Le Théâtre d’Action International

002_TAI_IMG1

Image tirée des Cahiers du Théâtre d’Action international, n°1, octobre 1932

002_TAI_IMG2-b

Image tirée des Cahiers du Théâtre d’Action international, n°1, octobre 1932.

Entre octobre et décembre 1932, fonctionne à Paris un Théâtre d’Action International dont l’intellectuel communiste Léon Moussinac (1890-1964) est la cheville ouvrière.

Pendant sa courte existence, le TAI, dont le sigle est caractéristique du graphisme renouvelé du début des années 1930, a eu le temps de créer trois spectacles et de publier un unique numéro des Cahiers du Théâtre d’Action International, aujourd’hui consultable en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32735758x/date.r=.langEN). Sont joués Miracle à Verdun, pièce pacifiste de Hans Chlumberg, Le Train blindé de Vsevolod S. Ivanov et Acide prussique du Dr. Fr. Wolf. Moussinac assure personnellement les répétitions de Miracle à Verdun. Le propriétaire du Théâtre des Bouffes-du-Nord, M. Le Danois, ouvre les portes de sa salle de mille places pour accueillir les spectacles. Les artistes Georges Adam, Jean Lurçat, Fernand Léger et Nathan Altman participent à l’élaboration des décors.

Le TAI appartient à la nébuleuse des expériences culturelles prolétariennes et révolutionnaires des années 1920 et 1930, auxquelles d’autres militants communistes de premier plan comme Paul Vaillant-Couturier ont participé. Le lancement du TAI est soutenu personnellement par Maurice Thorez et la direction du Parti communiste, à la fois pour financer l’entreprise par l’intermédiaire d’une Association des Amis du TAI et pour « la soutenir contre les brimades de la police » en cas d’interdictions des pièces du répertoire choisi. Dans le comité constitué pour soutenir le TAI, on trouve en particulier Luc Durtain, Victor Margueritte et Romain Rolland. Le TAI relève également de l’Union Internationale du Théâtre ouvrier (UITO), au même titre que la Fédération du Théâtre Ouvrier Français (FTOF) à la même époque.

Malgré la brièveté de son existence, le TAI remporte à l’automne 1932 un succès d’estime, au point que L’Action française appelle dans une série d’articles à en interrompre les représentations et d’en obtenir la fermeture. L’échec rapide de cette tentative tient surtout à des questions financières et selon Moussinac, au manque de soutien témoigné par L’Humanité et l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR). Son intérêt est qu’elle se situe à un moment où le « front culturel révolutionnaire » du Parti communiste s’efforce de sortir de son sectarisme initial hérité du début de la période « classe contre classe ». En URSS cependant, ce théâtre d’agit-prop est critiqué de façon croissante, pour être remplacé par un théâtre réaliste socialiste, changement dont témoignent les Olympiades théâtrales de Moscou en mai 1933, auxquelles participent 12 pays, dont l’URSS et la France. L’échec du TAI illustre ainsi les difficultés éprouvées par ce théâtre d’agitation fondé sur la conviction, affirmée dans le n°1 des Cahiers du TAI, que « le vrai théâtre est de nature profondément populaire ».

Pour aller plus loin :

Léonor Delaunay, La Scène bleue. Les expériences théâtrales prolétariennes et révolutionnaires en France, de la Grande Guerre au Front populaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « Le Théâtre d’Action International », ANR PAPRIK@2F, 30 septembre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/693]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *