Les archives rapatriées de Russie, traitement, exploitation, valorisation

20010216-26_24-communistes1

Document issu du fonds de Surveillance du Parti communiste français (fonds de Moscou). source: Archives nationales

La riche journée d’études, « Les archives rapatriées de Russie, traitement, exploitation, valorisation », qui s’est tenue au Service historique de la Défense (SHD) à Vincennes le mardi 8 novembre 2016, organisée par Hélène Hélène Servant, Thierry Sarmant, Bertrand Fonck et leur équipe a offert de nouvelles pistes de recherches et de coopérations entre archivistes et historiens.

Un bilan du traitement archivistique a permis de mesurer l’ampleur des fonds rapatriés sous l’égide du Ministère des Affaires étrangères (plus de 7 kilomètres linéaires revenus par camions depuis la Russie en deux étapes, 1994 et 2004). Il revint à Monique de Nomazy d’en rappeler les enjeux, les difficultés, mais aussi la réussite de cette opération de restitution ou de « réintégration des fonds ». Dans un exposé précis, elle a souligné comment le MAE a su faire preuve de patience et de détermination tout au long du processus. Yan Potin (Archives nationales), dans une riche communication, est revenu sur la place rêvée et/ou réelle des Archives nationales dans ce mouvement de restitution des fonds. Il a également souligné l’apport des historiens, Patricia Grimsted d’Harvard, Sophie Cœuré et Frédéric Monier pour la France, sans oublier la part active des archivistes Chantal Bonazzi et Gérard Naud (puis Sylvie Le Clech pour le CAC). Si l’on a pu mesurer parfois les rivalités des services, les incompréhensions, voire les susceptibilités, ce retour a constitué un moment majeur de l’histoire même des AN. Un voyage au sein des « Archives spéciales » de Moscou est rendu possible grâce à un site tenu par Sebastian Panwitz en Allemagne, consultable ici, qui complète le propos.

Différentes interventions ont pu faire l’état du traitement de ces fonds rapatriés (tant dans les archives publiques que pour les fonds privés, voir programme joint) au sein des institutions patrimoniales qui ont été concernées par les restitutions. Concernant plus spécialement notre projet Paprik@2F plusieurs moments ont pu valorisé nos travaux et/ou les enrichir, les compléter.

Document issu du fonds de Surveillance du Parti communiste français (fonds de Moscou). source: Archives nationales

La séquence sur « Les archives du renseignement et de la surveillance » a permis à Emilie Charrier (AN) et Jean Vigreux (Université de Bourgogne Franche-Comté) de présenter l’ANR Paprik@2F en centrant leur propos sur les archives de la sûreté et les années 1930. Pierrette Etiennette (APPO) a montré «  les Fonds de la Préfecture de police » offrant des pistes à partir des fichiers personnels (prenant les exemples de Picasso et d’Aragon). Claude d’Abzac-Epez (Lycée Louis-le-Grand), dans sa communication sur « Les archives des services de renseignements de Vichy » conservées au SHD, a pu déconstruire la part de légende et de mythe autour de ce service, en invitant les chercheurs à aller consulter ses fonds sur les enjeux de la répression contre les communistes et les gaullistes.

La séquence intitulée « Le monde politique, syndical et associatif » a permis d’aborder des éléments liés à notre projet comme « Les archives CGT du « séquestre de 1940 » présentées par Joël Hedde (Institut CGT d’histoire sociale) 
et Morgan Poggioli (Université de Bourgogne). Cécile Formaglio (Conservatoire national des Arts et métiers), à partir de sa thèse sur Cécile Brunschvicg, a pu souligner la richesse du fonds conservé du Centre des archives du féminisme, redonnant toutes leur place aux femmes qui ont œuvré non seulement au gouvernement de Léon Blum, mais aussi au sein d’associations importantes au temps du Front populaire. Les « Éclairages sur les archives militaires » ont constitué une véritable surprise avec la communication du Capitaine Karine Perrissin-Faber (Service historique de la Défense). Sur les sept mètres linéaires du fonds (dont l’inventaire est aujourd’hui en ligne sur le site du SHD, il y a la totalité du carnet B pour le département de l’Aube durant l’entre-deux-guerres et des éléments sur l’activité du « centre opératif» du Komintern de Genève (en date du 30 mars 1940), provenant de Besançon. D’autres communications ont permis de compléter des points sur les logiques de la répression pendant la Seconde Guerre mondiale (Frédéric Quéguineur et Gaël Eismann) et d’aborder des préoccupations communes avec notre projet (question des inventaires, souci des manques ou non restitution, problème des traductions, etc.).

Sophie Cœuré a pu alors offrir une synthèse sur le devenir de ces archives tant d’un point de vue archivistique que scientifique, en ouvrant également par une comparaison avec d’autres pays sur la question des archives spoliées, avant une conclusion générale de la journée par Hélène Servant.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Frank Corsiglia dit :

    J’ai lu ce texte très attentivement mais je n’ai pas compris où étaient ces archives et pourquoi elles sont rapatriées en France !

    • jeanvigreux dit :

      Bonsoir,
      Il s’agit des « archives spoliées » pour reprendre le titre du livre de Sophie Cœuré qui ont été prises par les Allemands en 1940, puis par les Soviétiques en 1945…
      Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *