Henri Barbusse, l’URSS et le Komintern, 1927-1935

Henri Barbusse a beaucoup voyagé en URSS : il s’y est rendu six fois entre 1927 et 1935. Il devance de loin Romain Rolland, qui n’a rencontré Staline qu’une fois en juin 1935, mais aussi Aragon, qui a tout de même séjourné quatre fois entre 1930 et 1936 en Union soviétique, mais n’est encore qu’un militant de second rang. Cette fréquentation est donc exceptionnelle, qu’il s’agisse de séjours courts (comme à l’été 1933) ou prolongés, et elle pose question quant à la stature de Barbusse dans le mouvement communiste international.

tableau Barbusse

ibarbus001p1Barbusse et son rôle dans le mouvement communiste international

Accueilli à la façon d’un étranger non-communiste en URSS à la fin des années 1920 par les instances d’encadrement des voyageurs non-soviétiques (VOKS et Intourist), Barbusse est pourtant membre du parti français depuis 1923… Mais il est en butte, au sein de ce dernier, à une opposition parfois violente de ses militants culturels, surtout entre 1930 et 1932, hostiles qu’ils sont à ses initiatives en matière de rassemblement des écrivains et à sa direction toute personnelle de Monde, « son » journal depuis 1928. Par sa volonté de « témoigner » sur l’expérience soviétique, ce qu’il fait dans une série de livres qui paraissent entre 1929 et 1935, Barbusse parvient cependant à s’imposer comme un personnage-clef du mouvement communiste international dans la première moitié des années 1930. Il se trouve à mi-chemin entre la figure classique de l’écrivain engagé et le rôle moins connu, plus secret mais bien réel d’agent d’influence du Komintern. A force de persévérance mais aussi au prix d’une allégeance personnelle au dictateur, il s’est ménagé un accès direct au cercle dirigeant stalinien. Ce n’est donc pas un hasard s’il devient le biographe officiel de Staline en 1935. Cette liaison directe avec le « sommet » du pouvoir au sein de l’Internationale communiste lui a permis de jouer un rôle de premier plan dans l’animation et la direction des organisations « de front » de l’Internationale communiste, qu’il s’agisse du mouvement d’Amsterdam à partir d’août 1932 ou de la préparation du Congrès international des Ecrivains pour la Défense de la culture en juin 1935.

Staline avait-il besoin d’Henri Barbusse ?

Les voyages de Barbusse en URSS sont, à plusieurs reprises, l’occasion de rencontrer personnellement Staline dans son bureau du Kremlin. En tout, quatre rendez-vous se produisent entre septembre 1927 et novembre 1934. Si ces entretiens ont lieu, c’est d’abord parce que les intérêts respectifs des deux hommes les ont favorisés. Barbusse, pour sa part, se montre tout à fait volontaire, à la fin des années 1920, pour défendre le « modèle » soviétique en France et à l’étranger. C’est la raison pour laquelle il rédige en 1929 un livre sur la Géorgie, un pays qui est alors devenu en France le symbole de l’impérialisme soviétique. Barbusse tente au contraire de montrer comment les Soviétiques favorisent l’identité culturelle géorgienne et y apportent une « civilisation » nouvelle. Dans son panégyrique, il se montre incapable de démêler la vraie nature de l’impérialisme soviétique des années 1920, tel qu’il a été défini par l’historien Terry Martin : l’URSS est alors un « affirmative action empire« , c’est-à-dire un ensemble de républiques auxquelles les bolcheviks donnent à la fois le droit d’exercer librement leur langue, de recruter leurs propres élites et de développer leur identité culturelle, mais refusent toute autonomie politique. Dans son entretien avec Barbusse en septembre 1927, Staline défend très précisément cette conception et l’écrivain ne trouvera rien à y redire.

Pour Staline, l’intérêt de disposer en Barbusse d’un intellectuel qui exalte l’expérience soviétique tient à plusieurs raisons. Dans les années 1920, face à la volonté manifestée par le Français « d’écrire sur l’URSS », c’est la raison d’Etat qui le pousse à lui accorder des facilités de voyage et une documentation sélectionnée et épurée. La tension diplomatique est forte avec la France et la Grande-Bretagne, et la nécessité de « défendre l’URSS » est réaffirmée à partir de l’été 1927, marqué par la première grande fièvre obsidionale contre l’étranger et la « conspiration ominprésente » (G. Rittersporn) qui serait organisée contre l’URSS par l’Occident. Barbusse a été un grand « défenseur de l’URSS », si on l’entend cette action en ce sens. Son prestige de vétéran de la Première Guerre mondiale est intact à la fin des années 1920 : c’est parce qu’il voit en lui une figure internationalement légitime du monde ancien combattant que Staline a intérêt à le séduire.

L'ancien bâtiment de l'Institut du cerveau à Moscou Source : http://www.vice.com/read/a-visit-to-moscows-brain-institute

L’ancien bâtiment de l’Institut du cerveau à Moscou. Source : http://www.vice.com/read/a-visit-to-moscows-brain-institute

Enfin, surtout dans les années 1930, les rencontres avec les « génies » de la littérature révolutionnaire mondiale, ainsi que Barbusse ou Rolland étaient représentés par la presse soviétique, ont pour but de contribuer à la construction du culte du dictateur. Comme l’a montré l’historien Michaël David-Fox, cette construction possède également une dimension internationale, et Barbusse, comme d’autres, a pleinement participé à la co-construction de l’image du grand démiurge soviétique. La stature de Barbusse n’en ressort d’ailleurs que grandie : outre l’accès qu’il obtient au marché du livre soviétique, très « captif » parce que contrôlé par l’Etat – Barbusse sera l’auteur français le plus publié en URSS dans les années 1950 -, Barbusse attache aussi son nom au prestige d’une « expérience » qui atteint, au milieu des années 1930, un premier sommet. Cette vision flatteuse du personnage de la part des Soviétiques n’est pas simplement calculée, elle repose également sur une conception physiologique et scientiste du « génie révolutionnaire ». Le cerveau de Barbusse est ainsi prélevé de son corps à sa mort à Moscou en août 1935, puis l’auguste organe est conservé à l’Institut du cerveau de Moscou pour y être étudié et comparé à ceux de Lénine ou de Clara Zetkin, qui s’y trouvent déjà.

Aux origines du Front populaire ?

Une part importante du temps consacré par Staline à ses rencontres avec Barbusse concerne la préparation et l’organisation des initiatives de « front unique » qui marquent les années 1932-34. Barbusse a attaché son nom et dévoué toute son action militante à faire fructifier cette « ligne », alors que l’Internationale communiste était encore bloquée par les mots d’ordre de la période très sectaire dite « classe contre classe ». C’est pour obtenir le soutien financier et politique de Staline qu’il s’est rendu auprès de lui à plusieurs reprises, et en général, c’est avec ce soutien réaffirmé qu’il est revenu à Paris entre 1932 et 1934. Le plus surprenant, c’est qu’il l’ait en général obtenu, alors que cette politique pouvait paraître, à terme, contredire la ligne officielle de l’Internationale communiste. Pour Staline, les organisations de « front », qu’elles soient pacifistes, tournées contre la « terreur blanche » ou le « fascisme », ont comme fonction primordiale de défendre l’URSS et de rompre l’unité du « front » impérialiste contre elle. Mais pour Barbusse, cette fonction n’est pas incompatible avec une lutte effective contre le fascisme, dont la menace s’est brutalement précisée avec la prise du pouvoir d’Hitler en Allemagne en janvier 1933 et la liquidation du Parti communiste allemand (KPD) dans les semaines qui suivent la victoire nazie.

Avant 1933, le lien de Barbusse avec l’appareil du KPD et du Komintern en Allemagne est très fort : depuis les années 1920, son action au sein de la Ligue Anti-impérialiste ou dans les organisations de lutte contre la « terreur blanche » s’effectue largement sous l’influence et les directives de Willi Münzenberg, dont le congrès d’Amsterdam en août 1932 est d’ailleurs l’oeuvre. Cependant, dès 1932, Barbusse accroît son autonomie personnelle à son égard, à la fois en raison du succès d’Amsterdam en France, mais aussi de la désorganisation provoquée par l’effondrement communiste allemand. En fait, Barbusse est critique des initiatives « unitaires » communistes auxquelles Münzenberg avait jusque-là attaché son nom. Pour lui, la clef du succès des initiatives unitaires est à la fois une préparation minutieuse de celles-ci et une dissimulation délibérée de l’influence communiste en leur sein. Il faut ainsi prêter une grande attention aux « détails », l’emplacement du siège, le choix du journal prévu pour en être l’organe, le temps de parole donné aux orateurs du parti… afin de donner le sentiment d’une distance réelle, d’une autonomie effective à l’égard du parti communiste. Cette insistance explique les tensions récurrentes entre Barbusse et sa direction… Pourtant, lors de son entretien avec Barbusse en 1932, Staline encourage cette façon de voir, ce qui devait inciter l’écrivain à accentuer le caractère unitaire du mouvement initié par Amsterdam, non sans échecs, critiques et reculs en arrière.

Certes, la tactique adoptée par Barbusse suppose une duplicité permanente, qui pose la question toujours actuelle de la nature de l’antifascisme communiste des années 1930. Mais il est possible aussi que cette tactique prônée par Barbusse au sein même du Komintern ait constitué un signe avant-coureur, dans « l’antifascisme pluriel » (F. Monier) du début des années 1930, de l’élan d’union qui suit les journées de février 1934 et culmine dans la victoire du Front populaire en mai-juin 1936.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Constance Margain dit :

    Une remarque interrogative: quelle définition précise donner en histoire à « la duplicité permanente » de l’antifascisme communiste quand il s’agit d’une tactique politique que l’on peut d’ailleurs critiquer ?

    • romainducoulombier dit :

      L’expression de « duplicité permanente » fait référence à la tactique utilisée par Barbusse dans sa façon d’organiser les événements unitaires auxquels il a attaché son nom : d’une part, s’efforcer de les montrer largement ouverts au recrutement d’autres classes sociales et d’autres sensibilités politiques, en particulier socialistes et radicales-socialistes ; d’autre part, assurer la mainmise des communistes sur les organes de direction et de financement de ces organisations dites de « front » de la façon à la fois la plus discrète et la plus efficace possible. Les preuves archivistiques de cette duplicité-là sont multiples et difficilement contestables. C’est la raison pour laquelle Barbusse critiquera par exemple le choix d’un congrès en juin 1935, de peur que des contradictions s’y manifestent et le perturbent, ce qui d’ailleurs sera le cas… De là, l’interrogation qui n’est pas neuve, et qui a été en particulier avancée dans les débats autour du Passé d’une illusion de F. Furet : dans quelle mesure (et avec quel succès) les communistes se sont-ils efforcés de s’assurer le contrôle de « l’antifascisme pluriel » qui prépare le Front populaire ? Dans quelle mesure l’ont-ils par ailleurs utilisé pour « détourner les regards de l’URSS pour les porter vers l’Allemagne nazie » (p.373 de l’édition Live de Poche)? Il me semble que des nuances ont été suffisamment apportées à ces questionnements, en particulier avec le livre de Gilles Vergnon, pour qu’il soit inutile de rallumer artificiellement le débat. La figure de Barbusse me semble doublement intéressante : elle incite à nuancer la thèse des « deux antifascismes », celui de classe contre classe exclusivement anti-socialiste et celui d’après 1934 avec le ralliement à l’ « antifascisme démocratique », et avec elle l’idée facile de « volte-face » de 1934, parce que le mouvement d’Amsterdam, en particulier, est un noyau militant qui fait la liaison entre ces deux moments, ce que je me suis efforcé de démontrer lors du séminaire du 11 mars 2015 ; et elle nous oblige aussi à nous intéresser à ce paradoxe d’un « unitaire » convaincu, qui pousse au plus loin qu’il peut la tactique en ce sens (une tactique qui est manifestement pour lui un enjeu existentiel et une question de prestige personnel), mais sans jamais négliger d’assurer la légitimité de ses efforts par des discussions directes avec Staline, qu’il rencontre trois fois entre 1932 et 1934.

  2. Constance Margain dit :

    Il ne s’agit pas de rallumer « artificiellement » un débat sur l’antifascisme, ni de remettre en cause certains acquis historiographiques. Le débat, si débat il y a, porte sur l’utilisation de mot connoté en l’occurrence, de « duplicité ». Si il s’agit d’une « référence » portée par Barbusse, il serait nécessaire de le développer. Au fond, ce rapprochement Barbusse/Staline doit être pris dans le contexte du récit stalinien de « si demain c’était la guerre ». Dans ce cadre, ton billet est très intéressant. Cordialement.

    • romainducoulombier dit :

      C’est vrai que le terme de « duplicité » comporte un sens moral qu’il est difficile d’éliminer. J’ai pensé à double-jeu, le terme est plus neutre mais ne fait que contourner le problème et peut-être faut-il, comme dirait Aragon, « appeler un chat un chat »… On peut juger que c’est une catégorie historique discutable. Mais cette « duplicité » – i.e une stratégie délibérée de dissimulation d’un but avéré et précis – est bien confirmée par les entretiens avec Staline, en particulier celui d’octobre 1932. En tout cas, merci pour tes commentaires et ta vigilance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *