1500 pages] []
  2. « Staline vu de près », Le Débat, n°128, 2004, p. 127-140 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *