Séminaire ANR Paprik@2F: « Communisme, anticommunisme et résistance »

N9014000_JPEG_1_1

Titre: [l’Affiche rouge]. Des libérateurs? La libération par l’armée du crime 1944
Source : BNF : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9014000t

La deuxième séance du séminaire « Archives et histoire du communisme » de la deuxième année du programme ANR PAPRIK@2F aura lieu le 11 février 2015 de 14h à 18h aux Archives nationales, site de Pierrefitte

Le PCF a été la principale force de résistance intérieure organisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Depuis les années 1990, grâce en particulier à l’ouverture des archives du PCF, dont certains fonds concernent la période de l’Occupation et de la Libération, mais aussi  des archives de surveillance conservées aux Archives nationales et à la Préfecture de police de Paris, l’historiographie de la Résistance communiste s’est profondément renouvelée, en résonance avec un intérêt toujours soutenu du public pour cette période trouble. La deuxième séance du séminaire Paprik@2F 2014-2015 vise à présenter certaines de ces avancées, autour de deux axes principaux.

La question du pouvoir est posée au parti communiste lorsque les perspectives de débarquement allié et de victoire en France et en Europe se précisent lentement à partir de 1943. D’importants débats, encore en partie ou-verts, se sont déroulés entre historiens autour de la stratégie que le PCF a adoptée à la Libération : échec et étendue de l’« insurrection nationale » de 1944, aspirations révolutionnaires et stratégie légaliste imposée par Thorez à son retour en novembre 1944, construction d’un « double pouvoir » et retour à la légalité… Nous avons fait ici le choix de scruter au plus près la question de l’exercice du pouvoir en ces temps de sortie du provisoire, à travers la figure de Jean Chaintron à Limoges, l’un des deux préfets communistes nommés par de Gaulle à la Libération (avec Lucien Monjauvis à Saint-Étienne), étudiée par Anne Hihn, dont le master a été récompensé par le Prix Jean Maitron. Cette « question du pouvoir », en effet, ne se réduit pas au problème de le « prendre », mais aussi de l’ « exercer » ; en ce temps précaire de sortie du provisoire. Comment certains des communistes désormais investis d’un pouvoir officiel ont-ils fait face aux difficultés du quotidien (ravitaillement, règlements de compte, etc.), à l’instar du nouveau maire de Limoges, Georges Guingouin ? Certes, la question de « l’insurrection nationale », de ses acteurs et des espoirs qu’elle a portés, n’est pas négligeable. Nous l’aborderons grâce à Christian Chevandier à travers une institution particulière, le Front national de la police, qui joue un rôle déterminant dans l’insurrection parisienne d’août 1944. Le choix d’une stratégie de Front national « de l’indépendance nationale », qui remonte à 1941, a constitué l’un des atouts majeurs du PCF à l’égard de ses partenaires de la Résistance « de gauche ». L’organisation corporatiste – des médecins, des écrivains, etc. – (dotée de sa branche armée, les FTP, depuis 1942) a remporté un succès certain et a servi au PCF à ramifier ses liens dans la résistance intérieure, en contournant la France Libre et en se présentant comme une organisation indépendante du PCF. C’est dire que le FN de la police est un cas qui permet de scruter la stratégie du PCF, et tout spécialement dans le cas symbolique de la Libération de Paris.

An American officer and a French partisan

Un officier américain et un partisan français en1944
Source: American National Archives: http://www.archives.gov/research/military/ww2/photos/#france

L’autre front historiographique que propose d’aborder cette deuxième séance est celui du « regard exté-rieur » porté sur le PCF. En se présentant, dès le Front populaire, comme un parti national, le PCF s’est efforcé d’apparaître comme une force de résistance patriotique et indépendante de tout soutien extérieur : ses liens avec les services secrets de la France Libre, mais aussi britanniques et américains, sont donc restés inavouables, d’autant plus qu’ils ont été recouverts, pendant la Guerre froide, par l’anti-américanisme obsessionnel imposé par la logique des blocs.

Certains travaux, comme la biographie de Georges Guingouin par Fabrice Grenard, et l’ouverture des archives de l’OSS, du SOE et du BCRA permettent désormais de replacer le PCF dans les stratégies globales des grandes puissances occidentales en guerre. Financement, parachutages d’armes et de cadres, aide logistique : la question est posée de l’intégration du PCF dans l’effort de guerre allié en Europe occidentale, de sa dette à l’égard de cette aide considérable, mais aussi du décryptage de ses intentions et de sa force par les Services alliés. À travers la question des maquis FTP et de leurs liens avec les services alliés abordée par Raphaële Balu ou celle des rapports entre les services gaullistes du BCRA et les communistes évoquée par Sébastien Albertelli, il s’agira donc de comparer ce que nous apprennent les archives sur la réalité des relations établies entre les communistes et les Alliés au cours de la période avec des discours qui se sont développés a posteriori,  dans le contexte de la guerre froide, lorsque les communistes expliquèrent alors avoir été sciemment abandonnés par les Alliés et la France libre.

Une telle approche permet enfin d’esquisser un problème encore secondaire dans l’historiographie de la Résistance : celui de l’anticommunisme de la Résistance non-communiste. En vertu d’un calcul pragmatique, les partenaires du PCF ont été contraints de le considérer comme une force incontournable en France même, quitte à atténuer ou rompre avec un anticommunisme parfois viscéral, encore marqué par le souvenir du Pacte germano-soviétique en 1939. Si l’anticommunisme des services de police vichystes est profond et même moteur dans le processus de leur réorganisation dès 1940 (création de la Brigade spéciale 1), celui des organisations et des figures de la Résistance est moins connu. Là encore, le poids du PCF et du philosoviétisme à la Libération a recouvert une histoire ancienne, profondément ancrée dans un entre-deux-guerres brutalement terminé par la défaite de juin 1940.

Intervenants :

  • Fabrice Grenard (Enseignant, HDR) : Introduction
  • Christian Chevandier (université du Havre) : Le front national de la police
  • Anne Hihn (université de Paris 1) : Jean Chaitron : l’exercice du pouvoir préfectoral par un communiste
  • Sébastien Albertelli (université de Lyon 2) : Le Bureau central de renseignements et d’action et la résistance communiste
  • Raphaële Balu (université de Caen): Les maquis communistes (de France) dans les stratégies britanniques et américaines (pour la Libération de la France)

Téléchargez le programme en format PDF

Pour consulter le programme complet du séminaire ANR PAPRIK@2F pour l’année 2014-2015 cliquez ici


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *