De la Grande Guerre au Congrès de Tours : le retour de Léon Blum en politique (1)

Pour la fin de l’année 2014, le blog de l’ANR Paprik@2F revient sur l’histoire du congrès de Tours avec un article de R. Ducoulombier consacré à la figure de Léon Blum. Cet article est issu d’une communication non-publiée prononcée par l’auteur le 9 novembre 2010 lors d’un colloque à la Mairie du IIIe arrondissement sur « Léon Blum notre contemporain ».

Chacun sait que Léon Blum n’était pas communiste… Mais l’ANR Paprik@2F est aussi attentive à la comparaison avec d’autres forces politiques.

Cet article en trois volets sera publié jusqu’à la fin décembre. C’est aussi pour nous l’occasion de vous souhaiter, chers lecteurs, d’excellentes fêtes de fin d’année et de vous remercier pour votre fidélité. 

 1315514-Congrès_de_Tours_en_1920« Je ne suis entré qu’à deux reprises dans la vie publique du Parti, à 15 ans de distance. J’y suis entré en 1904-1905 pour travailler à l’unité, et j’y suis revenu en 1917, à un moment où l’unité me paraissait menacée. Je n’y suis entré que pour cela1 » C’est par ces mots, prononcés à la fin de son célèbre discours au Congrès de Tours, le 27 décembre 1920, que Léon Blum s’est fait lui-même l’historien de son entrée, ou plus exactement de son retour, en politique socialiste active. Placé sous le signe de Jaurès, ce récit permet à Blum de se présenter lui-même en recours et en héritier, à un moment particulièrement dramatique de l’histoire socialiste, pour « garder la vieille maison » qui s’effondre avec la scission et la naissance du « Parti socialiste – section française de l’Internationale communiste2 ».

Ce récit édifiant n’évoque pas certaines des ruptures et des étapes majeures du lien de Léon Blum à la politique : l’Affaire Dreyfus, mais aussi son entrée au cabinet du ministre des Travaux Publics, le socialiste Marcel Sembat, en août 1914. Ce silence s’explique : l’Affaire le rattache à l’intelligentsia socialiste qui, à la fin de 1920, n’est pas en odeur de sainteté face à la fièvre ouvriériste et révolutionnaire qui s’est emparée du parti socialiste. Quant à son expérience au pouvoir pendant la guerre, elle est tout simplement tue parce que le rejet du « ministérialisme » est l’une des motivations profondes du choix de l’adhésion à la Troisième Internationale bolchevique ratifiée à la fin du congrès de Tours en décembre 1920. Le récit de Blum présente donc sa rentrée en politique socialiste comme une évidence qui pourtant ne va nullement de soi. Elle s’est faite par la porte dérobée des cabinets socialistes. Le fait que cet anticonformiste, situé aux marges du socialisme, atteigne si vite les sommets du parti reconstitué du début des années 1920 n’a été possible qu’à la faveur de la rénovation doctrinale et du renouvellement général du personnel de la SFIO dont la guerre est le signal. Malgré son âge (il a 42 ans) et son expérience, Blum est parvenu à apparaître comme un homme nouveau dans la politique socialiste en 1920. Sans la guerre et la crise qu’elle a provoquée au sein de la SFIO, son ascension rapide ne se serait pas produite.

sembat-dEn fait, c’est bien son entrée dans le ministère de Marcel Sembat en 1914 qui va lui permettre de gravir quatre à quatre les échelons du Parti jusqu’à la direction du groupe des « Résistants » au bolchevisme en 1920. C’est dans ce groupe militant aux dimensions réduites en 1920 – il rassemble moins de 400 mandats, sur plus de 4 800 à Tours –, mais où les élus et les cadres sont nombreux, qu’il s’est imposé comme un recours face à la dissidence communiste. La séquence de cette ascension est claire : l’entrée dans l’entourage de Sembat en 1914, d’abord, qui permet à Blum de devenir un personnage en vue de la droite du Parti ; l’année 1919, ensuite, celle de la députation et de la rédaction du programme d’action socialiste qui permet à l’auteur anonyme des Lettres sur la réforme gouvernementale de parvenir en pleine lumière ; l’année 1920, enfin, celle du congrès de Tours, du refus de l’adhésion et de son célèbre discours.

Léon Blum et la politique

L’entrée au ministère Sembat au début de la guerre correspond chez Léon Blum, selon son biographe Ilan Greilsammer3, à un besoin de « changement d’existence » exprimé déjà dans Stendhal et le beylisme (1914). Sa liaison avec Thérèse Pereyra, son besoin de « jeunesse continuée » l’incitent sans doute à l’action, comme l’inquiétude face à l’échec de sa vocation littéraire.

Pourquoi Blum choisit-il le ministère des Travaux publics en 1914 ? Ce n’est pas la défaillance morale passagère du chef de cabinet de Marcel Sembat, Paul Grunebaum-Ballin, qui lui permet de prendre ce poste le 1er septembre 1914, puisqu’il est pressenti pour l’occuper par une lettre du 28 août. En fait, c’est sans doute par Grunebaum-Ballin lui-même, son condisciple au Conseil d’Etat, que Blum est entré en contact avec Sembat. Les deux hommes ne peuvent s’ignorer l’un l’autre avant-guerre, en raison de leur dreyfusisme et de leur passion littéraire et artistique communs. La proximité entre eux est mal attestée, mais bien réelle en 1914. Passé par le groupe de la libraire Bellais, qui fournit les principales figures du personnel ministériel socialiste pendant la guerre (à l’exception du chef de cabinet de Jules Guesde, Charles Dumas), Blum possède, avec François Simiand, Mario Roques et d’autres, une expertise juridique qui n’est pas si commune avant 1914.

L’entrée de Blum dans la tranchée gouvernementale n’a rien chez lui d’un choix cornélien. Elle est justifiée par la situation dramatique des armées françaises après la défaite de Charleroi, dans la perspective d’une guerre de Défense nationale menée sans esprit de conquête, comme l’a définie Sembat lui-même le 3 août devant les mobilisés socialistes de Paris4 Elle s’opère de plus dans un ministère « aux attributions encore incertaines5 », mais techniques, alors que chacun est persuadé que la guerre sera dure, mais courte, à l’image de la guerre de 1870. Il est donc possible que Blum ait encore considéré, malgré le devoir de l’heure, que cet engagement était réversible.

Le cours des événements, cependant, déjoue les prédictions des acteurs. Dès la fin de 1914, le ministère des Travaux publics devient un ministère-clef, auquel échoit un secteur névralgique de l’effort de guerre : l’approvisionnement en charbon des ménages comme de l’industrie de guerre.

  1. Le Congrès de Tours, édition établie par Jacques Girault, Danielle Tartakowsky et al., Paris, Éditions sociales, 1980, p. 433. []
  2. Le nouveau Parti communiste ne porte pas encore ce nom : jusqu’en mai 1921, il se nomme PS-SFIC. Louis-Oscar Frossard, son premier et jeune secrétaire général, refusait de changer immédiatement le nom du Parti, à l’encontre des « 21 conditions » d’adhésion. []
  3. Ilan Geilsammer, Blum, Paris, Flammarion, 1996, p. 194-195 et 202. []
  4. Marcel Sembat, « Les socialistes et la guerre », L’Humanité, 3 août 1914. []
  5. Pierre Chancerel, « Un socialiste à l’épreuve du pouvoir : Marcel Sembat, ministre des Travaux publics », Romain Ducoulombier (dir.), Les Socialistes dans l’Europe en guerre. Réseaux, parcours, expériences 1914-1918, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 45-53. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *