Le PCF et la question électorale : le rôle du Komintern

Acub0013nb_0785Extrait de compte rendu 80 de la séance du 27/04/1928 (RGASPI Fonds 495, sous-fonds 44, dossier 64).

« Traité :

5) La tactique élective du PCF pour le 2e tour [des élections législatives d’avril 1928, NDE].

Décidé :

5) Le télégramme envoyé au PCF est confirmé. Il dit textuellement : « Le CEIC est d’avis que la politique du parti adoptée par la conférence nationale s’est avérée comme étant globalement juste, comme cela a été démontré déjà lors du 1er tour dans lequel le nombre de voix communistes a augmenté au détriment des socialistes ». Le CEIC est d’avis que cette politique doit être continuée aussi au 2e tour. En accord avec la décision prise par le parti et le CEIC, nous croyons qu’il sera admis de voter dans l’intérêt du renforcement de nos positions dans des régions industrielles comme le département du Nord et l’Alsace-Lorraine pour les socialistes et les autonomistes en Alsace-Lorraine, mais cette hypothèse n’excédant pas 10 cas tout en évitant à tout prix une quelconque consultation entre le CC du PCF et le CC du PS concernant les mandats. »

En fait, le PCF aborde les élections de 1928 conformément à la ligne de « classe contre classe » imposée fin 1927 par l’IC. Si les communistes progressent en voix, et dépassent alors un million de suffrages, ils perdent de nombreux sièges (il leur en reste 14) en raison du refus de tout « bloc » électoral avec les socialistes.

Pour citer ce billet : Jean Vigreux, « Le PCF et la question électorale : le rôle du Komintern », ANR PAPRIK@2F, 27 septembre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/608]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *