Les 11 novembre communistes

Humanit+® 12 novembre 1935

L’Humanité, 12 novembre 1935

Le 11 novembre célèbre comme chacun sait l’armistice entre les puissances centrales et alliées et marque la fin de la guerre à l’Ouest. Il est déclaré jour férié en France depuis la loi du 24 octobre 1922. Se pencher sur la symbolique de cette date dans les discours et les rites militants du PCF permet d’étudier sous un angle original l’évolution de la ligne politique de celui-ci, ses rapports à la Grande Guerre, à la nation, au patriotisme et au monde combattant.

La marque de la guerre

 Les anciens combattants de 14-18 jouent un rôle important dans la fondation de la SFIC, comme l’ont souligné depuis longtemps les travaux d’Annie Kriegel. Organisés pour la plupart au sein de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC), fondée notamment par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier, cette « génération du feu » est porteuse d’un fort sentiment pacifiste et antimilitariste.

La Première Guerre mondiale est considérée comme une boucherie impérialiste. Les combattants apparaissent alors davantage comme des victimes, et non pas comme de valeureux guerriers. Ainsi,  « quiconque a fait la guerre […] est une victime de classe »1 .14-18 sont des « années sinistres »2, « maudites »3. Dès lors « les prolétaires se détournent avec horreur et colère [des] cérémonies »4 officielles célébrant la fin du conflit.

 L’ARAC manifeste cependant lors des défilés organisés par les autres associations d’anciens combattants. Elle le fait certes sous ses propres couleurs et mots d’ordre. Ces journées sont l’occasion de rappeler les revendications des anciens combattants communistes, qui au-delà des mots d’ordre contre « la guerre impérialiste », contre les guerres du Maroc et de Syrie et « pour la paix », déclinent les problèmes des pensions, du coût de la vie, des veuves de guerre, etc.

 Le 11 novembre 1932, un rassemblement de « travailleurs de toute tendance »5 est organisé par le PCF à Vincennes contre « la guerre impérialiste » . Le Parti socialiste est vivement attaqué comme préparant « la prochaine Union sacrée ». S’incliner devant la tombe du soldat inconnu est alors une « cérémonie hypocrite ». Ce discours est typique de la « Troisième Période » dite « classe contre classe ».

Le Front populaire : un 11 novembre antifasciste ?

Lors du tournant antifasciste de 1934-1935, le Parti communiste intègre à son discours le patriotisme républicain. Mais qu’en est-il de son rapport à la Première Guerre mondiale ? L’inscription dans la nation suppose-t-elle la célébration du 11 novembre ? On peut répondre positivement, si l’on tient compte de l’enjeu que représente le monde combattant et la mémoire de 14-18 dans l’affrontement fascisme/antifascisme. Les communistes peuvent alors mobiliser les « mythes » nationaux issus de 14-18 : Verdun, la tranchée, l’unité nationale.

Le film La vie est à nous, commandé par le PC à Jean Renoir pour les élections de 1936, illustre d’une manière originale ce tournant. Le réalisateur exploite les images d’un défilé des ligues assortis des commentaires suivants : « les fascistes ont exploité le soldat inconnu. Ils ont voulu se servir des anciens combattants », suivi du panneau : « Mais le 11 novembre 1935… ». La Une de l’Humanité est alors insérée dans l’image, titrant « l’Inconnu a retrouvé ses camarades » (voir illustration ci-avant), suivie d’un défilé d’anciens combattants de gauche, décorés et mutilés, passant devant l’arc de triomphe6.

rassemblement-des-croix-de-feu-a-la-rochelle

Rassemblement des Croix de feu à La Rochelle, le 11 novembre 1935. Source: Le Monde

Le parti souhaite en effet opposer les « vrais combattants du front »7 aux ligues du type Croix-de-Feu, manifestant ainsi son souci de ne pas laisser le champ libre aux groupes d’extrême-droite dans leur prétention à incarner l’idéal combattant.

Aujourd’hui largement relativisé par les historiens, « l’esprit des tranchées » est ainsi invoqué par Paul Vaillant-Couturier, lui-même ancien combattant, dans son éditorial de l’Humanité du 11 novembre 1936, afin de promouvoir l’union face aux fascismes étrangers intriguant contre la France.

La symbolique antifasciste emprunte à la Grande Guerre. Le « No pasaran », popularisé par le discours de Dolores Ibarruri de 1936, est une reprise du « On ne passe pas » des armées françaises8 L’Humanité titre ainsi en Une, le 11 novembre 1936, « No pasaran ! Madrid, Verdun de la liberté ».

De victime, le soldat de 14-18 est (re)devenu combattant, mais un combattant dont la victoire est détournée par les profiteurs de guerre. Sa bravoure et sa ténacité sont alors mises en avant pour légitimer les combats contemporains, particulièrement ceux livrés contre le fascisme, aussi bien en France qu’en Espagne.

« Sur la tombe de l’inconnu », article de Jacques Duclos paru dans l’Humanité du 11 novembre 1938, vingt ans après la fin du conflit mondial, illustre particulièrement cette ligne politique et symbolique. L’ancien combattant, numéro deux du PC, tisse ainsi, sur son habituel ton lyrique, un fil rouge allant des Communards de 1871 aux antifascistes de 1938, en passant par les poilus. En miroir, se dressent les ennemis éternels de la France, les « émigrés de Coblentz », « profiteurs de guerre » et « traîtres de Munich » étant réunis pour l’occasion.

De 1792 à l’Europe de la « montée des périls » des années 1930, c’est donc un même combat du peuple, meilleur défenseur de la nation, contre une classe dirigeante trahissant sa propre patrie. La date du 11 novembre et la figure de l’Inconnu sont ici mobilisées, répondant aux consignes de Dimitrov, le nouveau président de l’IC depuis 1934, invitant à ne pas laisser les fascistes se poser comme seuls dépositaires des traditions nationales9.

Un symbole de la Résistance

Durant la Seconde Guerre mondiale, la célébration de l’Armistice de 1918 est interdite par les autorités d’occupation. Cependant, dès le 11 novembre 1940, des étudiants et lycéens, comme Pierre Daix, manifestent devant la tombe du soldat inconnu. Bien que le PCF ait clamé la paternité de l’organisation de cet événement, il apparaît que celui-ci fut davantage un rassemblement spontané plutôt qu’un acte réfléchi de la part de militants communistes. A partir de 1941, les organisations constituant le Front national, d’obédience communiste, appellent à défiler près des monuments aux morts. En 1943, les mouvements de Résistance, réunis dans le cadre du Conseil national de la Résistance (CNR), décident de braver l’interdit et appellent à manifester le 11 novembre dans de nombreux villages et villes.

L’heure est à l’union. Les tracts émanant d’organisations communistes (Union des femmes françaises, Forces unies de la jeunesse patriotique, etc.) ne font aucune mention du caractère « impérialiste » ou sacrificiel du premier conflit mondial10. Tout en associant « action revendicative et combat national »11, le PCF participe à ces célébrations du 11 novembre dans une optique avant tout patriotique et unitaire. Ces manifestations exprimant « la volonté de rassembler la nation dans un même idéal de lutte », selon les mots de Pierre Laborie.

L’analyse fondamentale des communistes, et des marxistes en général, sur les causes de la Première Guerre mondiale ne varie pas. Le conflit est toujours analysé comme une guerre inter-impérialistes dans laquelle les peuples ont été sacrifiés pour les profits.

En revanche, la portée symbolique du 11 novembre évolue avec le temps et les changements stratégiques du parti comme de l’Internationale. D’une fête perçue comme chauvine, elle devient enjeu de la lutte antifasciste et démonstration de patriotisme défensif et d’unité nationale.

  1. « Pour la paix ! », Paul Vaillant-Couturier, l’Humanité, 11 novembre 1925, p. 1. []
  2. L’Humanité, 11 novembre 1921, p. 1. []
  3. « À propos du 11 novembre », éditorial de Marcel Cachin, L’Humanité, 11 novembre 1924, p. 1. []
  4. Ibid. []
  5. Les citations suivantes sont extraites de l’Humanité, 11 novembre 1932, p. 1. []
  6. La vie est à nous, film de Jean Renoir, 1936, disponible sur le site CinéArchives. []
  7. L’Humanité, 11 novembre 1934, p. 1. []
  8. Skoutelsky, Rémi, « Les Brigades internationales, patriotisme et/ou internationalisme ? », dans Bleton-Ruget, Annie et Wolikow, Serge (dir.) Antifascisme et nation. Les gauches européennes au temps du Front populaire, Dijon, EUD, 1998. []
  9. Dans son rapport au VIIe congrès de l’IC, en particulier le paragraphe « la lutte idéologique contre le fascisme ». Georgi Dimitrov, Oeuvres choisies, Paris, Éditions Sociales, 1952. []
  10. Vigreux, Jean, « La manifestation du 11 novembre 1943 à Dijon : une manifestation communiste originale », dans Carrez, Maurice et Robert, Vincent (dir.), Visages de la manifestation en France et en Europe (XIXe-XXIe siècle), Dijon, EUD, 2010, p. 93 à 105. []
  11. Tartakowsky, Danielle, Les manifestations de rue en France 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 485. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *