Jean-Richard Bloch en URSS 1941-1942

Paprik@2F signale cet article de Ludmila Stern, « Moscou – Kazan – Oufa : Jean-Richard Bloch en 1941-1942 », Revue Historique n°682, avril 2017, p. 359-384.

http://www.cairn.info.inshs.bib.cnrs.fr/revue-historique-2017-2-p-359.htm

Résumé de l’article :

Écrivain français communiste, Jean-Richard Bloch était probablement le seul intellectuel français à avoir demandé l’asile politique en URSS pendant la Seconde Guerre mondiale. L’expérience unique de son exil soviétique, partiellement reconstituée grâce à ses notes inédites, ainsi que celles de sa femme, gardées au Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, commence par l’arrivée de Bloch en URSS et son séjour à Moscou (avril-octobre 1941), suivi de son évacuation vers l’Est à Kazan sous l’égide de l’Union des écrivains soviétiques (octobre-décembre 1941), et ensuite à Oufa où il sera mobilisé par l’Internationale Communiste pour lire ses Commentaires à la Radio du Komintern à destination de la France occupée (décembre 1941-décembre 1942). Après avoir examiné brièvement le développement des relations que Bloch entretenait avec l’Union des écrivains dans de nouvelles conditions de guerre, nous nous concentrerons sur les attentes du Komintern à l’égard de Bloch et de sa femme. La reconstruction des conditions de travail et de la qualité de vie de la « famille kominternienne » contribuera à la littérature limitée (Ceretti, Cauchy, Thorez-Vermeersch, Wieviorka) de la période à Oufa, et fera lumière sur les fonctions de Bloch, ainsi que son statut et ses interactions avec la direction de l’Internationale Communiste.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *