Les délégations ouvrières et paysannes en URSS. La propagande par le voyage.

Russie d’aujourd’hui, janvier 1933

Lors des premières années de la Révolution bolchevique, avec la création de l’Internationale communiste (1919), les émissaires du mouvement ouvrier français puis les délégations syndicales ou politiques communistes jouent le rôle de propagandistes du nouveau régime.

Le voyage militant va se standardiser rapidement. Il est contrôlé, voire réprimé en France et contrôlé et encadré dès Berlin et durant tout le séjour en URSS.

Sur place en effet tout est planifié, prévu, parfois au prix de cafouillages que supportent plus ou moins bien les délégués. Les cartes de nourriture, les cartes de logement ou, pour les déplacements, les plannings de visites et d’excursions, les menus pour les repas ; tout est détaillé à l’avance par les organisations militantes qui accueillent les étrangers.

Après la reconnaissance de l’URSS (octobre 1924) , donc à partir du milieu des années vingt, les Soviétiques mettent en place de nouvelles structures d’accueil chargées d’accueillir en plus grand nombre des voyageurs (VOKS, la Société pour les relations culturelles avec l’étranger, et Intourist)1

Du côté des militants, les délégués congressistes, le plus souvent logés au Lux (l’hôtel des Kominterniens), ne vont plus accomplir de fonction de propagande, à moins qu’ils soient spécialement missionnés dans ce but. Ils sont de moins en moins des témoins de la réalité soviétique, le travail pour le Komintern prenant le pas sur le travail de propagande.

Ils sont alors relayés par des délégués ouvriers et paysans, qui deviennent à leur tour les propagandistes de la « princesse en guenilles »2.  A la fin de l’année 1925, une note émanant des services de police destinée au ministère de l’Intérieur, considère les voyages comme « une nouvelle forme de propagande qui pourrait être employée depuis plusieurs mois par les autorités soviétiques russes.  »3

Les premières délégations de propagandistes :

Les deux premières délégations de ce type datent en effet de l’année 1925. Deux délégations d’instituteurs invités par le Syndicat pan russe des travailleurs de l’enseignement partent successivement au début et à la fin de l’été4. Les communistes tentent alors de percer le monde des instituteurs en s’opposant au SNI, organisation réformiste qui vient d’adhérer à la CGT.

Quelques mois plus tard (décembre 1925-janvier 1926), c’est une délégation des Jeunesses communistes qui part en URSS ramener un reportage sur la « patrie du socialisme ».

L’année suivante, c’est la délégation dont fait partie Régis Tauleigne qui prend le relais.

Durant l’été et l’automne 1926, il semble y avoir plusieurs délégations syndicales; celle de juillet pour le Congrès de l’Internationale du textile, et une délégation syndicale de cheminots qui arrive au début du mois d’octobre à Moscou.

Mais il n’y a qu’une seule délégation de jeunes travailleurs ouvriers et paysans (le second terme est parfois oublié dans la presse), qui part en URSS de septembre à novembre 1926. Elle est d’ailleurs annoncée dès le mois de mai pour mettre en œuvre la stratégie de front unique qui prévaut au début de l’année 19265

L’Humanité, 29 septembre 1926

Il s’agit, dans le cadre d’une ouverture qu’on retrouve au niveau électoral (défense républicaine et antifascisme) de s’adresser non seulement aux communistes, mais aussi aux « inorganisés » et au « réformistes » (les jeunes ouvriers de la SFIO et les jeunes syndicalistes de la CGT). Mais la composition réelle de la délégation est largement dominée par les communistes et les unitaires (CGTU).

C’est avec ce type de délégations qu’on va passer de simples « excursions » autour de Moscou et Leningrad, à de véritables itinéraires à l’intérieur de l’URSS. Il ne s’agit pas d’occuper des délégués avant ou après les sessions de congrès, mais bien de leur montrer les réalisations de l’URSS. Les jeunes ouvriers vont visiter la Russie pendant plus d’un mois. Avec Leningrad et Moscou, la Baltique et sa flotte et les mines de l’Oural, on est presque dans les circuits touristiques classiques que l’on va trouver dans les années trente.

On va aussi retrouver, affinées, les méthodes de désignation des délégués à partir d’indications données de Moscou. Une fois choisi par la direction (du PCF, des JC, des syndicats) sur les indications des organisations soviétiques invitantes, le délégué se voit officiellement mandaté par ses camarades au cours de meetings d’agit-prop organisés avant le voyage autour de la délégation. Les meetings ont alors aussi pour objectifs de mettre en valeur les progrès accomplis  en URSS, en donnant la parole à d’anciens « témoins », tout en soulignant l’importance du « travail » des « missionnaires ». Une fois sur place, on doit donner l’impression que les délégués sont attendus et fêtés spontanément par leurs « frères soviétiques » :

«  A Kiev, les ouvriers attendaient devant la gare avec des fleurs, des drapeaux, de la musique et des « hourras » formidables et l’Internationale lancée par 20.000 poitrines ! Et partout, dès qu’on nous savait là, le même accueil. »6

Dernière phase du voyage, les tournées de compte rendu avec « débats contradictoires » à la clé, sont ensuite relayées par la presse communiste.

Qu’est-ce qui va changer avec le Xe anniversaire de la Révolution d’Octobre ?7

Après 1927, les délégations adoptent le calendrier des commémorations révolutionnaires soviétiques (fêtes de novembre, 1er mai puis journée de la femme à partir de 1934). L’été reste utilisé par les congressistes ou pour des manifestations spécifiques, comme celle des Spartakiades de 19288, climat oblige. Il est aussi privilégié pour les délégations d’intellectuels parmi lesquels figurent de nombreux enseignants.

Les voyages du Xe anniversaire de la Révolution russe, marquent sans doute une apothéose du « voyage d’études ». Rien que pour la France, une centaine de délégués sont ainsi envoyés, ouvriers et intellectuels se mélangeant cette fois.

Enfin, l’objectif des voyages se transforme lui aussi. Il répond de plus en plus aux impératifs des premiers plans quinquennaux. On tente alors de valoriser les délégués ouvriers représentant les industries lourdes qu’on promeut en URSS (mines, métallurgie etc.).

L’Appel des Soviets, Novembre 1929

Au début des années trente, du fait de l’application de la tactique « classe contre classe » (1928), les délégations sont encore plus homogènes politiquement et leur nombre se réduit. Le contrôle accru et la répression policière dissuadent les participants éventuels ou empêchent leur départ (entente entre les entreprises et les policiers pour surveiller les départs des ouvriers qui sont souvent licenciés au retour). La presse communiste se fait l’écho de la déception de militants qu’on a empêché de partir (non délivrance d’un passeport ou d’un sauf-conduit). Mais, les comptes rendus de retour y apparaissent de moins en moins.

En ce qui concerne le trajet jusqu’à l’URSS, on observe aussi des modifications. Si la délégation de 1926 est convoyé par un cargo soviétique de fret, visiblement peu fait pour accueillir des voyageurs, les délégations des années trente partent le plus souvent en train via Berlin et Varsovie. En 3e classe jusqu’à la frontière soviétique, ils peuvent apprécier le luxe des wagons soviétiques, après le changement de train à la frontière (Negoreloje ou Shepetkova). Mais ils peuvent aussi partir ou revenir par bateaux, mieux équipés que le Barsac. Pendant  ces quelques jours en mer, on leur organise des sessions de questions-réponses sur l’URSS.

Sur place, les infrastructures touristiques gérées par Intourist augmentent et l’hôtel devient la norme pour tous les délégués voyageurs. Cependant, tout reste programmé même si l’on veut leur donner l’impression qu’on leur propose un programme à la carte (les ouvriers du textile « demandent » à voir des usines textile, etc…). Différence importante enfin, l’encadrement est de plus en plus soviétique, avec des guides/ interprètes formés dans des instituts spécialisés9

L’ère des A.U.S. :

A partir de la fin de 1932 (prise en charge des AUS par Fernand Grenier), ce sont de plus en plus les Amis de l’URSS assument les voyages d’enquêtes en URSS. On y retrouve des socialistes dès novembre 1932 (comme en 1926, ils sont exclus de la SFIO au retour). Les revues des AUS (L’Appel des Soviets puis, à partir de janvier 1933, Russie d’Aujourd’hui) relaient les comptes rendus de retour. Les tournées de meetings sont aussi organisées par l’association avec l’aide des organisations communistes.

La dernière phase, démarre en 1934-1935. Les AUS ouvre un service de voyages qui propose (comme d’autres organisations ouvrières, comme des organes de la presse communistes) des croisières relativement courtes et payantes en URSS. Elles restent réservées aux adhérents et sont dirigées par des communistes. Le plus souvent il s’agit d’ailleurs de cadres AUS qu’on récompense ainsi pour leur travail au sein de l’association10.

Russie d’Aujourd’hui, N° 6, juin 1933

Ces délégations se conforment en fait aux circuits proposés par l’agence Intourist (une filiale est ouverte à Paris au début des années trente). C’est l’apogée du voyage qui fait vivre l’association et rapporte aussi des devises du côté soviétique.

Regards, 20 juin 1934

On peut alors davantage parler de « tourisme engagé », les AUS s’imposant comme une agence de voyage à destination unique. Les délégations d’études subsistent encore quelques temps, avec des séjours plus courts. Les deux mois de 1926, sont remplacés par un séjour d’un mois, même si certains militants restent en URSS sur de longues périodes. A partir de 1933-1934, on essaye bien sûr d’attirer des sympathisants, des socialistes, mais aussi des catholiques, voire des Croix de feu (politique de la main tendue). En conséquence, si à partir de 1934, les socialistes ne sont plus exclus de la SFIO du fait de leur participation aux voyages, l’association s’expose au risque d’emmener des « Ennemis de l’URSS » comme Kléber Legay11. En fait, s’il n’y a pas réellement de « conversion » au communisme à travers le voyage, qui ne fait que cristalliser des convictions préexistantes, ce dernier est cependant très tôt un rite de formation des militants. Il sert à distinguer les futurs orateurs, les permanents, voire les jeunes cadres dirigeants des organisations communistes.12

C’est ainsi le cas de la délégation de 1926, où l’on peut observer ces mécanismes de promotion au sein des structures communistes après le voyage et les tournées de compte rendu.

Ces archives policières complétées par les publications de la presse communiste nous donne aussi à voir le système de surveillance et de répression mis en place à l’encontre des organisations révolutionnaires. En cela, le voyage est l’un des modes d’apprentissage de la clandestinité, du côté de la police comme du côté des militants.

Cette surveillance fournit en tout cas aux chercheurs de véritables « pépites » comme l’illustre l’exemple du carnet de voyage de Régis Tauleigne lié à la délégation de 1926.

  1. Sur ses structures d’accueil, on peut lire  l’introduction Sophie Coeuré dans Sophie Coeuré, Rachel Mazuy, Cousu de fil rouge, Le voyage des intellectuels en Russie soviétique, Editions du CNRS, 2012. Ainsi que le billet de Romain Ducoulombier sur la VOKS du 16 avril 2014 (https://anrpaprika.hypotheses.org/567). []
  2. L’expression est de Panaït Istrati. []
  3. AN F7 13496. []
  4. Laurent Frajerman, L’Internationale des travailleurs de l’Enseignement, Mémoire de maîtrise de l’Université Paris I. []
  5. L’Humanité, 10 mai 1926. []
  6. L’Humanité, 6 novembre 1926. []
  7. Sur les fêtes du Xe anniversaire et les délégations étrangères, on verra notamment : Jean-François Fayet, Les commémorations du Xe anniversaire de la révolution d’Octobre. Notice historique illustrée in Carnet de bord, n°12, décembre 2006 (http://www.unige.ch/ses/socio/carnets-de-bord/revue/pdf/12_119.pdf) []
  8. André Gounot, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 01 juillet 2005, consulté le 11 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1582 []
  9. Sophie Coeuré, Rachel Mazuy, op. cit., introduction de Sophie Coeuré. []
  10. C’est ainsi le cas de Suzanne Cagé, secrétaire fédérale des AUS du Nord, qui part une première fois en mai 1933, puis prend la tête de la délégation de femmes de mars 1934. Elle va rester de longs mois en URSS, ayant notamment une aventure avec un président de kolkhoze. Cf. Maitron en ligne pour sa biographie et Rachel Mazuy, « Voyages, amour et lutte des classes. Les Français en Russie soviétique dans l’entre-deux-guerres », Aden, « Amour et lutte de classes », N° 14, octobre 2015. []
  11. Kléber Legay militant syndicaliste et socialiste du Nord, proche de la tendance Syndicats, participe à la délégation pour les fêtes de novembre 1936. Il publie en 1937 la brochure Un mineur français chez les Russes, qui fut diffusée à 25000 exemplaires à la sortie des puits de mines. Son témoignage fut combattu par les communistes du Nord et par les AUS (Fernand Grenier, Réponse à Kléber Legay : des faits, des documents!, Paris, Edition des AUS, 1938 – disponible sur Pandor : https://pandor.u-bourgogne.fr/ead-fragment.xsp?id=FRMSH021_00009&c=FRMSH021_00009_brb2804&ishtml=true). []
  12. Je me permets de reporter à Croire plutôt que voir…, op. cit. et à mon article dans Politix, Les «Amis de l’URSS» et le voyage en Union soviétique. La mise en scène d’une conversion (1933-1939), Politix  Année 1992  Volume 5  Numéro 18  pp. 108-128 (http://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_1992_num_5_18_1511#). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *