Très belle initiative du Musée Niepce de Chalon-sur-Saône

 

Le Musée Nicéphore Niépce vient de mettre en ligne l’intégralité de la collection numérisée de l’hebdomadaire VU (1928-1940) sur son site. Dirigé et fondé par Lucien Vogel VU est publié du 21 mars 1928 au 29 mai 1940, soit plus de 600 numéros.

http://collections.museeniepce.com/fr/app/collection/7/view

On peut rappeler également que la BNF a également mis en ligne le magazine Regards créé par Léon Moussinac en 1933. Ce magazine communiste offre des reportages illustrés par les photographes.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34447681m/date.r=

 

Ces magazines permettent d’étudier entre autres les grèves du Front populaire.  L’historien dispose ainsi des nombreuses photographies publiées ou conservées dans les archives ou musées[1], mais aussi de films[2] qui ont souligné l’ampleur du mouvement. Des photographes ont immortalisé les scènes du mouvement social.[3] L’usage et la diffusion de la photographie ont connu un essor considérable au cours de ces années 1930. La presse remplace petit à petit, mais pas toujours, les dessins par des photographies imprimées (rotogravure), assurant l’essor des hebdomadaires et des agences photographiques (Alliance Photo, Rapho, Keystone, Meurisse…).

D’autre part, l’évolution technique des appareils photographiques (plus petits et plus légers) conduit à la naissance d’un nouveau métier, celui de photojournaliste. Leurs clichés sont alors publiés en « Une » ou à l’intérieur des hebdomadaires comme Vu, Regards, Miroir du monde, L’Illustration, Le Document, mais aussi des quotidiens l’Humanité, Le Populaire, Le Matin, Le Petit parisien… La presse reste une source importante pour analyser les grèves et La Vie ouvrière, publiée par la CGT, propose « Les premiers enseignements des grèves “sur place” en France »[4], sans négliger Le Peuple, le quotidien cégétiste.

[1] Musée d’histoire vivante de Montreuil ou encore à la photothèque de l’IHS CGT. Voir également : Jean-Paul Sénéchal, « Images du Front populaire : Finistère 1934-1938 », Skol Vreizh, 1987 ; Françoise Denoyelle, François Cuel et Jean-Louis Vibert-Guigue, Le Front populaire des photographes, Paris, Editions Terre bleue, 2006 ; Pierre Borhan, La volonté de bonheur. Témoignages photographiques du Front populaire, 1934-1938, Paris, Hazan, 2013.

[2] Voir les films déposés à l’INA ou de Ciné-archives. Notons qu’en 1956, 20 ans après le mouvement, le PCF, qui en appelle à un nouveau « Front populaire » pour les élections législatives, publie ou réédite dans sa presse nationale et régionale de nombreux témoignages et photographies des grèves.

[3] Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Nora Dumas, Gisèle Freund, Pierre Jamet, André Kertész, François Kollar, Eli Lotar, Henri Manuel, Gaston Paris, David Seymour, Fred Stein, Willy Ronis, … Parfois, ce sont aussi des photographes amateurs qui ont laissé des traces visuelles des grèves. Voir

[4] La Vie Ouvrière, 5 juin 1936.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *