Il y a 70 ans mourait Jean-Richard Bloch

L’écrivain Jean-Richard Bloch est mort soudainement le 15 mars 1947 à 62 ans. Il y a donc 70 ans aujourd’hui. 

De gauche à droite : Jean-Richard Bloch, Ilya Ehrenbourg et Mikhaïl Koltsov durant le voyage en URSS.

Issu d’une famille de polytechniciens partis d’Alsace après la défaite de la France en 1870, il s’est marié à Marguerite Bloch, la sœur d’André Maurois, venant elle d’une famille de la grande bourgeoisie juive installée en Normandie.

Agrégé d’histoire de formation, il décide de devenir écrivain avant la Première Guerre mondiale. Lié aux milieux de la Nouvelle revue française (Gallimard), c’est un ami de Roger Martin du Gard ou de Jean Paulhan. Créateur d’une petite revue littéraire et révolutionnaire avant 1914 (L’Effort, devenue L’Effort libre), il a écrit la majorité de son œuvre littéraire et poétique entre 1912 et la fin des années vingt. Il est alors aussi éditeur pour les éditions Rieder.

Ses racines juives se traduisent d’abord par un attachement patriotique à l’Alsace de ses ancêtres. La famille de sa femme Marguerite est pratiquante, celle de Jean-Richard non. Marqué par l’Affaire Dreyfus, il s’est cependant lié au sionisme dans les années vingt. Son premier grand roman, Et… Cie (1917, réédité par Gallimard en 1992) racontait l’histoire d’une famille juive au XIXe siècle. Enfin, germanophone, traduit en allemand, il est également très tôt lucide face à l’antisémitisme nazi.

Dans l’histoire de l’engagement de Jean-Richard Bloch, après l’Affaire Dreyfus, la Grande Guerre est un autre tournant essentiel. Il l’a approuvée comme d’autres socialistes défensifs, ne se rapprochant des pacifistes (Romain Rolland) qu’à la fin du conflit. Il va ensuite évoluer entre le socialisme et le communisme. S’il s’engage du côté des communistes après le Congrès de Tours, c’est pour peu de temps, puisqu’il quitte le parti au moment de la bolchevisation (autour de 1923). Son militantisme, modéré dans les années vingt, tourne ainsi plutôt autour du pacifisme et du sionisme.

Les années trente sont par contre des années d’engagement intense. L’écrivain se positionne d’ailleurs de plus en plus en essayiste (Destin du siècle, 1931, réédité au PUF) et en journaliste. Par ailleurs, après l’arrivée au pouvoir d’Hitler, son pacifisme devient avant tout un antifascisme. L’URSS tient alors une place de plus en centrale, surtout à partir de l’année 1934, l’année du 6 février, et l’année où Bloch est invité au Premier Congrès des Écrivains soviétiques.

Intellectuel philosoviétique déclaré à son retour, il fait partie des organisateurs du Congrès mondial pour la défense de la culture en 1935. Il multiplie également les conférences et publie une dizaine d’articles dans la presse antifasciste. L’année suivante, il part en Espagne du côté des Républicains (Espagne, Espagne, réédité chez Aden). Il accepte enfin la co-direction de Ce soir avec Aragon de 1937 à 1939.

Il ne ré adhère cependant au parti communiste qu’en juillet 1939.

Quelques mois après la défaite française, Marguerite et Jean-Richard Bloch vont finalement fuir la France. Munis de passeports soviétiques ils rejoignent Moscou via Berlin ! Ils s’installent alors en URSS pour le reste de la guerre. Ils vont connaître l’exil à Kazan puis à Oufa au moment de l’avancée des troupes allemandes. Seul intellectuel français officiellement présent en URSS, c’est la voix de la France sur « Radio-Moscou ». En plus d’articles de presse, Bloch écrit également une pièce, Toulon, qui sera jouée à Alger et à Moscou à la fin de la guerre. Il fait alors partie du petit cercle de français du Komintern et devient ami avec Maurice Thorez, tout en jouant un rôle de médiateur avec les missions gaullistes.

Après un épuisant périple durant l’hiver 1944-1945, les Bloch sont confrontés à leur retour au traumatisme de la perte de plusieurs membres de sa famille, dont leur fille France, résistante exécutée à Hambourg, et la mère de Jean-Richard, gazée à Auschwitz.

A Paris, l’écrivain reprend ses fonctions à Ce Soir et, en 1946, accepte celle de Conseiller de la République que lui propose le PCF (Thorez). Il ne se consacrera que quelques mois à cette nouvelle tâche, qui l’éloigne encore du champ littéraire. Terrassé le 15 mars 1947, il est alors honoré de funérailles grandioses où la pompe républicaine (les gardes nationaux) se mêlent avec un rituel communiste. Il est enterré au Père-Lachaise.

Ces quelques lignes sont largement issues de la préface de l’ouvrage : Moscou-Caucase, Lettres du voyage en URSS de Jean-Richard et Marguerite Bloch, à paraître aux Editions du CNRS (coordonné en collaboration avec Ludmila Stern).
Il s’agit du carnet de voyage de Marguerite Bloch et de leurs lettres du voyage en URSS pour le premier congrès des écrivains soviétiques en 1934 (publié une premier fois dans les Cahiers Jean-Richard Bloch, N° 19 en 2013 – Epuisé).

On peut lire sa notice biographique détaillée rédigée par Nicole Racine dans le Maitron en ligne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *