Georges Guingouin dans la « drôle de guerre » (1939-1940) – commentaire de document

guingouinExtrait du rapport rédigé par Georges Guingouin à destination du comité central du PCF, 6 septembre 1944, archives départementales de la Seine-Saint-Denis, fond de la CCCP1, 261 J6/6, affaire Guingouin, dossier 3 pièce 1.

« Je viens de recevoir une demande d’un rapport complet de mon activité passée. Voici un résumé de mon activité illégale.

 Octobre 1939

 Aux armées, reprise de contact avec le PC par l’intermédiaire du camarade Bardot, de la région parisienne. Aussitôt, dans mon unité, dans les unités environnantes, parmi la population civile, distribution de tracts, réunions clandestines, organisation illégale du parti.

 Je profite de ma permission en février 1940 pour :

D’une part, transmettre les directives du centre qui me sont fournies par Citerne, ex- secrétaire régional de la région limousine, se trouvant à Paris, au camarade Roger Moreau à Saint-Junien (Haute-Vienne) chargé de l’organisation clandestine dans ce département.

D’autre part, organiser pendant mes dix jours de permission le territoire des diverses sections dont j’étais, en qualité de membre du Bureau régional, responsable avant la guerre.

 Retour aux armées, je continue mon travail illégal avec des difficultés accrues (surveillance interne, arrestation des membres de l’organisation clandestine). Malgré tout, le travail politique porte ses fruits et l’unité est entièrement acquise à nous.

 Juillet-août-septembre-octobre 1940

Démobilisé après blessure, revenu dans mes foyers à Saint-Gilles-les-Forêts, chassé de mes fonctions d’instituteur public, mais conservé dans la petite bourgade comme secrétaire de mairie (la jeune fille me remplaçant ne voulant pas prendre ce parti), je me mets aussitôt à l’ouvrage sur les cantons ruraux de mes anciennes sections : constitution de groupes clandestins, édition de papillons, etc., etc… »

 Commentaire

Comme pour de nombreux militants, l’activité menée par Georges Guingouin au cours de la « drôle de guerre » et lors des premiers mois de l’Occupation est difficilement saisissable en raison du caractère clandestin du parti au lendemain de son interdiction par le gouvernement Daladier mais aussi parce qu’il s’agira plus tard d’une période sur laquelle il sera difficile de s’étendre du fait de la ligne adoptée par le PC. Pour de nombreux communistes, l’histoire eut ainsi tendance à s’arrêter à la mobilisation de septembre 1939 pour reprendre ensuite avec les premières manifestations de la résistance. Pour ceux qui avaient fait le choix de la fidélité au parti au lendemain du pacte germano-soviétique, l’activité militante ne cesse pourtant nullement entre septembre 1939 et le printemps 1940, dans un contexte difficile puisque ces militants risquent des peines très lourdes, jusqu’à la mort, en raison de la ligne pacifiste qu’ils défendent.

En septembre 1944, dans le cadre d’un récit autobiographique demandé par la direction du parti pour qu’il puisse rendre compte de toute son activité depuis 1939, Guingouin revient en quelques lignes sur cette période délicate allant de septembre 1939 jusqu’à l’été 1940. Ce témoignage rédigé « à chaud » et dans le cadre d’une diffusion interne est intéressant car il n’est pas altéré par la volonté de réinterpréter certains faits en fonction d’événements ultérieurs, comme le feront des écrits plus tardifs.

Son intérêt est double. Il permet dans un premier temps de nuancer fortement l’idée qu’une dissidence de Guingouin se serait développée dès ce moment, alors que la figure de Guingouin a parfois été présentée, avec d’autres, comme la preuve qu’existait une « double ligne » au sein du parti, avec des militants qui à la base et isolés de la direction du parti, développaient des mots d’ordre différents. En réalité, Guingouin garde au cours de cette période une liaison et des contacts avec des membres de la direction du parti, dont il ne peut donc ignorer les consignes et les mots d’ordre. Le pacte germano-soviétique, l’interdiction du PC n’empêchent nullement l’instituteur de vouloir continuer à travailler et militer pour le parti, alors que de nombreux militants ont fait le choix inverse, au lendemain du pacte contre-nature signé entre Hitler et Staline, contraire à la ligne antifasciste. Le cadre du PC chargé d’enquêter sur Guingouin et de le « biographer » à la Libération pourra d’ailleurs conclure dans son rapport qu’il a « franchi honorablement le cap difficile du pacte germano-soviétique ».

Le second intérêt de cet extrait concerne le type d’activité menée par des militants de base comme Guingouin pour tenter de reconstruire le parti clandestin et lui permettre de continuer à diffuser ses mots d’ordre. Mobilisé dans une compagnie de transports, ce qui lui offre certaines facilités pour son travail de militant (une plus grande mobilité, des contacts plus fréquents avec les civils), l’instituteur s’efforce ainsi de mener un travail important avec des diffusions de tracts, la participation à des réunions clandestines… Affirmant que son « unité lui était entièrement acquise », Guingouin exagère sans doute la portée de son travail, ce qui est normal dans le cadre d’un document destiné au Comité central, nécessitant de toujours valoriser son activité. Ce texte montre également toute l’importance des périodes de permission : ainsi c’est sa permission de février 1940 qui permet à Guingouin de rétablir une liaison entre le « centre » et les militants de la Haute-Vienne et de jeter les premières bases d’une reconstitution clandestine du parti, qu’il s’efforce ensuite de poursuivre au lendemain de la défaite, lorsqu’il sera définitivement de retour dans ses foyers.

Fabrice Grenard

  1. CCCP : commission centrale de contrôle politique (institution du PCF chargée de régler les affaires politiques internes au parti). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *