Les Archives nationales facilitent l’accès à plus de 600 000 dossiers individuels de surveillance de la Sûreté nationale de l’entre-deux-guerres

Depuis le mois d’octobre 2014, la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales (SIV) présente un nouvel instrument de recherche permettant la recherche en ligne au sein de l’imposant fichier central de la Sûreté nationale (ministère de l’Intérieur) regroupant plusieurs centaines de milliers de dossiers de police ouverts entre 1910 et 1940.

Le fichier central de la Sûreté nationale a connu une histoire mouvementée. Saisi par les forces d’occupation allemande lors de leur installation place Beauvau en 1940, puis tombé entre les mains de l’Armée rouge en 1945, il est restitué par la Russie à la France entre 1994 et 2001 au même titre que de nombreux autres « fonds de Moscou », ces archives publiques et privées françaises conservées aux Archives centrales spéciales de l’URSS à Moscou durant 50 ans1

Un programme du projet scientifique culturel et éducatif 2013-1016 des Archives nationales portant sur ce fonds est en cours de réalisation au sein du département Justice et Intérieur des Archives nationales.

En 2013, un sommaire thématique détaillé des archives de la Sûreté restituées par la Russie a été publié dans la SIV des Archives nationales afin de permettre aux chercheurs de s’orienter dans ces fonds complexes, sources encore trop peu exploitées dans l’historiographie de l’entre-deux-guerres. La mise en ligne des répertoires alphabétiques du fichier central poursuit cet effort en offrant la possibilité de recherches nominatives à distance.

Les dossiers auxquels renvoient ces instruments de recherche ne sont quant à eux pas dématérialisés. Ils sont consultables sur place en salle de lecture des Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine.

Le fichier central de la Sûreté nationale

Parmi toutes les archives françaises conservées comme trésor de guerre par les archives centrales spéciales de l’URSS entre 1945 et 1994, les archives de la direction de la Sûreté constitue le « fonds n°1 », preuve de l’immense intérêt que les Russes lui portait. Au sein des archives de la Sûreté, les dossiers individuels du fichier central ont été la première (pré)occupation des Russes.

Place Beauvau, les services français de la Sûreté utilisaient avant-guerre un système de fiches pour se repérer parmi les dossiers individuels du fichier central. Bien que disposant de ces quelques deux millions de fiches nominatives (aujourd’hui elles aussi restituées et conservées aux Archives nationales), les Russes ont en fait un usage limité. En revanche, dès 1949, les 609 814 dossiers individuels du fichier central ont fait l’objet d’un traitement minutieux. Chaque dossier a été identifié, numéroté, décrit et folioté. Les informations recueillies ont été reportées dans 112 répertoires alphabétiques organisés comme suit :

  • le numéro d’identification du dossier attribué par les Russes ;
  • les noms et prénoms auxquels le dossier a été ouvert ;
  • les dates extrêmes des pièces du dossier.
01_Image1_registre

AN, 20000095/1

Le premier répertoire coté par les russes « Fonds n°1, inventaire n°1, tome 1 » fournit la liste des 5 019 premiers dossiers individuels du fichier central dont les noms de famille commencent par les lettres Aa à Agu.

Une copie des ces 112 répertoires a été donnée par la Russie à la France lors de la restitution des archives en 1994.

Rédigés en langue latine (et non cyrillique), ces répertoires ont immédiatement servi d’instrument de recherche aux archivistes des Archives nationales. Ceux-ci ont alors entrepris un long et précieux travail de concordance entre les répertoires russes et la nouvelle cotation des dossiers aux Archives nationales. Les cotes des 6 855 cartons ont été méticuleusement reportées sur les répertoires, le passage d’une cote à l’autre étant symbolisé par une ligne horizontale séparatrice.

D’abord à l’usage unique des archivistes, les répertoires ont ensuite rapidement été mis à disposition du public en salle de lecture du centre des archives contemporaines (CAC, aujourd’hui Archives nationales – Site de Fontainebleau) avant d’être microfilmés en 2003 en raison de leur succès. Les images numérisées aujourd’hui en ligne sont issues de ces microfilms.

Comment accéder aux images numérisées depuis le site des Archives nationales

La salle des inventaires virtuelle (SIV) est accessible depuis le site internet des Archives nationales à la rubrique « Faire une recherche » puis « Inventaires ».

Le formulaire de rec02_Image2_EcranSIV-rechercheherche multicritères permet d’interroger les fonds selon leur site de conservation et leur support.

La recherche au sein des répertoires numérisés s’effectue suivant une arborescence alphabétique. Les répertoires originaux étant manuscrits, aucune océrisation n’était possible pour ensuite permettre la recherche en plein texte.03_Image3_EcranSIV_consultation

Parallèlement à l’inventaire, les archivistes soviétiques ont procédé au reclassement des dossiers selon un ordre alphabétique singulier : seules les trois premières lettres des noms de famille étaient prises en compte. Si tous les dossiers commençant par les lettres BER ont été regroupés en un ensemble homogène, aucune règle alphabétique ne vient ensuite organiser l’ordre des dossiers au sein de cet ensemble.

Pour ne pas rendre obsolète le précieux travail de description élaboré par les Soviétiques – et que les archivistes français auraient bien eu du mal à reprendre en peu de temps sur une masse aussi considérable de dossiers – ce mode de classement n’a pas été remis en cause lors de l’arrivée des dossiers aux Archives nationales et est toujours celui en vigueur aujourd’hui malgré l’inconvénient majeur qu’il présente. En effet, ce système oblige, pour qui recherche par exemple un dossier au nom de BERger, à feuilleter toutes les images associées au répertoire BER2.

04_Image4_EcranSIV-Carousel-PleinEcran Visualisation en mode carrousel (par défaut) et en mode plein écran

Une fois le dossier recherché identifié dans la liste, le chercheur doit repérer la cote du dossier qui lui permettra de commander et consulter celui-ci en salle de lecture des Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine.

Les communistes dans le fichier central de la Sûreté nationale

En 1934, les dossiers individuels des différents bureaux de la Sûreté – police générale, police judiciaire, police des étrangers, police des jeux, etc. – sont regroupés au sein d’un seul et nouveau fichier : le fichier central. Les dossiers ont toutefois conservé l’en-tête du service qui les a ouverts. Malheureusement, lors de leur inventaire un par un des dossiers, les Soviétiques n’ont pas relevé cette information. Par conséquent, les répertoires ne permettent pas aujourd’hui de recherches selon les motifs qui ont justifié l’ouverture d’un dossier. Seule la recherche nominative est possible.

Les dossiers de surveillance de militants politiques portent comme mention d’origine : « police générale », litote ou euphémisme qu’il faut entendre comme « police politique », de la même manière qu’en 1937 les services chargés de cette surveillance prendront le nom de Renseignements généraux. Les responsables communistes et délégués syndicaux sont bien sûr nombreux à avoir été repérés et fichés par les services de police.

Il ne faut toutefois pas oublier que les dossiers visant les personnalités les plus en vue étaient, en 1940, conservés à l’écart du fichier central, dans un lieu plus sûr, un « coffre ». Pour cette raison, ils ne sont pas tombés aux mains des Allemands. Ces dossiers sont entrés aux Archives nationales en 1952 et sont depuis connus sous l’appellation « fonds Panthéon » (F/7/15924 à 16028). On y trouve entre autres  des célèbres révolutionnaires (Léon Trotski,  Clara Zetkin, etc.), des dirigeants communistes français (Henri Barbusse, Marcel Cachin, Gaston Cornavin, Ambroise Croizat, André Marty, Gaston Monmousseau, Jacques Sadoul, Pierre Sémard, Paul Vaillant-Couturier, etc) ou encore des diplomates et dirigeants soviétiques (Dimitri Navachine, Anatoli Lounatcharski, Gueorgui Tchitcherine, Maxime Litvinov, etc.).

Certains de ces noms – Monmousseau – figurent également dans les répertoires soviétiques. Le chercheur qui consultera les dossiers correspondants trouvera à l’intérieur comme unique pièce un feuillet cartonné rouge barré de la mention « coffre ». Hier comme aujourd’hui, ce fantôme fait le lien entre le fichier central et le fonds Panthéon.

Certains dossiers signalés dans les répertoires par les Soviétiques ne sont pas à leur place dans les dossiers aujourd’hui conservés aux Archives nationales. Des recherches récentes ont par exemple permis de repérer comme lacunaires les dossiers d’Angelika Balabanova, membre du parti bolchevique dès 1917, Wilhem Pieck, dirigeant du Parti communiste allemand, ou encore l’écrivain français Paul Nizan. Il n’est pas besoin d’expliquer que ces dossiers intéressaient particulièrement les services soviétiques. Dans le cas de Pieck, l’absence du dossier est annoncée dans le répertoire par une annotation. Le dossier est sorti en consultation en 1959 et n’a jamais été réintégré.

Cet exemple laisse à penser qu’il en est de même pour les autres dossiers manquants, ils sont aujourd’hui encore probablement toujours conservés en Russie…

Émilie Charrier, département justice et intérieur (Archives nationales, direction des fonds)

  1. Pour plus d’informations voir : Sophie Cœuré, La mémoire spoliée, les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Paris, Payot, 2013, 375 p. []
  2. La fiche d’aide à la recherche n°108 « Fonds de Moscou : recherche d’un dossier nominatif » disponible en ligne via la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales (rubrique Conseils pour la recherche) explique plus en détail les modalités de recherche. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *