Une source exceptionnelle : le registre des entrées et sorties du bureau personnel de Staline au Kremlin

L’université de Melbourne peut être remerciée d’avoir mis en ligne depuis maintenant plusieurs années le registre des entrées et des sorties du bureau de Staline au Kremlin, qu’il a tenu du début des années 1920 à sa mort en mars 19531. D’abord publiée en russe, cette source précieuse est donc disponible dans la langue de Shakespeare et ouverte en ligne et gratuitement à la consultation de tous les chercheurs.

L’ensemble se présente sous la forme d’une longue liste de noms dans laquelle il est possible de fouiller à loisir pour y trouver les patronymes des quelques communistes français qui ont eu le privilège de rencontrer Staline dans son propre bureau. L’exercice peut réserver quelques surprises, comme souvent lorsqu’il s’agit d’utiliser des inventaires traduits directement du russe. On ne trouvera donc rien à « Thorez », mais bien trois rencontres à « Torez », qui correspondent effectivement à certains des moments-clefs des rencontres du secrétaire général français avec le Maître du Kremlin entre 1926 et 1947. Les deux derniers entretiens de 1944 et 1947 ont d’ailleurs été publiés en français en 1996 par Philippe Buton et Mikhaïl Narinski.

Boris Govorkov, "Au Kremlin, Staline prend soin de chacun de nous", affiche soviétique, 1940

Boris Govorkov, « Au Kremlin, Staline prend soin de chacun de nous », affiche soviétique, 1940

Le bureau de Staline, spacieux, austère et encombré de dossiers, n’est pas qu’un lieu de travail et de réunion. En 1940, le peintre Vitkor I. Govorkov représente Staline travaillant à son bureau, à la lumière d’une simple lampe, au-dessus d’une légende caractéristique du culte du « Petit Père des Peuples » : « Au Kremlin, Staline prend soin de chacun de nous ». Une tour du Kremlin rehaussée d’une étoile rouge se dresse dans l’angle de la fenêtre. Cette représentation de propagande paternaliste n’en recouvre pas moins une réalité : Staline travaille énormément et reçoit beaucoup, rarement des interlocuteurs seuls, et dans une immense majorité, des Soviétiques. Le cercle de ses collaborateurs les plus proches, comme Viatcheslav Molotov ou Lazare Kaganovitch, s’y rencontre très souvent. Au milieu des années 1930, son bureau devient même le véritable centre du pouvoir en URSS, bien plus que le Bureau politique du PCUS dont les réunions s’espacent tandis que les congrès de l’Internationale communiste ne sont plus réunis après son VIIe et dernier congrès de juillet 1935.

Il n’est pas simple de savoir ce qui se dit entre Staline et ses interlocuteurs. Les sténogrammes sont rares, sauf peut-être, soulignons-le, quand il s’agit justement d’étrangers : la nécessité de la traduction, les diverses formes que ces entretiens peuvent prendre, leur éventuelle publication augmentent la propension à la conservation. Il peut s’agir d’interviews données par le dictateur, comme lors de la rencontre avec l’écrivain britannique Herbert George Wells (1886-1946) le 23 juillet 1934, comme l’a récemment rappelé le magazine Ragemag2. D’autres entrevues prennent la forme d’entretiens sollicités par des écrivains ou des personnalités étrangères accueillies en URSS : c’est le cas de la rencontre de Romain Rolland et de sa compagne avec Staline le 28 juin 1935, dont le sténogramme, conservé, ne sera pas publié sur décision de Staline. Il a été retrouvé et publié récemment, à l’occasion de l’exposition Intelligentsia à Paris en 2012. Son insistance a également permis à Henri Barbusse de rencontrer Staline à trois reprises entre 1932 et 1934. Soulignons à ce propos que la liste fournie en ligne n’est pas complète : il manque une référence, dans le cas de Barbusse, à une autre rencontre – la première – entre eux le 16 septembre 1927, et étudiée pour la première fois par Philippe Baudorre dans sa biographie en 1995. Le sténogramme traduit en français est conservé dans les archives de la secrétaire personnelle de l’écrivain, Annette Vidal, déposées Place du colonel Fabien. D’autres gisements existent cependant. Dans les Stalin Digital Archives3, malheureusement payantes, où sont numérisées les archives personnelles du secrétariat de Staline (conservées sous la cote 558 au RGASPI), les dossiers des Français, pleins de télégrammes de remerciements et de vœux d’anniversaire, sont plutôt décevants, à l’exception notable du dossier d’Henri Barbusse, qui contient deux des sténogrammes (en russe) de ses quatre rencontres avec Staline.

Le bureau de Staline en 1952 vu par le réalisateur Marc Dugain dans son long métrage Une exécution ordinaire, 2009

On l’aura compris : malgré certaines lacunes, il est bon de savoir qu’un(e) tel(le) a discuté tel jour et à telle heure avec Staline. C’est en soi un fait historique et la reconnaissance de l’actualité d’un problème ou de l’utilité ou de l’influence particulières d’une personnalité aux yeux du dictateur soviétique. La question demeure des raisons qui décident celui-ci à recevoir tel étranger dans son bureau. La notoriété de son invité (ainsi de Romain Rolland, vanté par la propagande du régime comme le plus grand écrivain du monde et nettement philo-soviétique au milieu des années 1930) ou la nécessité d’acter avec toute l’autorité nécessaire un changement de politique (comme c’est le cas en 1944 et 1947 avec Thorez) sont essentiels. Le résultat n’est pas toujours à la hauteur des exigences de l’hôte du Kremlin. Il est ainsi contrarié par l’insistance que met Romain Rolland à discuter du cas de Victor Serge, en faveur duquel une campagne internationale s’organise pour lui permettre de quitter l’URSS.

L’intérêt de Staline pour le PCF s’est vraiment manifesté à partir de 1926. Il prend alors directement part à ses débats internes et rencontre plusieurs de ses chefs comme Henri Barbé et Maurice Thorez en 1926 ou Benoît Frachon en 1927. Un recensement et une chronologie exacts de ces rencontres mériteraient d’être entrepris. Il nous en dirait plus sur la place de la France et du PCF dans l’agenda politique et international du dictateur.

Romain Ducoulombier 

  1. http://www.melgrosh.unimelb.edu.au/php/pol_meeting.php []
  2. http://ragemag.fr/interview-staline-h-g-wells-59016/ []
  3. http://www.stalindigitalarchive.com/frontend/ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *