Paprik@2F signale l’exposition « 1936 : nouvelles images, nouveaux regards sur le Front populaire »

Exposition

« 1936 : nouvelles images, nouveaux regards sur le Front populaire »

9 avril – 31 décembre 2016 

Musée de l’Histoire Vivante,

Congés payés, tandems, grévistes à casquette, occupations d’usines, bals populaires, poings levés, Espagne : autant de mots, d’expressions associés dans la mémoire collective au Front populaire. En 2016, nous souhaitons revenir sur ce moment fort de l’histoire contemporaine française, et « un événement mythique inscrit au Panthéon des gauches » (Jean Vigreux, Le Front populaire, Paris, PUF, 2011).

Parler du Front populaire, c’est revenir sur les grèves, les congés payés, l’unité des gauches, son programme et les réformes sociales et culturelles adoptées. C’est aussi leur associer des visages, des corps, des voix. En premier lieu Léon Blum, Léo Lagrange et Marceau Pivert. Viennent ensuite les dirigeants communistes, Thorez en tête ; le radical Daladier ; les dirigeants de la CGT Jouhaux et Frachon ; Victor Basch pour la LDH ; et trois femmes : Cécile Brunschvicg, Irène Joliot-Curie et Suzanne Lacore, toutes trois nommées secrétaires d’État alors qu’elles n’ont ni le droit de vote, ni le droit à l’éligibilité ; des intellectuels et artistes comme Malraux, Gide, Aragon, Bernanos…
Ces visages plus ou moins connus s’accompagnent de dizaines de milliers d’autres : le peuple de France et des colonies. Nous éclairerons ceux que l’on soustrait aux regards ou qui sont exclus du champ photographique : travailleurs immigrés en France et militants de la cause nationaliste ou indépendantiste, là-bas, dans l’autre France, celle des colonies.

Toutes et tous ont crié des slogans – « Pain, Paix, Liberté », « le fascisme ne passera » -, fait grève et fêté leurs conquêtes sociales ; toutes et tous ont vécu avec bonheur l’avènement d’une politique novatrice en matière de culture, de loisirs et de sports.

Enfin, le Front populaire s’est accompagné d’un récit en images. Des milliers de photographies, dont celles de Capa, de Seymour dit Chim, de Cartier-Bresson, de Kertész, de Ronis, sans oublier celles de femmes photographes comme Gerda Taro, Gisèle Freund ou Nora Dumas, saisissent les mouvements des corps autant que les soubresauts politiques et sociaux. Toutes et tous ont nourri la mémoire visuelle du Front populaire, faite d’images, d’affiches, de drapeaux, d’insignes, de cortèges de manifestations, de grèves sur le tas, de tenues militantes, de casquettes, d’enfants portés sur les épaules, de visages de joies, mais aussi dès lors que l’on pense à l’Espagne, de fusils, là aussi d’insignes et de drapeaux, mais de morts et de bombardements. Une mémoire transmise de génération en génération, toujours vivante, même 80 ans après.

Cette exposition présentera les clichés, pour certains inédits, de Marcel Cerf, France Demay et Pierre Jamet, trois artistes représentatifs de leur époque.

Pour évoquer cette mémoire persistante, nous avons sollicité les principaux « héritiers » des 99 signataires de l’appel au Rassemblement populaire du 14 juillet 1935. Nous leur avons demandé de choisir l’image qui, pour eux, évoque le Front populaire et de la commenter. Un même courrier a été adressé à Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Jean-Michel Baylet (PRG), Olivier Besancenot (NPA), Patrice Bessac (Maire de Montreuil), Jean-Christophe Cambadélis (PS), Françoise Dumont (LDH), Daniel Keller (GODF), Pierre Laurent (PCF), Jean-Christophe Mailly (CGT-FO), Philippe Martinez (CGT), Lydia Martins Viana (FSGT), Jean-Luc Mélenchon (PG)… Ce sont leurs choix que les visiteurs découvriront dans la première salle de l’exposition.

Nous présenterons également en ouverture de l’exposition les plus célèbres images inscrites dans nos mémoires, élevées parfois au rang d’icônes. Au fil des salles suivantes, des dizaines d’autres documents, pour certains totalement inédits, évoqueront cette histoire et interrogeront la part de mythe. Au gré d’une visite libre abordant plus des thématiques qu’un fil conducteur chronologique, nous proposons au public de s’arrêter sur des « points aveugles » ou « angles morts » : la question des droits des femmes, la question coloniale, le stalinisme et les procès de Moscou.

En ce 80ème anniversaire du Front populaire, nous proposons donc un parcours d’histoire et de mémoire en invitant à jeter de nouveaux regards sur de nouvelles images.

pour plus d’informations, cliquez ici


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *