Séminaire ANR Paprik@2F: « 1945 : le PCF et le retour des camps »

plusjamaiscaLa cinquième séance du séminaire « Archives et histoire du communisme » de la deuxième année du programme ANR PAPRIK@2F aura lieu le 27 mai 2015 de 14h à 18h aux Archives nationales, site de Pierrefitte.

En 1945, l’opinion publique française découvre avec horreur le retour des déportés, « souffrants et décharnés », portant le costume de bagnard des camps nazis. Pourtant, « les signes de sollicitude s’estompent » rapidement1 et les « déportés donnent l’impression de déranger »2. L’épreuve de la déportation ne se résume pas à la seule somme d’expériences individuelles, même si chaque parcours est singulier et mérite une attention spécifique.

La mémoire de cette épreuve particulière a marqué durablement la culture communiste. C’est toute la politique de chasse, de traque, d’internement et de déportation par les occupants allemands et le régime de Vichy qui est au cœur de ce processus mémoriel, sans oublier la thématique du « parti des fusillés ».

L’internement et la déportation sont au coeur de la dernière séance du dernier séminaire de l’ANR Paprik@2F, inauguré il y a deux ans. Il s’agira d’abord de réfléchir au processus d’exclusion et de répression qui frappe le PCF clandestin depuis septembre 1939. Qu’on envisage le problème sous l’angle des « origines républicaines de Vichy », pour reprendre l’expression de Gérard Noiriel, avec le triste sort réservé aux brigadistes (Edouard Sill), ou des suites du Pacte germano-soviétique et de l’interdiction du PCF, les militants arrêtés ont pu être déportés, mais oubliés (Lucie Hébert). La mise en place du régime de Vichy (qui prône à la fois l’exclusion dans le cadre de la Révolution nationale, et la collaboration) s’accompagne d’un processus de radicalisation de la traque contre les communistes (Thomas Fontaine) dont nous avons déjà parlé lors du séminaire de l’an dernier avec la présentation de la série Z4.

Le PCF, comme toute association, participe comme « passeur » et devient même « porteur » d’une mémoire spécifique de la déportation. Cette construction mémorielle se lit au fur et à mesure de son histoire de l’après 1945. Le rapport à la mémoire, entendu au sens des propositions du sociologue Maurice Halbwachs3) (mort en déportation à Buchenwald) sur la mémoire collective, invite à considérer le rôle du Parti communiste dans la société française pour ses combats mémoriels ; mémoire aux dimensions variées puisqu’elle revêt à la fois la construction d’une mémoire collective de l’organisation, qui participe au débat plus large de la Nation, d’autant que la guerre froide dicte aussi son regard sur la déportation (Olivier Lalieu). C’est ainsi que la FNDIRP entre dans le champ des organisations de masse du PCF4. Elle s’emploie non seulement à faire reconnaître les droits des victimes de la répression, à les soigner et les aider dans leur réinsertion sociale et culturelle, mais également à défendre et promouvoir une mémoire du déporté et de la déportation. Dès lors, le PCF s’emploie à « fondre » la déportation « dans une double mémoire, ouvrière et nationale » (Serge Barcellini). Il faut enfin rappeler comment la mémoire de la déportation s’est construite pour ne pas oublier les crimes et pour entretenir la flamme du souvenir, joignant son action et son activité au cri du « Plus jamais ça ! » et de la mise en œuvre du « devoir de mémoire ». L’un des premiers objectifs est la volonté de lutter contre l’oubli. Les différents serments prononcés à l’ouverture des portes des camps de concentration engagent les survivants dans un combat de tous les instants pour perpétuer le souvenir du sacrifice des victimes. Dès lors, on assiste à un rappel émouvant des engagements pris par les rescapés qui construisent ce rôle de vigie permanente. Chaque cérémonie, chaque réunion est un moment où l’on lit et relit ces serments : il faut non se seulement se rappeler, mais aussi souder le groupe contre l’oubli, face aux résurgences de la « bête immonde », dans un combat antifasciste assumé et revendiqué.

« Camarades !

Nous, antifascistes de Buchenwald, sommes aujourd’hui réunis pour honorer les 51 000 prisonniers assassinés par la bête nazie à Buchenwald et dans ses commandos extérieurs. Cinquante et mille fusillés, pendus, piétinés, battus, étranglés, noyés, affamés, empoisonnés, liquidés par piqûre ! Cinquante et mille pères, frères, fils, moururent d’une mort effroyable parce qu’ils étaient des combattants qui avaient lutté contre le régime de meurtre fasciste. Cinquante et mille mères, femmes, enfants accusent !!! Nous, survivants ; nous, témoins de la bestialité meurtrière des nazis, avons vu tomber, hier, nos vaillants camarades et notre rage était impuissante. Une seule pensée nous retenait à la vie : Quand viendra le jour de la vengeance ? Nous, Buchenwaldiens, Russes, Français, Polonais, Tchèques et Allemands, Espagnols, Italiens et Autrichiens, Belges, Hollandais et Anglais, Luxembourgeois, Roumains, Yougoslaves et Hongrois, avons combattu ensemble les SS, contre la horde sanguinaire des nazis, pour notre propre libération. Une idée nous animait : Notre cause est juste ! La victoire doit être nôtre !!! Nous jurons devant le monde entier, sur cette place d’appel qui a vu se perpétrer les cruautés fascistes : Nous ne cesserons le combat que lorsque le dernier coupable aura comparu devant les juges populaires ! Notre mot d’ordre est la destruction du fascisme jusque dans ses racines ! Tel est notre devoir envers nos camarades assassinés, envers leurs familles. Pour manifester votre volonté de combattre, levez la main et répétez avec moi : Nous le jurons !!! » (Buchenwald, le 19 avril 1945)

« Nous suivons un chemin commun, le chemin de la compréhension réciproque, le chemin de la collaboration à la grande œuvre de l’édification d’un monde nouveau, libre et juste pour tous. Nous nous souviendrons toujours des immenses sacrifices sanglants de toutes les nations qui ont permis de gagner ce monde nouveau. En souvenir des millions de nos frères assassinés par le fascisme nazi, nous jurons de ne jamais quitter ce chemin. Sur des bases sûres de la fraternité internationale, nous voulons construire le plus beau monument qu’il nous sera possible d’ériger aux soldats tombés pour la liberté : le monde de l’Homme libre ! Nous nous adressons au monde entier par cet appel : aidez-nous en cette tâche. Vive la solidarité internationale ! Vive la liberté ! » (Extraits du serment de Mauthausen prononcé le 16  mai 1945)

Ces deux serments, qui magnifient le sacrifice, soulignent également l’idéalisation des combattants ; il s’agit alors d’un mouvement d’héroïsation comme celui qui consacre l’idéal-type du Résistant libérateur, mais que reflète aussi le poids de la répression.

Intervenants :

  • Jean Vigreux (Université de Bourgogne) : Introduction
  • Edouard Sill (EPHE) : L’internement des brigadistes et des étrangers : retour d’Espagne en France, 1938-1941
  • Lucie Hébert (Université de Caen) : Des déportés aux marges de la mémoire collective : les communistes arrêtés durant le pacte germano-soviétique
  • Thomas Fontaine (Université de Paris 1) : La répression du PCF par Vichy et les Allemands, 1941-1944
  • Olivier Lalieu (Mémorial de la Shoah) : Du retour des camps à la naissance du mouvement des déportés

Pour consulter le programme complet du séminaire ANR PAPRIK@2F pour l’année 2014-2015 cliquez ici

  1. François Cochet, Histoire des prisonniers de guerre, déportés et STO (1945-1985). Les exclus de la victoire, Paris, SPM, 1992, p. 168 []
  2. Robert Frank, « La mémoire empoisonnée », dans Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), La France des années noires, tome 2, De l’Occupation à la Libération, Paris, Seuil, 1993, p. 491 []
  3. Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Librairie Félix Alcan, 1925 (première édition []
  4. Serge Wolikow avec la collaboration de Jean Vigreux (dir.), Les combats de la mémoire. La FNDIRP de 1945 à nos jours, Paris, Le Cherche-Midi, 2006. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. avril 20, 2016

    […] Séance 5 : 1945 : Le Parti Communiste Français et le retour des camps […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *