Les archives russes publient une grande partie des fonds du Komintern

rgaspi

 Le 05 mars 2014, le Rosarchiv1 inaugurait « Sovdoc2 », un portail web comprenant un grand nombre de fonds d’archives numérisés. Le portail affiche des statistiques impressionnantes, avec 240 000 dossiers auxquels sont attachées non moins d’un million et demi d’images ! Ce projet d’ampleur est présenté comme le prolongement direct du projet Incomka.

Un petit retour en arrière : le Projet Incomka

A la suite de l’ouverture progressive des archives russes, au début des années 1990, un projet de reproduction des archives de l’Internationale communiste est lancé sous le nom d’INCOMKA. Il est alors porté par le Conseil International des Archives, et appuyé par les Archives de France, sous la supervision d’historiens spécialistes de la période. Au début des années 2000, il aboutit à la création d’une base de données volumineuse qui comporte un inventaire général (en russe et en anglais) des fonds du Komintern et de ses structures proches, enrichie par la numérisation d’un grand nombre de fonds (5% du RGASPI3 ). Cette base de données sert encore aujourd’hui de support de consultation en Russie pour un grand nombre de fonds d’archives. Des copies de cette base de données sont produites et confiées à de nombreux centres d’archives et de recherche dans le monde entier (Library of Congress, universités allemandes, Archives Nationales de France, Université de Bourgogne…). Cependant, par un manque de suivi technique, bon nombre de centres ont peu à peu perdu cette ressource. C’est le cas aux Archives nationales. Le projet INCOMKA favorisae également la création de l’association VFA4, qui a financé la numérisation des archives des Brigades Internationales (RGASPI fonds 545), aujourd’hui consultables sur le site du RGASPI.

Le Projet « Sovdoc », une révolution ?

En s’appuyant sur les projets cités plus haut et sur le projet des archives Staline de l’université de Yale5, les archives russes ont décidé la mise en ligne de toutes les ressources numériques dont elles disposaient sur un portail souhaitant compiler « les documents de l’ère soviétique ». Un point important à noter est la gratuité d’accès aux images numérisés, ce qui n’était pas gagné d’avance si l’on compare avec le programme porté par Yale Université. Si le projet apparaît comme colossal et d’une rigueur incontestable, on peut soulever un certain nombre de critiques concernant la démarche archivistique. Les ressources sont un simple transfert des informations composant les bases de données « anciennes », avec toutes les limites qu’elles comportaient :

  • On peut citer la barrière de la langue, le russe étant la langue principale pour les inventaires, les notices en anglais étant réduites au minimum possible.
  • L’indexation est sommaire et l’orthographe des noms laisse à désirer. S’il existe un moteur de recherche, celui-ci s’appuie sur ces inventaires sommaires et en russe ce qui bloque inévitablement la recherche. (ici le navigateur Google chrome est à privilégier avec sa fonction de traduction automatique).
  • Les images sont mises les unes à la suite des autres, ce qui à l’affichage nécessite une connexion fiable, sous peine de gêner ou de faire quitter le navigateur.

On peut également noter la perte d’efficacité de la base de données des archives des Brigades Internationales pour ce qui est de la recherche. En effet, sur le site du RGASPI6  les documents étaient en majorité océrisés7, ce qui permettait une recherche en profondeur dans les dossiers, mais ils ne sont pas consultables directement en ligne, sinon sous une forme floutée impossible à exploiter… Dans Sovdoc, par contre, cette fonctionnalité de recherche a été supprimée. On ne peut donc que conseiller à l’utilisateur de faire ses recherches sur le site du RGASPI. Si ces dernières se révèlent fructueuses, il n’aura plus « qu’à basculer » sur le portail Sovdoc pour consulter les documents numérisés… Mais ces manipulations, avouons-le, ne sont pas simples.

Au final le portail révolutionnaire n’est pour l’instant qu’une addition des ressources anciennes disponibles (archives INCOMKA + fonds des brigades internationales). Cela montre de la part des archives russes une volonté de recycler des projets déjà financés sans donner une valeur ajoutée réelle. Au total, on peut supposer que cet outil servira uniquement aux chercheurs connaissant parfaitement les fonds du Komintern, et sachant d’ores et déjà ce qu’ils veulent consulter. Pour les autres, il faudra attendre une amélioration du moteur de recherches (nécessitant des indexations nouvelles), ou consulter une à une les un million et demi d’images numérisées ! Ou encore d’attendre quelques mois pour la France, l’ouverture du Portail Paprik@2F, fruit d’une coopération importante entre les Archives nationales et l’Université de Bourgogne…

Ci-dessous, à titre d’exemple, l’image d’une partie des fonds de l’Ecole Léniniste Internationale

rgaspi_ivt

  1. Direction des archives russes, http://archives.ru/ []
  2. http://sovdoc.rusarchives.ru/#!tematicsection§ionId=233826 []
  3. http://rgaspi.org/ []
  4. Vereinigung zur Förderung des Archivwesens / L’Association pour l’avancement des Archives []
  5. http://www.stalindigitalarchive.com []
  6. http://interbrigades.inforost.org/ []
  7. Passés dans un logiciel de reconnaissance de caractère. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *