La VOKS

001_sigle_VOKSLa Société pan-soviétique pour les relations culturelles avec l’étranger (Vsesojuznoe Obščestvo Kul’turnoj Svjazi s zagranicej, autrement dit la VOKS selon l’acronyme russe) est une structure administrative originale de la bureaucratie soviétique. Longtemps méconnue, elle bénéficie aujourd’hui d’une attention soutenue de la part de l’historiographie anglo-saxonne et française, grâce à l’ouverture du fonds R-5283 des archives du GARF, les Archives d’État de la Fédération de Russe : en tout, 28 inventaires et 13 351 dossiers. La VOKS est en effet une interface majeure de contact entre l’Union soviétique et l’étranger. Ses missions sont vastes. Elle doit organiser et encadrer l’accueil des étrangers en URSS, diffuser hors du territoire de l’Union les publications, les photographies, les films ou les expositions soviétiques, et remplir diverses tâches d’expertise concernant la culture étrangère. La VOKS est donc un instrument majeur, mais pas unique, de la diplomatie culturelle soviétique, destiné à la fois à analyser et influencer l’opinion occidentale et à promouvoir l’idée de supériorité du modèle soviétique.

Fondée en avril 1925, dans le prolongement de la mobilisation de l’aide étrangère face à la famine en 1921-1922, elle est d’abord dirigée par Ol’ga D. Kameneva, sœur de Trotski et épouse de Kamenev, puis par Fedor N. Petrov (1929-1933) et par Aleksandr I. Arosev de 1934 à 1938. Elle a fonctionné jusqu’en 1957. L’intensité des contacts avec l’étranger suppose qu’il est dangereux d’y travailler, même si son rôle d’interface l’a jusqu’à un certain point protégée des purges : Arosev sera exécuté en 1938, et Kameneva en 1941. La VOKS est partie prenante de l’appareil d’État soviétique, mais elle possède un statut particulier d’« organisation sociale » : elle est à l’origine une organisation non-gouvernementale, qui regroupe (et accueille) savants, artistes, et scientifiques communistes ou non, mais elle est placée sous le contrôle du Commissariat aux Affaires Étrangères (NKID) et entretient des liens avec la police politique (OGPU-NKVD) et surtout, le Comité central du Parti soviétique. Ce contrôle n’a cessé de se renforcer, à mesure que la bureaucratie soviétique de contrôle des voyages en et hors d’URSS s’est alourdie. L’autonomie apparente de la VOKS est donc une fiction qui a une utilité à la fois intérieure et extérieure pour l’URSS. Elle prétend jouer un rôle en apparence analogue aux Associations d’Amis de l’URSS qui existent à l’étranger, comme en France où elle est puissante dans les années 1930, sous la supervision du communiste Fernand Grenier.

La VOKS est organisée dans les années 1920 en « sections » culturelles spécialisées, avant que sa structure ne soit modifiée sur un principe territorial (les mêmes réformes s’opèrent au sein du Komintern au milieu des années 1930). Des « référents » sont chargés du contact avec les étrangers : dans de longs rapports dactylographiés, conservés au GARF, ils décrivent l’activité et rapportent les propos des voyageurs invités. En Europe occidentale, l’image de la VOKS n’est pas celle que nous donnent aujourd’hui les archives : elle apparaît plutôt comme une émanation relativement autonome de l’intelligentsia soviétique, un canal qu’il est possible d’utiliser pour s’informer sur la « construction du socialisme » en URSS, mais aussi pour se faire entendre à un niveau plus élevé encore. L’URSS des années 1930, du moins jusqu’à la Grande Terreur, est moins fermée qu’on ne le pense aux Européens : elle est alors saisie d’un « complexe de supériorité » (M. David-Fox) qui explique qu’elle ait tenté, par une diplomatie culturelle très offensive, d’en convaincre de très nombreux visiteurs, dont la sociologie diverse ne se réduit pas aux intellectuels. Avec la Grande Terreur, cependant, et jusqu’en 1947, l’activité de la VOKS se rétracte brutalement. Elle ne reprendra vraiment qu’à la fin des années 1940.

Pour aller plus loin :

Sophie Coeuré, Rachel Mazuy (dir.), Cousu de fil rouge. Voyages des intellectuels français en Union soviétique, Paris, CNRS Éditions, 2012

Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « La VOKS », ANR PAPRIK@2F, 16 avril 2014 [en ligne: anrpaprika.hypotheses.org/567]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *